EP de Stories to tell

Telling stories

d'Lëtzebuerger Land du 10.08.2006

Au printemps de cette année, une jeune formation luxembourgeoise a sorti un album de six titres qui mérite qu'on tende l'oreille. Non seulement parce que ces quatre musiciens ont des histoires à raconter, d'où certainement le nom du groupe, Stories to tell, mais aussi parce qu'ils réussissent à créer des ambiances mélodieuses comme on n'en entend que trop peu à Luxembourg. À la base de cette formation, on trouve deux personnes, qui, dès 2003, ont ressenti le besoin de se retrouver pour philosopher sur le monde qui les entoure et sur les questions qui touchent chaque être humain un tant soi peu sensible. De cette rencontre musicale entre Fabrice Kerger (guitare) et Rësch Falchero (chant et guitare) se sont créé les premiers morceaux qui allaient servir de fondation à la suite de l'aventure. Une aventure qui n'est pas prête de s'arrêter, d'après ce que l'on peut constater en écoutant ce premier EP. Lorsque le duo se transforme en quatuor, avec l'arrivée de Gianni Andriani et Rino Mallardi, les choses sérieuses débutent pour Stories to tell. Cet album, dont l'enregistrement s'est effectué en novembre dernier, reflète l'ingéniosité de cette formation. Les six titres qui composent l'album sans titre ont chacun une histoire à raconter, avec des paroles simples, tout en tranchant dans le vif, faisant témoignage d'une grande sensibilité de la part de ses compositeurs. Ainsi, chaque titre représente-t-il une tranche dans la vie de son compositeur. Et chaque morceau, avec une atmosphère propre au style du groupe, transporte l'écouteur dans une ambiance parfois douce, parfois écorchée, parfois pesante tout en restant légère. À l'auditeur de se laisser bercer par des mélodies mi-folk, mi-rock et surtout par une voix très agréable qui bouleverse par une certaine timidité. En effet, Rësch Falchero donne l'impression de ne pas encore se laisser aller à fond, de ne pas pousser la voix, comme on dit, comme s'il avait peur de vraiment s'entendre. C'est dommage dans un sens, parce que ce qu'il laisse entendre est très prometteur, et donne envie de plus. Mais peut-être que, l'aisance et l'expérience faisant, ce chant qui déjà est très captivant (non sans rappeler un certain Berny Z. par moments) se développera vers une des voix les plus mélodieuses du territoire luxembourgeois. En écoutant cette première œuvre, on ne peut que s'apercevoir du talent de cette encore toute jeune formation. Light up my nights, par exemple, fait se dresser les poils sur les bras à chaque âme sensible qui a déjà connu l'amour au moins une fois dans sa vie. Un morceau composé d'un jeu sur le piano et de la voix de Rësch Falchero, sublime combinaison de deux instruments qui laisse entendre que le songwriting a encore de beaux jours devant lui à Luxembourg. Les chansons traitent des choses de la vie, et les titres des morceaux le soulignent, et laissent l'écouteur embarquer dans un voyage très intéressant. Entre balades et morceaux plus rock, le premier album de Stories to tell ne peut qu'enchanter les amateurs de guitare acoustique et de chansons à textes.

Prochains concerts : le 23 septembre, avec Orange Squad, au Café Nexus à Remich, le 30 septembre : Pitcher Party à la Waldschoul à  Esch-Alzette. Pour plus d'informations: www.storiestotell.net.

 

Joanne Goebbels
© 2017 d’Lëtzebuerger Land