Théâtre

Regarder dans l’abîme

d'Lëtzebuerger Land vom 10.04.2015

Depuis le 25 mars, le Théâtre National du Luxembourg (TNL) est littéralement habité par deux présences d’une rare force. Deux comédiennes superbes, Valérie Bodson et Caty Baccega, y donnent magnifiquement corps à Sonia et Nancy, dans Nathalie Ribout, de Philippe Blasband. L’auteur et scénariste (Une Liaison pornographique, La Femme de Gilles, Le Tango des Rashevski...) y est adapté par le metteur en scène Joël Delsaut. Coproduit par le TNL et l’association Ici et maintenant – dont Valérie Bodson et Joël Delsaut sont deux chevilles ouvrières –, le spectacle est d’abord né du désir pour le texte des deux actrices, qui l’ont proposé au metteur en scène, familier des textes de Blasband et séduit par l’initiative.

Nathalie Ribout est l’histoire de Sonia, célèbre cantatrice, et de son divorce d’avec le musicien Jean-Luc. Dévastée, blessée, détruite comme elle le racontera, Sonia élabore une froide vengeance. Elle fait appel dans son entreprise de destruction à Nancy, prostituée, à qui elle demande d’incarner un personnage chargé de porter tous les fantasmes de Jean-Luc, jusqu’à ce qu’il en tombe amoureux : Nathalie Ribout. Le résultat, joué au TNL pour encore deux dates, est une réussite, qui concentre justesse d’interprétation et pertinence de la mise en scène.

Sous titrée « le sexe comme arme de la vengeance », la pièce tourne effectivement autour de cet axe, mais charrie une foultitude d’autres thématiques et sentiments divers, ramassés en un peu plus d’une heure et demie. Amour, destruction, relations de pouvoir et de dépendance, manipulation... Coiffant le tout, la grande question de l’identité et de la vérité. Nathalie Ribout est, de fait, une pièce qui interroge et remet en cause en permanence les certitudes des personnages sur eux-mêmes. Le texte ne manque pas d’humour, aussi, particulièrement dans la façon dont il utilise la crudité des mots de Nancy et dans le fossé existant entre les deux façons qu’ont les deux femmes de parler de sexualité.

Pour ce huis clos intimiste, Joël Delsaut a choisi, en lieu et place de la scène habituelle du TNL, l’espace dans le prolongement du bar du théâtre : comédiennes et spectateurs sont ainsi sur un seul plan, au même niveau, les premières côtoyant les seconds au plus près, les seconds encadrant les premières par les trois côtés d’un carré, rentrant ainsi presque littéralement dans l’histoire. Le quatrième côté est seulement constitué d’un écran, où se projettent à intervalles réguliers des images des deux femmes. L’habillage visuel d’Aldo Piscina fait apparaître leurs corps et leurs visages nus, sans masques, dans une brume étrange et inquiétante, comme le reflet profond de leurs craintes, de leurs doutes. L’habillage sonore, lui aussi très fort, participe aussi de ces questionnements quasi métaphysiques.

Sonia et Nancy constituent deux abîmes qui se révèlent au contact l’un de l’autre, dont la relation n’aura de cesse d’aller chercher au plus profond de leurs êtres, flirtant parfois avec des sentiments dangereux, jusqu’à les transformer. Nancy/Nathalie surtout, qui s’appelle en réalité Nadine, ne serait sans doute pas devenue celle qu’elle est à la fin de la pièce si elle n’avait pas connu Sonia ni ne s’était prêtée à la mission que la cantatrice a imaginé pour elle.

À propos du riche texte de Philippe Blasband, et particulièrement à propos justement de ces abîmes qu’il explore, Joël Delsaut aime à rappeler deux phrases. Celle de Friedrich Nietzsche, tirée de Par-delà le bien et le mal : « Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Or, quand ton regard pénètre longtemps au fond d’un abîme, l’abîme, lui aussi, pénètre en toi. » Et celle de Georg Büchner, tirée de sa pièce Woyzeck : « L’homme est un abîme, on a le vertige quand on se penche dessus ».

Regarder dans l’abîme... s’y abimer, s’y trouver, peut-être, enfin.

Nathalie Ribout, écrit par Philippe Blasband, mis en scène par Joël Delsaut, habillage par Aldo Piscina. Avec Caty Baccega et Valérie Bodson. Une coproduction de la Cie Ici maintenant et du Théâtre national du Luxembourg. La pièce est jouée encore les 15 et 25 avril. www.tnl.lu
Sarah Elkaïm
© 2017 d’Lëtzebuerger Land