Siège Aliai/OAI

Aïe, aïe, aïe !

d'Lëtzebuerger Land vom 17.07.2008

C’était en juin 2005, soit il y trois ans que l’on pouvait voir, au Centre culturel de rencontre Neumünster, une exposition montrant les 44 projets qui avaient participé au concours pour le siège Aliai / OAI organisé en novembre 2004 ; exposition accompagnée d’une publication. Alors que le nom l’OAI (Ordre des architectes et ingénieurs conseil du Luxem­bourg) est de plus en plus connu, l’Aliai sonne pour le moment plutôt comme une sauce « aïoli » et peu savent que derrière se cache l’Association luxembourgeoise des ingénieurs, architectes et industriels.

Le concours était un concours d’architectes, ouvert, anonyme et à deux degrés. À l’époque, sur les 103 bureaux inscrits à l’OAI, 98 avaient demandé un dossier, dont 44 avaient soumis un projet. Cinq projets avaient été sélectionnés pour le deuxième degré, à savoir l’Atelier d’architecture Dariusz Pawlowski (troisième prix), Lurdes Dos Reis Nunes, Schemel Wirtz Architectes (deuxième prix) et Tatiana Fabeck et Tetra Architectes Paul Kayser [&] associés. C’est le projet de ce dernier bureau qui avait remporté le premier prix ayant convaincu le jury de façon unanime « par son architecture durable alliant esthétique et fonctionnalité, son caractère lumineux et généreux, son intégration réussie au site et son identité assez marquante » et qui, depuis, est en train de se réaliser.

Il était grand temps que les organisations professionnelles des métiers qui conçoivent et construisent l’environnement bâti du grand-duché se dotent d’un véritable bâtiment représentatif. Jusqu’alors, c’était plutôt à l’une ou l’autre foire à la Luxexpo que l’on pouvait s’apercevoir de leur existence et s’informer sur leurs activités. En effet, l’OAI avait et a encore son siège à Dommeldange dans un bureau au premier étage des immeubles dits Terrasses de l’Europe, un emplacement pratiquement au bout de la ville, une visibilité quasi nulle, une accessibilité plutôt difficile : soit en voiture soit en bus avec une fréquence de deux bus par heure. 

Le nouveau siège quant à lui, se trouvera 4-6, boulevard grande-duchesse Charlotte, à la place de l’ancien Foyer technique de l’Aliai. Ce bâtiment a été démoli pour faire de la place au nouveau siège, le 4 juillet dernier s’est fêté le premier coup de pelle pour ce bâtiment. Le nouvel emplacement est de toute évidence meilleur, très facile d’accès pour la trentaine de visiteurs journaliers et les participants aux nombreuses réunions hebdomadaires, plus proche des membres et du grand public. Le boulevard grande-duchesse Charlotte est un lieu de passage qui garantira d’office aux associations une meilleure visibilité, qu’il faudra savoir utiliser astucieusement au profit de l’image des professions d‘architecte et d’ingénieur. Pour commencer, le programme annonce une ouverture vers le public moyennant un hall d’accueil, un espace foyer et une cafétéria en rapport avec une terrasse et un jardin, une salle polyvalente pour réceptions, conférences et expositions (pour accueillir quatre expositions par an qui attireraient 80 visiteurs.par semaine), un centre de documentation, des archives, une salle multifonctionnelle… Le programme s’étale sur une surface de plus ou moins 1 500 mètres carrés, dont deux tiers hors sol. 

Le bâtiment se veut un signal urbain. Il est composé d’un socle en verre orienté vers le boulevard et dont la façade pourra se présenter transparente ou opaque suivant l’utilisation à l’intérieur. Sur ce socle est posé un volume regroupant la partie du programme liée au fonctionnement des associations : les salles de réunions, les bureaux, les sanitaires, le secrétariat. Ce volume est revêtu d’une peau en tissu métallique qui permettra aux usagers de régler le degré de privatisation et l’intensité de la lumière naturelle par un système coulissant. Au-dessus de tout se trouve le skybox, qui couronne le bâtiment et contient le centre de documentation offrant encore des terrasses et jardins. 

Au moment de la proclamation du jury, la réalisation du projet s’était annoncée en quelques mots : début du chantier : printemps 2006 ; fin du chantier et inauguration : automne 2007. Étant donnée que le premier coup de pelle à été donné en juillet 2008, espérons que l’inauguration sera fêtée en hiver 2009.

Shaaf Milani-Nia
© 2019 d’Lëtzebuerger Land