Une jeune chaîne de télévision francophone

Bol d’Air

d'Lëtzebuerger Land du 22.03.2013

Voilà deux ans– elle a démarré un 28 février – qu’Air TV diffuse. Une autre télévision ? « L’autre TV » si l’on en croit son slogan. Elle s’inscrit à la suite d’une longue liste de chaînes qui avaient toutes pour point commun RTL et la diffusion à partir du Luxembourg. Après Télé Luxembourg, RTL Télévision, RTL TV, RTL9 Est, puis la dernière en date RTL9, place désormais à Air TV. Enfin place en tout cas sur le canal 21 du fameux émetteur de Dudelange (on ne survit pas en effet à près de soixante ans de diffusion, à autant de révolutions technologiques et même à une catastrophe aérienne sans devenir fameux). Parce qu’avec le groupe RTL, plus rien à voir. Avec l’analogique non plus d’ailleurs. Air TV se veut libre et numérique.

Le prédécesseur n’est néanmoins pas totalement éradiqué, on s’inscrit au contraire dans sa continuité. D’RTL9, on a gardé des initiales, pour essayer de garder également l’audience qui allait avec. Le « R » phonétique et le « T » d’Air TV ne sont pas sans rappeler le célèbre sigle. Mais il y a surtout… JLB. Jean-Luc Bertrand ! Indéboulonnable, indémodable, incontournable JLB ! Celui, entre autres, de Citron Grenadine et de Fréquence JLB, émissions phares pour toute une génération devenue aujourd’hui une cible de choix pour l’audimat. Toujours sympathique depuis trente ans, toujours dans la place. Air TV n’aurait peut-être pas eu le courage de naître si ce n’était la figure tutélaire et sécurisante de Jean-Luc Bertrand.

« On a relancé cette chaîne qui est la suite naturelle de RTL 9 Lorraine, explique Alexandre Mensuelle, directeur d’Air TV. C’est toute une histoire qui est partie de la Villa Louvigny, et le Luxembourg et la Lorraine ont vécu au fil de cette histoire. On essaie d’assurer une continuité à cela, je pense que la personnalité de Jean-Luc Bertrand et son émission Bienvenue chez vous [qu’il anime depuis quatorze ans] sont de bonnes bases pour lancer une chaîne. Son public a suivi, c’est confirmé par des études internes ainsi que par les mails et les réactions des téléspectateurs. Après, il y a des choses qui évoluent forcément. »

Quant à Jean-Luc Bertrand, directeur des programmes d’Air TV, il est tout de suite séduit par le projet d’Alexandre Mensuelle. « RTL9 s’est arrêtée en 2010 avec toute la partie hertzienne de RTL. C’était une volonté du groupe d’être sur la TNT française, mais RTL9 étant une chaîne luxembourgeoise, ce n’était pas possible. J’avais déjà travaillé avec Alexandre Mensuelle, qui est le patron de la société événementielle Mira sur plusieurs grosses opérations du temps de RTL9. Lorsqu’il m’a proposé de relancer via la TNT luxembourgeoise un programme qui serait la continuité de RTL9, j’ai très vite accepté ».

D’autant que ça lui permet de continuer à faire la télé qu’il aime. « Nos invités aiment venir chez nous : on leur laisse le temps de s’exprimer. L’autre jour, on a eu Jean d’Ormesson pendant 25 minutes ! Il nous a remerciés car c’est inconcevable sur une autre chaîne. Il faut prendre aussi le temps de bien lire le livre, ou voir le film dont on parle. C’est une question de respect ». « La vieille école ! » ajoute Alexandre Mensuelle en clignant des yeux.

Air TV étant une chaîne très jeune, reste tout de même à faire évoluer la grille des programmes. Elle est pour l’heure encore assez « aérée » si on prend en considération le nombre de rediffusions de séries et de dessins animés vintage, de télé-shopping et autres programmes réchauffés. Mais les projets fourmillent, et les nouveaux concepts apparaissent progressivement. Ainsi La Matinale présentée par Stéphane Soares de 6h30 à 9 heures rameute l’audience locale. Elle s’adresse tout particulièrement aux frontaliers qui partent travailler de l’autre côté de la frontière, avec des points route actualisés, mais aussi une revue de presse et des infos sélectionnées. « On produit chaque jour quelque chose comme trois de programmes frais, explique Jean-Luc Bertrand. On est en train de réfléchir à un nouveau rendez-vous, qui devrait démarrer incessamment. Un projet pour le 19 heures, plus ‘jeuns’. Ce sera une nouvelle émission en direct qui se fonde sur les nouvelles technologies. On recevra nos invités par visioconférence type Facetime ou Skype, plutôt que sur plateau. Ce sera très réactif, ça va donner quelque chose de beaucoup plus naturel et dynamique ».

En attendant, Air TV caresse ses téléspectateurs dans le sens du poil en faisant beaucoup dans le « local ». L’émission L’air du temps accueille des acteurs de l’actualité régionale, qu’ils relèvent de la sphère politique, du monde économique ou culturel. Le but est de cibler la Lorraine et bien sûr le Luxembourg. Car la chaîne est luxembourgeoise. Les bureaux et la régie finale se trouvent au grand-duché depuis le début. Et même les studios de production, jusqu’ici à Metz, vont déménager en partie au Kirchberg d’ici la fin du mois. Selon Alexandre Mensuelle, « 80 pour cent de la production va se faire au Luxembourg. Il y a la place pour une chaîne francophone luxembourgeoise, le français est parlé au quotidien au Luxembourg et il y a toute une population francophone. On ne fait aucune concurrence à RTL Luxembourg avec qui on s’entend très bien. De toute façon, ils sont plus forts que nous, donc nous ne nous battrons pas, » ajoute-t-il en souriant.

Bien sûr, le Luxembourg présente aussi beaucoup d’avantages pratiques selon Alexandre Mensuelle. « Si nous avions voulu monter notre projet auprès d’autorités françaises, nous serions encore en cours d’étude, affirme-t-il. Au Luxembourg, tout se fait plus facilement. Avec notre petite équipe, nous avons su adapter des solutions techniques avec des partenaires notamment luxembourgeois qui nous ont bien aidés ». En outre, le fait que Luxembourg soit une capitale ainsi que ses spécificités culturelles et économiques confèrent selon lui à la chaîne une certaine dimension internationale enrichissante.

Quant au financement, il est assuré exclusivement par des recettes publicitaires, après investissement de fonds propres pour lancer l’activité. « Nous avons une volonté prioritaire, toute mon équipe la partage, c’est d’être indépendants. Pour cela, il faut une autonomie totale d’un point de vue économique. Je n’ai pas envie de dépendre d’une collectivité ou d’une structure qui m’impose une façon de faire. Il y a suffisamment de chaînes qui coûtent beaucoup d’argent au contribuable et qui sont dictées par les politiques ». Et vlan pour le service public, français cela va de soi.

Avec 100 000 spectateurs réguliers par semaine selon une étude TNS Sofres de mai 2012, Air TV garde en ligne de mire les chiffres d’audience engrangés par feue RTL9 : 150 000 à 200 000 téléspectateurs quotidiens. Pour l’instant la chaîne prend ses marques, en bonne chaîne numérique. Son site internet permet d’accéder au live par streaming et d’ici peu une application sera disponible pour visionner des replays. Ce qui sera formidable lorsqu’il y aura un choix plus vaste d’émissions. À demain, si vous le voulez bien…

Romina Calò
© 2017 d’Lëtzebuerger Land