Lucarelli, Carla: Aquatiques

De l’utilité d’un titre

d'Lëtzebuerger Land vom 01.03.2013

Nous, gens du XXIe siècle, nous fions, soit par manque de temps soit par goût de la devinette, aux prémices des contenus, les titres. Dont la fonction première est en moins d’une phrase, voire un mot, la réduction d’un texte. Des tournures, combinaisons avec ou sans ponctuation sauront susciter une envie de lecture comme d’autres nous laisseront totalement indifférents. À tort ou à raison. Car certains titres subtils ou affriolants ne sont que des accroches dont le texte se révèle par la suite bien fade en comparaison. Mais la réciproque est également vraie. Il y a aussi des titres sobrement évocateurs tels en littérature Les Rougon-Macquart, Jean de Florette, Le crime de l’Orient-Express, La putain respectueuse, … Qui sèment des indices et plantent un début de décor.

À la lecture du titre Aquatiques, le deuxième recueil de poèmes de Carla Lucarelli, que l’on voit chaque semaine dans la sitcom de RTL, Comeback, l’imagination déborde en toute logique de flux, reflux, ressac, vagues, écume, bruine, gouttes, pluie, larmes, torrents, océans, rivières, lacs, marécages, boue, poissons, plantes, laver, baigner, mouiller, dégouliner, bercer, liquide, fluide, bien-être, … Erreur !

Aquatiques est en fait traversé de touts et de riens, au gré d’humeurs ou d’élucubrations. « Éclectiques » ? Comme son auteure, écrivaine épisodique ? L’écriture n’étant que l’une des cordes à son arc, elle ne s’y adonne que « quand le besoin s’en fait sentir ». « Frénétiques ? »

L’apparente structure même du recueil, en trois tomes, est un leurre. Pas de découpage sémantique ou temporel, graphique ni de progression. Ces poèmes-ci peuvent aussi bien être engloutis d’un trait que délectés avec parcimonie. Suivant la numérotation des pages ou dans un ordre hasardeux. « Chimériques » ?

Le recueil de Carla Lucarelli n’a en commun avec le monde aquatique que le fait que le lecteur-baigneur doit se laisser (em)porter par les poèmes comme par des vagues et résister à l’envie de nager à contre-courant. Conseil qui vaut pour les poèmes intimistes, rêvés ou porteurs de vécu, condensés comme une forêt vierge et opaques comme le brouillard. Et qui se noient sous les autres, les – lumineux – poèmes sonores : « Comment / comment dire et pourquoi / dire / comment dire et pourquoi dire » ou « Ne penser qu’à écouter l’herbe pousser / écouter les brins d’herbe penser / ne pas penser » ou encore « Ode à l’eau odeur d’aube / onctueuse oasis de naïades / océanique obédience d’un ordre onirique », aussi rares et précieux que la perle d’une huître. « Dysphasiques ».

Carla Lucarelli : Aquatiques ; Éditions Phi, Luxembourg, 2012 ; ISBN 978-2-87964-190-4.
Lore Bacon
© 2017 d’Lëtzebuerger Land