Split-CD de Treasure Chest at the End of the Rainbow et Mutiny on the Bounty

Rauque'n'roll!

d'Lëtzebuerger Land vom 08.12.2005

On les attendait au tournant! Les groupes Treasure chest at the end of the rainbow (TCATEOTR) et Mutiny on the Bounty (MOTB) sortent un cd commun ou split, comme disent les initiés. Se fendant chacun de quatre titres, ils nous proposent leur vision d'un math-emocore survitaminé où les guitares se taillent la part du lion. Naissance d'un phénomène ? Composés de membres de différents groupes répétant ou ayant répété dans les locaux mis à disposition à cet effet par la  Kulturfabrik, tel Actarus (RIP), Tiger Fernandez (re-RIP), Do Androids dream of electric sheep?, Eternal Tango ou encore Ganesha, la réalisation commune d'un split s'avère logique, tant  les deux formations naviguent dans des eaux proches. Elles pratiquent chacune leur déclinaison d'un certain math-emocore, c'est-à-dire une musique faite de changements de rythme incessants, aux guitares anguleuses, et au chant protéiforme, allant du cri aux scansions en passant par des passages mélodiques, dont les maîtres à penser sont ou furent Fugazi, At the Drive-In, Sunny Day Real Estate, From Monument to Masses, Sparta ou encore Joan of Arc, pour ne citer que quelques référents d'une scène foisonnante. Signalons aussi que les deux groupes se partagent aussi l'un de leurs membres qui constitue ainsi une espèce de fil rouge à travers la plaque. Ces ressemblances du premier abord sont sans doute renforcées par la production puissante et claire qui donne fière allure aux huit morceaux. Une oreille très distraite aurait d'ailleurs du mal à différencier les deux groupes tant à première vue leur musique paraît semblable sur l'enregistrement. Guitares entremêlées, chants pour le moins énergiques, ruptures rythmiques, tous ces éléments sont utilisés par les deux groupes. Impression renforcée par les compositions touffues et complexes! C'en est d'ailleurs regrettable, les deux groupes, voulant trop bien faire, tendent parfois vers une sursaturation d'idées qui fragmente la lisibilité (et qui peut s'avérer indigeste sur la longueur d'un album). Mettons ça sur le compte d'un enthousiasme débridé de musiciens trop fougueux, car le potentiel est là et bien réel   C'est à TCATEOTR qui revient l'honneur d'ouvrir le bal. Ils nous invitent par un excellent morceau d'introduction (A dawn chorus), qui se construit graduellement autour d'une boucle de guitare entêtante où viennent se greffer les autres instruments, puis un chant scandé et rauque à deux voix emporte le morceau, avant qu'il ne se referme sur la même boucle initiale. Les trois morceaux suivants se chargent de creuser le sillon en proposant autant de petites bombes à fragments d'hymnes emorock entraînants (si si!). Mention spéciale à Your game et son chorus francophile! Puis MOTB se charge de nous servir ses déflagrations sonores. Les morceaux sont encore plus tortueux et semblent s'être débarrassés de toute structure, tant la notion de rupture apparaît comme la clé du songwriting du groupe. Le chant est souvent appuyé par des aboiements propres au mouvement screamcore. À l'image de World domino championship, où tous les éléments servent une urgence communicatrice, renforcée par toutes les saccades qui jalonnent le morceau. Notons aussi les mélodies jouées par les deux guitaristes, qui donnent tantôt un supplément de folie, tantôt un brin d'humour aux morceaux. Mis à part l'une ou l'autre réserve, nous avons affaire à une solide plaque qui se bonifie au fil des écoutes, car l'intensité des morceaux  brûle littéralement les planches! L'interprétation est irréprochable de part et d'autres. Là où TCATEOTR nous assène une certaine évidence mélodique, MOTB préfère se jouer de ce genre d'attentes et batifoler dans ses compositions afin de mieux surprendre. Ne voir en ce CD bicéphale que les deux faces d'une même médaille serait faire mauvaise presse à ces talentueux protagonistes du new rock autochtone. Mais, à défaut du coup de boule que l'on était en droit d'attendre de TCATEOTR et MOTB, cela reste une excellente entrée en matière (comme en atteste leur signature sur le label canadien New romance for kids). Plus d'informations sur le web : www.treasurechest.lu ou www.mutinyonthebounty.lu.

 

David André
© 2017 d’Lëtzebuerger Land