Nordstad

IdEntité

d'Lëtzebuerger Land vom 07.06.2007

La Belle au bois dormant est pétillante d’énergie. Plongée dansla léthargie ces trente dernières années, quatorze mois lui aurontsuffi après son réveil pour concevoir un projet ambitieux englobantles six communes Ettelbruck, Diekirch, Erpeldange, Colmar-Berg, Schieren et Bettendorf, un axe de 17 kilomètres créant unespace pour 30 000 habitants.

L’initiative initiale de la Denkfabrik Nordstad s’est mise en routeaprès les dernières élections communales, lorsqu’une grandepartie des politiques de l’opposition ont été plébiscités et ontinscrit la réalisation de la Nordstad dans les déclarations échevinales des six communes. Les représentants des ministères concernés,des Chemins de fer luxembourgeois et des Ponts et chausséesse sont joints aux consultations escortées par des experts de renommée internationale. Cette collaboration aura permis laprise en compte de toutes les spécificités de cette région rurale,marquée par des traditions agraires, ses cours d’eau et le risqued’inondations. Lauréat de la consultation rémunérée, le masterplanZAN du bureau d’architectes Christian Bauer et associés en constitue la pierre angulaire, la première concrétisation surpapier de la Nordstad.

Les deux agglomérations Ettelbruck et Diekirch seront reliées parun grand boulevard urbain, similaire à celui du Kirchberg, où sejuxtaposent les espaces verts et les tracés pour le transport encommun, les véhicules privés, les bicyclettes et les piétons. Lesouci est de permettre une meilleure mobilité, rendue possiblepar la proximité et la mixité des principaux services pour le public,des écoles, des lieux de détente et de loisir, des logements et desactivités professionnelles.

Ce qui implique la délocalisation des entreprises longeant l’axeroutier pour permettre de reconvertir et de réorganiser ces grandsterrains en zones mixtes et denses. La zone d’activités Fridhaff en gestation devrait les persuader de déménager, avec notamment la perspective d’une plus-value intéressante sur la vente de leurs terrains. 

Le coup d’envoi de la réalisation du masterplan ZAN (Zentrale Achse Nordstad) devrait être l’urbanisation du triangle ErpeldangeLaduno avec une utilisation de la surface à caractère mixte entrele public et le privé. Un véritable casse-tête a sans doute été laplanification des alentours du pont routier B7 au-dessus de la valléede la Sûre. Le masterplan y prévoit la construction de grandsimmeubles qui pourraient aussi héberger des ministères et desadministrations de l’État dans le cadre d’une décentralisationéventuelle. La modernisation des gares ferroviaires et de leursalentours est un des principaux projets qui serviront à rendre cesquartiers attractifs. Car « les abords des gares disposent d’unequalité rare », précise l’urbaniste suisse et ingénieur en mobilitéPhilippe Gasser, « une accessibilité fiable même aux heures depointe ». Et de plaider pour une implication accrue des CFL pourmettre à disposition de larges terrains et de permettre la conceptiond’un nouveau quartier, car « les avantages que l’on rencontredans les grandes stations-services sont encore plus pertinentsdans les gares modernes. »

Les ronces autour de la Nordstad sont déblayées. Le défi principaldu ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire,Jean-Marie Halsdorf, est de maintenir la dynamique en finalisantles prochains mois un paquet de mesures concrètes qu’il pourraensuite présenter au conseil des ministres. Car les enjeux financierssont énormes. Ce serait un signal politique fort en directiondu nord qui permettra de revaloriser une région qui s’est toujourssentie négligée par le pouvoir central qui a fait du sud une despriorités de son action.

Surtout que le temps presse. Après l’ouverture définitive de laNordstrooss, il faudra davantage s’attendre à un flux vers la capitale,plus attractive à ce moment-là. Autant commencer de suiteavec le développement de la région pour élaborer une qualité devie permettant de renforcer l’intérêt d’y rester ou de s’y installer.

 

anne heniqui
© 2018 d’Lëtzebuerger Land