Apple

Pubs natives dans Apple News

d'Lëtzebuerger Land vom 18.03.2016

Apple News, l’app d’Apple qui propose des fils d’actualité alimentés par des partenaires médias, va offrir la possibilité d’insérer dans ces fils des publicités « natives ». Par natives, Apple entend des publicités qui « se fondent » graphiquement dans l’environnement où elles sont affichées, arborant les mêmes polices que les accroches pour les articles et ne se distinguant d’elles que par un petit label indiquant qu’il s’agit d’une entité publicitaire (« sponsored »). Comme pour les articles de news, les publicités comportent un titre, quelques lignes de résumé et une illustration de type vignette.

La firme n’a pas mis en avant cette innovation, se contentant, pour l’introduire, de modifier discrètement les spécifications destinées aux publicitaires. Pour l’instant, Apple News, utilisée par quarante millions de personnes selon les plus récentes indications d’Apple, en janvier dernier, n’est encore proposé qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, les experts s’attendant à ce qu’elle arrive prochainement dans d’autres pays. Cette introduction s’inscrit dans une évolution qui verra aussi vraisemblablement la disparition progressive des bannières payées dans l’application.

Une autre modification des termes d’Apple News est que l’app sera désormais ouverte à tous les médias et plus seulement à ceux ayant passé un accord de partenariat avec Apple : c’est une indication supplémentaire de la volonté d’Apple de requalifier cette app comme centre de profit. L’absence de partenariat ne signifie pas cependant qu’il s’agira d’un libre-service pour les éditeurs : il restera nécessaire de se faire approuver comme créateur de contenus avant de pouvoir publier sur les fils d’Apple News.

Il s’agit d’une évolution significative de l’approche d’Apple pour cette application. Jusqu’ici, malgré la possibilité d’y placer des publicités, celles-ci étaient restées largement absentes. Le modèle choisi par Apple pour les revenus tirés de cette app – les éditeurs doivent abandonner trente pour cent de leurs recettes à Apple –, en aura découragé plus d’un de s’engager dans cette voie.

Malgré la présence obligatoire du label indiquant qu’un article est publicitaire, le fait de l’insérer dans le flux principal de news d’une publication et de pouvoir le maintenir dans la partie toujours visible du fil d’actualité semble relever, au plan journalistique, d’une sérieuse régression. Il suggère une évolution vers de la publicité « rampante », de plus en plus difficile à distinguer des contenus rédactionnels, et un mélange des genres peu propice à l’éthique et à l’indépendance journalistiques. C’est surtout l’utilisation des mêmes fonts que pour les informations d’origine rédactionnelle qui risque de semer la confusion : c’est en veillant à ne pas utiliser les mêmes polices que les journaux imprimés ont jusqu’ici veillé à ce que la différence entre articles et contenus rédactionnels saute aux yeux. Apple et ses partenaires médias pourront faire valoir qu’ils proposent au contraire un modèle de nature à garantir des revenus plus stables à ces derniers sur les terminaux nomades.

Le fait qu’Apple semble désormais disposé à laisser les médias proposer des modalités d’abonnement et d’achat payants d’articles dans Apple News va également dans ce sens (même s’il faut en même temps prendre en compte la dîme de trente pour cent que prélève Apple sur ces revenus publicitaires, que beaucoup jugent abusive). Il n’empêche : en s’engageant sur cette voie que leur trace la firme à la pomme, les médias risquent de mettre à mal la confiance dont ils jouissent auprès de leurs lecteurs, et donc en définitive de saper les fondements-mêmes de leur relation avec eux.

Google et Facebook sont déjà fortement présents sur ce créneau porteur des agrégateurs de news sur terminaux mobiles, un enjeu croissant compte tenu de l’irréversible déplacement du centre d’intérêt des internautes du desktop vers leur appareil embarqué. C’est à présent aux médias de s’affirmer face à Apple, tout comme d’ailleurs face aux autres géants du Net, et de ne pas se laisser dicter par ces derniers la façon, essentielle pour leur crédibilité, dont les news se distinguent des pubs.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land