CD Hope Dwells Within our Hearts de Paso Doble

Une si grande mélancolie

d'Lëtzebuerger Land du 27.02.2003

Sur la playlist du fanzine culturel Matamore, Vale, alias Valentin Sanchez nomme en tête de liste de ses «films essentiels» Todo sobre mi madre de Pedro Almodóvar. Un extrait du film se retrouve en ouverture du morceau Estebán, troisième titre du premier CD de Paso Doble qui vient de sortir. Hope dwells within our hearts est le fruit d'un an de travail avec zéro budget. Valentin Sanchez, fondateur du groupe avec Cyrille Bohr, a écrit toutes les chansons il y a trois ou quatre ans, puis en décembre 2001, a commencé à enregistrer les premières bribes de musique, tout seul a avec un mini-disc.

Vale est guitariste, autodidacte. Mais il est aussi un des membres fondateurs du plus intéressant label indépendant luxembourgeois, Own Records, fondé en 2000 par une poignée d'amis musiciens. Cinq de ses six membres, qui, presque tous, ont leurs propres projets musicaux à côté, ont finalement participé à l'expérience Paso Doble: Hélio P. Camacho (Songs from Safara, Accatone), Victor Ferreira (sug[r]cane, stereOneric, nequi:bo), Simone Ramos (Tiger Fernandes) et Emre Sevindik (Circle around the zero, stereOneric). Le projet constitue donc un vrai concerté d'Own Records... «Mais cela ne fait pas de doute, pour moi Paso Doble est un vrai groupe,» affirme Valentin Sanchez. D'ailleurs, le 18 avril, ce premier disque sera présenté au public, lors d'un concert à la Kulturfabrik eschoise. 

Valentin Sanchez est aussi membre du conseil d'administration de la Kulturfabrik depuis un an et milite pour les jeunes groupes de rock luxembourgeois. À 27 ans, c'est un homme discret, presque timide. À tel point que, lors de l'assemblée générale qui devait décider de la composition du conseil, il s'était uniquement présenté comme «employé de banque». 

Or, le travail d'Own Records est remarquable: site Internet, publication d'un fanzine régulier (ear::view) sur CDRom, vente de leur catalogue - qui comporte désormais une dizaine de titres - par correspondance etc. Les membres sont tellement actifs et oeuvrent sous tellement de pseudonymes que les ramifications sont parfois difficiles à suivre. Une sorte de culture underground extrêmement active, loin des Rock um Knuedler et autres Atelier.

Mais revenons au premier CD de Paso Doble, qui, sur 38 minutes est une belle et longue ballade mélancolique style post-rock, faite de toutes sortes d'influences. «J'écoute moi-même beaucoup plus de musique mélancolique car je trouve qu'il y a plus de vrai dans cette musique,» explique Vale. À la base de tout le disque, il y a sa guitare électrique très retenue, très mélodieuse, au rythme lourd et triste, enrichie ensuite par des samples extraits de films (e.a. aussi Dead Man de Jim Jarmusch), des boucles sonores tout droit sorties de l'ordinateur, les instruments supplémentaires des amis musiciens. 

Il n'y a pas de chant à proprement parler, la seule voix humaine, les seuls textes sont ceux des samples. Tout fut enregistré avec ce seul mini-disc, la majorité des morceaux dans la salle de répétition qu'Own Recors loue à la Kufa, puis monté et mixé par Emre Sevindik sur son ordinateur. Toujours presque zéro budget. 

«Ce que j'ai constaté en tout cas, c'est qu'un disque constitue une somme de travail énorme!» affirme Valentin Sanchez. Alors, que le label Bang! ait choisi de le distribuer sur le territoire Benelux - en même temps que par exemple Godspeed you! Black Emperor - constitue forcément une reconnaissance valorisante. Largement méritée.

 

Paso doble: Hope dwells within our hearts, Own Records 2003; 37,51 minutes; 10 euros, peut être commandé sur le site du label: www.ownrecords.com.

 

 

 

 

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land