Blog Brain Pickings

Interestingness

d'Lëtzebuerger Land vom 06.01.2012

Maria Popova, une journaliste bulgare d’une insatiable curiosité, produit en moyenne un tweet toutes les quinze minutes sur son compte @brainpicker. Pas moins de 125 000 internautes sont ses followers. Son blog, brainpickings.org, un véritable trésor pour gens curieux, est en constant renouvellement et existe depuis six ans. Voici comment elle le décrit elle-même : « Brain Pickings est une machine, opérée par un humain, de découverte d’interes-tingness, qui sélectionne et met en valeur des objets multi-disciplinaires satisfaisant la curiosité, qui sépare le signal du bruit pour vous apporter des choses dont vous ne saviez pas qu’elles vous intéressaient jusqu’à ce que vous soyez intéressé ».

Une liste non exhaustive des domaines couverts par Brain Pickings comprend l’art sous toutes ses formes, le design, la science, la technologie, la philosophie, l’histoire, la politique, la psychologie, la sociologie, l’ecologie, l’anthropologie. Le blog renferme des critiques littéraires, des ressources en ligne (textes, dessins, images…), toutes sortes de trouvailles dans les domaines les plus divers, qui ont en commun d’avoir capté l’attention de l’auteure du blog. Avec talent et enthousiasme, Maria Popova parvient, dans chacun de ses tweets, à expliquer en quelques mots pourquoi elle s’est emballée pour chacune des ressources dont elle présente une partie plus en détail sur son blog. Celui-ci est rigoureusement exempt de publicité – l’auteure explique qu’elle fait appel aux dons pour financer cette activité qui lui prend environ 450 heures par mois.

Maria Popova, spécialiste en communication, en design et en branding, écrit notamment pour Wired UK, The Atlantic et Design Observer, des collaborations qu’elle a décroché grâce à son activité de blogueuse. Au hasard, voici quelques-unes de ses récentes dévouvertes : un livre pour enfants, The World is round, de Gertrude Stein, publié en 1938, une description amplement illustrée ; dans le compartiment humour, les cartes de stéréotypes européens par le designer Yanko Tsvetkov ; une biographie de Marie Curie ; une chorale finlandaise qui se propose de mettre en musique les revendications de citoyens, ou encore un clip de Marshall MacLuhan, de 1960 sur le rôle des stéréotypes.

Dans une interview à Mother Jones, Maria Popova, 27 ans, présentée comme une « Brooklynite », raconte sa vie quotidienne et comment elle parvient à maintenir ce rythme infernal de production. Après avoir quitté Sofia pour les États-Unis, pour des études à l’Université de Pennsylvanie, elle s’installe à New York où elle jongle avec deux jobs, dont l’un à l’agence de publicité TBWA. C’est à son club de gym, le matin avant de se rendre au bureau, qu’elle lit les articles longs (« long-reads ») qui ont retenu son attention. Elle lit (ou parcourt lorsqu’il s’agit de livres d’art ou d’illustration) douze à quinze livres par semaine. Interrogée sur ce qui a réveillé sa curiosité, elle évoque les discours quotidiens de TED et le besoin, dans le milieu de la publicité qu’elle fréquente, de diversifier les sources d’inspiration.

L’objet de Brain Pickings est donc d’explorer tous les aspects de la créativité, que Popova considère comme « une force combinatoire », de s’inspirer des idées et connaissances accumulées par l’humanité au fil des ans et de les combiner de manière innovante à la façon d’un Lego. « Plus nous avons de ces blocs de construction, et plus leurs formes et couleurs seront diversifiées, et plus nos créations seront intéressantes », explique-t-elle.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land