Une photo de soi-même, prise par soi-même

Vidéo à la demande

d'Lëtzebuerger Land vom 04.07.2014

Parmi les nouveaux mots popularisés ces derniers mois, le terme Selfie est certainement l’un des plus emblématiques. Une photo de soi-même, prise par soi-même, quoi de plus intéressant pour les autres ? Après tout, Rembrandt a bien peint une centaine d’autoportraits, alors qu’il n’avait même pas de mur Facebook pour les partager, et sans doute moins d'amis qu’un adolescent d’aujourd'hui. En réalité, pourtant, si, il y a largement mieux qu’une photo de vous-même prise par vous-même, c’est un film de vous-même, tourné par vous-même. Et, là, pas question de se la jouer Andy Warhol en posant une caméra en face de son lit pendant son sommeil. On veut de l’action !

L’introduction en bourse de GoPro, il y a quelques jours, a confirmé la bonne santé du narcissisme généralisé : la société qui commercialise les petites caméras destinées à filmer vos exploits représente désormais une capitalisation de près de trois milliards de dollars. Vue la place que ces appareils occupent dans les catalogues des magasins high-tech en ces temps de soldes, il y a fort à parier qu’ils vont faire partie des objets qui auront su  trouver une place dans les produits représentatifs du troisième millénaire, alors que rien ne semblait les prédisposer à un tel succès, comme les tablettes tactiles ou les cigarettes électroniques. Facile d’utilisation, légère, résistante et étanche, avec une qualité de prise de vue très correcte, rien de plus simple que de fixer cette petite caméra n’importe où et de commencer à (se) filmer, toujours avec un grand angle, ce qui ajoute à l’impression de subjectivité.

Avec un tel appareil, même si vous n’êtes pas Felix Baumgartner et que vous n’avez pas un record du monde de chute libre à immortaliser, vous pouvez vous filmer en train de faire du ski nautique sur la Moselle, de faire du vélo au Bambësch, de sauter en parachute, de plonger depuis une falaise, de faire du skate-board à Hollerich, de nager avec des requins, de cuisiner, de jardiner, de trinquer avec vos amis, de jouer du trombone à coulisse... Mais vous pouvez aussi l’attacher à un ballon gonflé à l’hélium pour filmer au-dessus de chez vous, la fixer au collier de votre chien pour voir ce qu’il peut éprouver lorsqu’il se promène dans les bois, ou la cacher dans un ballon de football si vous voulez vivre un match avec un point de vue différent de celui proposé en ce moment sur toutes les chaînes de télévision.

Car c’est bien là l’intérêt de l’objet : permettre un point de vue radicalement différent. Sur Internet, entre des milliers de vidéos de voitures plus ou moins tunées qui passent en accéléré sur un fond musical bien rythmé (le genre a déjà ses codes), on trouve ainsi d’étonnantes images du Kirchberg, filmées avec un drone et une telle caméra. Ceux qui n’ont jamais osé monter sur l’Air-Maxx de la Schueberfouer (et ceux qui y sont montés mais qui n’ont pas réussi à ouvrir les yeux) pourront également vivre l’expérience par procuration.

Cette année, pour les congés, plutôt que faire la queue pour prendre l’avion, ou polluer en consommant des litres d’essence, il ne vous reste plus qu’à rester à Luxembourg, investir l’argent économisé dans un tel équipement et faire preuve de créativité pour ramener des vidéos de vacances qui rendront jaloux vos collègues partis à l’autre bout du monde. Avec une cinquantaine de caméras (ce qui devrait aider à faire monter encore un peu plus le cours de l’action) et quelques jours d’entraînement, vous pourrez même vous filmer en train de vous verser un verre de Riesling en copiant les effets spéciaux de Matrix...

Cyril B.
© 2017 d’Lëtzebuerger Land