Rotondes

La Caravane passe...

d'Lëtzebuerger Land vom 03.02.2000

...les Rotondes resteront. Lundi soir, lors d'une séance solennelle - très solennelle - de passation de clés, le directeur des CFL René Streff a cédé l'un des deux anciens hangars des chemins de fer, datant de 1875, à la ministre de la Culture Erna Hennicot-Schoepges (PCS), donc à l'État. La première manifestation qui y avait lieu était le concert d'ouverture de la Caravane de l'an 2000, états généraux de l'utopie, manifestation centrale de la Mission d'impulsion 2000-2001 présidée par Jean-Jacques Kasel. Depuis lundi, la Caravane va faire le tour du Luxembourg, ou plutôt de ses lycées, à la rencontre des jeunes (nous y reviendrons). À partir de mars, la rotonde - la deuxième demeurant un garage de réparation pour les autobus des CFL pour quelques années encore - accueillera l'exposition interactive Un voyage pas comme les autres, organisée conjointement avec l'Asti pour son 20e anniversaire et traitant de manière didactique et « ludique » de la vie quotidienne des réfugiés et demandeurs d'asile.

« Le Gouvernement fera analyser les possibilités de donner une vocation culturelle aux rotondes CFL à Bonnevoie, dans le cadre d'un concept d'urbanisation à réaliser de concert avec la Ville de Luxembourg » est-il noté dans l'accord de coalition datant d'août dernier. L'asbl Les Rotondes s'engage depuis sa création, en octobre 1998, pour que ces bâtiments ronds à l'époustouflante charpente en bois soient sauvegardés et utilisés pour une activité socioculturelle au profit des habitants des quartiers environnants. L'une de leurs membres, l'architecte Arlette Schneiders, propose par exemple d'y installer une Cité des sciences du XXe siècle, alors que le député vert Robert Garcia avait déposé, en 1996 déjà, une proposition de loi pour y instaurer une Cité de l'action culturelle, du livre et de la musique. D'autres intervenants plus ou moins habilités y imaginèrent une alternative au musée Pei ou un marché couvert central pour la capitale...

Lors des deux jours d'ouverture, on y vit défiler beaucoup d'acteurs culturels, de tous les domaines, admirer le poutrage sous les spots installés exprès, chacun ayant des idées à la pelle pour y faire des expositions, monter des pièces de théâtre, tourner des films, donner des concerts. Et tous sont d'accord pour dire qu'une restauration douce, qui stopperait la décrépitude des murs et les infiltrations d'eau en un premier temps, mais respecterait le caractère industriel et brut des bâtiments serait préférable à une réaménagement trop somptueux. Le brain storming, la recherche d'idées viables ne fait que commencer. Si les rotondes étaient à la Mission d'impulsion 2000-2001 ce que le CPCA était à Manifesta 2 et le Casino à Luxembourg '95, elle n'aura pas été complètement vaine...

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land