Intelligence artificielle

À la conquête de l’intuition et de l’ironie

d'Lëtzebuerger Land vom 20.05.2016

Le match entre AlphaGo, le serveur d’intelligence artificielle de Google développé avec pour but de battre les meilleurs joueurs mondiaux de go, et Lee Sedol, le champion coréen du seul grand jeu de société à n’avoir pas encore été placé sous la domination des machines, s’est terminé comme on sait sur la victoire historique d’AlphaGo. Les cinq matchs du tournoi ont occupé le devant de l’actualité pendant plusieurs jours et passionné en particulier les publics coréens, chinois et japonais, qui ont été des millions à suivre en temps réel les affrontements entre l’homme et la machine. Le coup numéro 37 joué par AlphaGo lors du deuxième match, un pion placé nettement à l’écart des champs de bataille déjà ouverts sur le goban, que tous les experts considèrent comme le tournant du match après lequel le champion humain, désarçonné, n’a pas réussi à se relever, a été célébré par les experts en intelligence artificielle comme une percée.

En effet, il incarne à leurs yeux l’accession d’un dispositif non-humain à ce que l’on considère comme une des dimensions les plus humaines et les plus difficiles à reconstituer de notre intelligence : l’intuition. Ce coup, inattendu au point que des experts du jeu millénaire ont cru pouvoir l’interpréter comme une erreur à peine avait-il été joué, représente de l’avis général un jalon important dans les progrès de l’intelligence artificielle. Dans un article publié cette semaine, le magazine Wired a raconté que les dirigeants de Google, Larry Page, Sergey Brin, Eric Schmidt et plusieurs autres responsables influents du groupe qui se fait désormais appeler Alphabet, ont chacun fait au moins une apparition lors du tournoi qui s’est déroulé à Séoul. Un signe qui selon le magazine ne trompe pas quant à l’importance accordée par le moteur de recherche à ce projet, alors que son objet peut paraître frivole à première vue.

Ceci dit, et c’est sans doute une forme de consolation par rapport aux craintes que les avancées de l’intelligence artificielles suscitent légitimement, l’intuition reste distincte du calcul brut et est par nature inconstante : lors du quatrième match, le coup numéro 78 effectué par Lee Sedol a été interprété par les experts comme un coup comparable au coup numéro 37 d’AlphaGo qui a fait basculer le deuxième match : AlphaGo perd rapidement ses moyens après ce « coin » brillamment introduit entre ses positions, et Lee Sedol « sauve l’honneur » des humains.

La conquête de l’intuition par la machine telle que l’illustre le coup numéro 37, déjà devenu culte au point qu’un programmeur allemand lui a dédié un compte Twitter, est bel et bien un cap qui nous fait passer dans un nouvel univers en matière d’intelligence artificielle. Et il ne s’agit pas que de performances réservées à des matchs d’exhibition : Google commence à déployer de nouveaux outils faisant appel à l’intelligence artificielle qui démontrent, si besoin était, que les efforts qu’ils déploient ne visent pas seulement à épater la galerie. Ainsi, Allo, un nouvel outil de messagerie bientôt disponible sous Android, sera pétri d’intelligence artificielle : capable par exemple de reconnaître le contenu d’images et d’y réagir, d’analyser une situation ou de fournir à l’utilisateur des conseils avisés sur le mode de la conversation. Allo est censé par exemple reconnaître l’ironie et proposer des réponses adaptées à ce mode d’expression. Pour peu que Google n’ait pas forcé la dose en présentant ce nouvel outil, il faudra reconnaître lors du déploiement d’Allo cet été qu’il représente bel et bien la conquête par la machine d’un comportement humain par excellence, sans doute au même titre que l’intuition. Si une machine est capable de faire preuve à la fois d’intuition et d’ironie, qui pourra lui résister ?

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land