Architecture, design et crise

Cheap is chic

d'Lëtzebuerger Land vom 22.02.2013

Est-ce que la crise modifie notre manière d’habiter et de vivre ? Comment répondre aux défis des budgets qui diminuent ? C’est une question brûlante à laquelle les architectes, les architectes d’intérieur et les designers cherchent des solutions. Aussi au Luxembourg, où, certes, les conséquences directes de la crise économique se font sentir avec moins de violence, mais où la question des coûts se pose surtout à cause de la rareté des terrains et des prix qui explosent. Car comment faire construire encore la maison d’architecte de ses rêves lorsqu’on a un budget d’un million d’euros, certes faramineux, mais que le terrain a déjà coûté la moitié de cette somme ? Ou comment transformer une maison mitoyenne dans un quartier huppé de la capitale ou des alentours pour qu’elle ressemble aux magazines d’architecture branchés lorsqu’on a cette enveloppe globale d’un million – mais que la maison en soi a déjà coûté 780 000 euros ?

De plus en plus souvent, racontent les architectes interrogés sur le sujet, des clients viennent les voir avec cette impossible demande de réaliser du luxe avec peu de moyens. Désirs de confort et d’esthétique auxquels s’ajoutent les obligations légales concernant l’isolation et l’efficacité énergétique du bâtiment, qui ont aussi leur coût. Mais trouver des solutions astucieuses pour faire des économies prend beaucoup plus de temps, qu’on ne peut pas facturer au client. Alors commence le poker sur les matériaux à choisir, le coût de la cuisine équipée, plus modeste (qu’on choisira à 30 000 au lieu de 50 000 euros...), les discussions sur des volumes plus réduits des espaces de vie (voire du garage) ou la remise en question de la nécessité d’avoir une cave et un grenier sur toute la surface de la maison.

« Moi j’aime bien quand il y a des barrières à un projet, affirme l’architecte d’intérieur Catherine Jost. C’est un défi qui encourage la créativité. » Mieux utiliser de petits espaces, garder une partie du mobilier existant et le rafraîchir en le repeignant ou en le combinant avec du neuf, des accessoires rigolos, recycler, repeindre, recomposer – les idées ne manquent pas à celle qui a appris son métier à New York et s’est désormais établie à son compte à Luxembourg. « Là-bas, les gens valorisent souvent beaucoup plus leurs habitations et les meubles qu’ils possèdent et n’ont pas peur d’utiliser des matériaux de recyclage, alors qu’au Luxembourg, c’est très difficile de travailler avec de la récup’. Les gens choisiront plutôt de ne pas refaire du tout s’ils estiment ne pas avoir le budget nécessaire... »

Si la crise amplifie forcément l’écart entre les très riches et les très pauvres, cela se remarque aussi du côté du logement : « C’est étonnant, constate par exemple l’architecte d’intérieur Nathalie Jacoby (Njoy), j’ai aujourd’hui des espaces plus grands à aménager que jamais auparavant. » Ceux qui ont des budgets plus modestes ne vont peut-être tout simplement soit ne pas réaménager leur intérieur du tout, soit le faire sans aide professionnelle externe – « ce qui est une erreur, juge Nathalie Jacoby, parce qu’un professionnel ne revient pas forcément plus cher, comme il trouvera des solutions plus adaptées ou plus astucieuses avec le budget disponible » –, soit font faire les travaux au pif et au noir, comme le coût de la main d’œuvre dévore une part importante du budget.

Là où le géant suédois du meuble à bas prix a depuis toujours fait la promotion de l’utilisation du moindre recoin d’un espace réduit, avec des meubles rabattables et des encastrements sophistiqués, ce qui a largement contribué à son succès commercial, les designers des marques les plus en vue reprennent aujourd’hui la tendance en proposant des meubles plus compacts – finis les grands composables dévorant des dizaines de mètres carrés –, du minimalisme et des matériaux plus modestes. Ainsi, le designer Georges Zigrand (Integratedplace) constate que suite à la crise, le marché du meuble se partage beaucoup plus clairement en deux segments opposés : d’un côté celui du luxe, où la promesse de l’exclusivité fait exploser les prix, et de l’autre le très bon marché où des considérations de prix priment sur tout ce qui est qualité ou longévité du meuble. Le moyen de gamme par contre a fait les frais de cette évolution. « Pourtant, je conseille toujours de valoriser en premier lieu la qualité d’un meuble, qu’on peut tout à fait acheter de seconde main et de faire du upcycling comme l’appellent les Anglais. » Repeindre, retaper, on y revient. Sur les foires internationales qu’il a visitées, la tendance est aussi à la recherche d’un design avant-gardiste, cool, mais avec des matériaux peu orthodoxes, comme le bois multiplex. Lui-même est en train de développer, avec le menuisier Norbert Brakonier, une table minimaliste et moderne dans cette matière solide et beaucoup moins chère que le bois massif, qu’il espère pouvoir produire à des prix abordables.

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land