CD Sampler 2003 de la Kulturfabrik

Slaughter-house rock

d'Lëtzebuerger Land vom 28.08.2003

Le gros soupir de soulagement que nous poussions un de ces jours à la découverte de la compilation Kulturfabrik Sampler 2003 dans le courrier! Comme si le CD de promotion était la matérialisation d'un nouveau dynamisme musical derrière les murs de la Kulturfabrik, alors que de prime abord, on y voit surtout un grand bâtiment rénové, aseptisé - et mort. Ou du moins inanimé en temps normal. Si la nouvelle saison doit être lancée à la mi-septembre et que le nouvel exploitant de la grande brasserie a annoncé une réouverture dans les prochaines semaines, ce Sampler vient prouver que les cinq salles de répétition sont très bien utilisées par les onze groupes locataires. 

René Penning, le programmateur rock de la Kulturfabrik, rêvait depuis longtemps de produire un tel disque, comme un prolongement naturel des activités du centre culturel alternatif dans ce domaine, comme la suite logique des festivals de rock indigènes, notamment Sonic Faces. «Nous aimerions créer un véritable label Kulturfabrik, éditer un CD de promotion avec des titres de nos groupes que nous pourrions distribuer, surtout aux organisateurs de concerts étrangers qui nous demandent souvent de leur recommander des formations locales,» expliqua-t-il dans un entretien au Land en mai 2001 déjà. Après les nombreuses difficultés de la Kufa - fermeture administrative, nomination d'un nouveau directeur etc. -, René Penning revient donc à la charge. Il est désormais secondé par Gilles Heinisch, assistant à la programmation, membre e.a. des Kitshickers et cheville ouvrière du label Winged Skull. Édité à mille exemplaires, le disque est surtout envoyé aux agents, aux médias, aux programmateurs pour promouvoir les groupes de la Kufa et, dans le meilleur des cas, les aider à décrocher des dates de concert à l'étranger par exemple.

Deux choses étonnent dans ce disque: l'éclectisme des styles musicaux des groupes qui se sont ainsi retrouvés à répéter à la Kulturfabrik d'une part, et le très haut niveau de la production de l'autre. En effet, alors que du temps des productions lourdes et chères des disques vinyles, les démos se diffusaient sur cassette audio «fait main», dans des qualités souvent douteuses, presque inaudibles, enregistrées avec un matériel de fortune, souvent en live, la démocratisation des moyens de production entraîne un véritable upgrade du genre. À quelques exceptions près, les chansons sont ainsi extraites de CDs produits par les groupes eux-mêmes, la grande innovation du Sampler étant surtout sa composition. 

Car que peuvent avoir en commun le folk-rock pleurnichard des Astronoïds de Berny Z. et Germain K. et le hardcore puissant des infatigables DefDump, le postrock mélancolique d'Actarus ou de Paso Doble et le ska punk délirant en luxembourgeois des Toxkäpp, sinon le fait que tous ces groupes se retrouvent à répéter sous un même toit? Tout se passe comme si la scène underground avait fait un saut énorme en qualité - et en visibilité, grâce à des efforts de labels comme Winged Skull, Own Records ou l'émission Bloe Baaschtert de Radio Ara. 

Un des effets positifs de cette nouvelle émulation est le décloisonnement. Rock à guitare ou punk à message, électro cérébrale ou post-rock instrumental: peu importe, pourvu que la musique soit bonne. Ainsi Sug[r]cane est bien entouré dans le style électronique par les excellents Principal Trade Center ou la nouvelle formation plus rock de Victor aka Cut, Nequi:Bo, née sur les cendres de Tiger Fernandez. On se réjouit d'avance des concerts à venir à la Kufa, car c'est là, dans la musique, que son coeur bat. 

 

La première compilation de la Kulturfabrik, appelée Sampler 2003, avec des titres de: Actarus, The Astronoïds, Chief Mart's, DefDump, Kitshickers, The Last Millennium Suckers, Nequi:Bo, Paso Doble, Principal Trade Center, Sug[r]cane et les Toxkäpp n'est pas en vente, mais peut être commandée, jusqu'à épuisement du stock, auprès de la Kulturfabrik à Esch ; Internet: www.kulturfabrik.lu; e-mail: mail@kulturfabrik.lu

 

 

 

 

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land