Cepal

Ouvrir les frontières

d'Lëtzebuerger Land du 17.02.2000

Une institution des plus luxembourgeoises s'ouvre à l'étranger. La Centrale paysanne apporte ses activités dans l'agriculture à un partenariat avec la coopérative agricole française EMC2. La nouvelle société portera le nom CAP+ (Comptoir pour l'agriculture performante) et se consacrera à la collecte et la vente de céréales ainsi qu'au conseil aux cultivateurs dans la production végétale et animale. 

La mise sur pied de CAP+ est la concrétisation d'une collaboration lancée déjà l'année dernière entre le groupe Cepal et EMC2. Les Luxembourgeois détiendront 51 pour cent du capital de la nouvelle société. Son siège sera à la Silocentrale de Mersch. 

Cette décision du groupe Cepal pour un partenariat avec un groupe étranger n'a pas été prise en position de force. Le secteur a connu une baisse de son chiffre d'affaires au début des années 90. Aujourd'hui, sur 178 000 tonnes de céréales produites au Luxembourg,  100 000 sont mises en vente. La part de marché de Silocentrale est d'environ un tiers.

Dans CAP+, EMC2 complète les compétences des Luxembourgeois dans le blé à pain et les aliments pour bétail par son expérience dans la fertilisation, la prévention du risque de maladies, la production d'orges brassicoles de même que dans l'écoulement d'oléagineux comme le colza. 

Les Français de EMC2 ouvrent certes leurs canaux d'écoulement à CAP+ sans toutefois élargir le marché de la nouvelle société. Elle se concentrera dans une première à développer - aussi par de nouveaux investissements - ses activités au Luxembourg. Dans une deuxième phase, CAP+ essayera de pénétrer les marchés belges et allemands. 

Comparé au groupe Cepal, EMC2 est d'ailleurs un géant. Son chiffre d'affaires est de 12,7 milliards de francs contre 3,5 au groupe Cepal. Les Français collectent de même 1,2 million de tonnes de céréales auprès de six mille agriculteurs. Les Luxembourgeois doivent se contenter de 25 000 tonnes. Il est vrai qu'EMC2 est actif dans la seule agriculture, alors que Cepal est un groupe agro-alimentaire engagé tout au long de la chaîne de transformation des aliments. 

Le partenariat entre Cepal et EMC2 apporte sans doute des avantages aux cultivateurs luxembourgeois. Le but est d'atteindre un meilleur rendement des installations de production existantes et de faciliter l'écoulement des produits agricoles au-delà des frontières nationales. CAP+ mettra aussi une équipe de sept conseillers expérimentés en place afin d'encadrer davantage ses clients sur le terrain dans la production végétale et animale. Les structures agricoles seront de même simplifiées, puisque le cultivateur profitera dorénavant d'un interlocuteur unique, qui peut offrir un concept complet. 

Pour que le partenariat soit un véritable succès pour le groupe Cepal, il faudra toutefois qu'il accède d'abord à de nouveaux marchés. Les projets belges et allemands de CAP+ sont en ce sens encourageant. Car sinon, le groupe Cepal se sera contenté d'offrir à EMC2 le marché luxembourgeois.

 

Jean-Lou Siweck
© 2019 d’Lëtzebuerger Land