La petite industrie du film luxembourgeoise

Whatever works

d'Lëtzebuerger Land du 20.08.2009

« Andy Bausch est une des raisons de mon choix pour ce métier, » se souvient Govinda van Maele. Et de cet autographe de son idole qu’il avait réussi à décrocher à douze ou treize ans. « Mais aujourd’hui, Andy Bausch est l’épouvantail des jeunes cinéastes... » qui ne craindraient rien davantage que le reproche de « faire de l’Andy Bausch ». La rupture entre ces deux générations est cruelle mais naturelle : d’un côté  les pionniers du début de la production cinématographique au Luxembourg, souvent autodidactes et dont Andy Bausch était certainement un des précurseurs avec des films mythiques comme Gwyncilla, Legend of dark ages (1986), et de l’autre les jeunes qui en veulent, presque tous détenteurs de diplômes d’écoles de cinéma et ayant choisi ce métier probablement grâce aux structures mises en place ces trente dernières années, des sociétés de production privées en passant par les aides financières directes et indirectes du Filmfund, jusqu’au Centre national de l’audiovisuel et ses missions patrimoniales et de formation. 

« Quand je suis revenue il y une dizaine d’années au Luxembourg, se souvient Beryl Koltz, il y avait ‘les anciens’, jusqu’à Geneviève Mersch, puis en tant que seul ‘jeune’, Dan Wiroth (réalisateur de films d’animation, ndlr). À l’époque, il était extrêmement difficile de trouver un producteur qui veuille accompagner un court-métrage. Aujourd’hui, il y a trente réalisateurs membres au Lars (Lëtzebuerger Associatioun vun de Réalisa­teuren a Scénaristen, asbl) et les producteurs font quasiment du démarchage pour travailler avec nous ! » Après deux courts-métrages personnels, dont le très populaire Starfly (2006), plusieurs fois primé à des festivals (dont le Filmpräis luxembourgeois), ainsi que de nombreux films de commande, Beryl Koltz est en train de développer son premier long-métrage, Hot Hot Hot (Samsa Films/Amour Fou), pour lequel elle attend le verdict du Filmfund quant à son possible financement le mois prochain, avant d’espérer pouvoir tourner au printemps prochain. 

Avec Max Jacoby, dont le court-métrage Butterflies (Samsa, 2005) tourna également avec succès dans les festivals et obtint un prix à la Mostra de Venise ainsi que le Filmpräis, elle constitue le noyau dur de cette « nouvelle génération » que l’ancien ministre des Communications Jean-Louis Schiltz (CSV) aimait à valoriser et à décrire comme l’espoir du cinéma luxembourgeois. Le premier long-métrage de Max Jacoby, Dust, sera présenté en avant-première en novembre, quelques jours avant la prochaine édition du Filmpräis (le 4 décembre au Kirchberg). Max Jacoby et Beryl Koltz tournent des fictions, ils ont des univers personnels très forts et ils écrivent en anglais, c’est une évidence pour eux – mais cela ne l’a pas toujours été pour le Filmfund, qui avait même stoppé le tournage de Butterflies à l’époque. 

Maintenant, il faudra attendre pour voir quelle sera la politique de soutien du secteur du nouveau ministre François Biltgen (CSV, qui avait déjà été à ce poste de 1999 à 2004), quelles seront les priorités et les exigences durant son deuxième mandat. Optera-t-on pour des sujets en rapport avec le grand-duché dans une logique patrimoniale ou pour un soutien plus poussé des jeunes talents qui percent et auraient même des chances de se positionner à l’étranger grâce à leurs univers, leurs esthétiques et leurs histoires ? Soutiendra-t-on les anciens pour le geste, pour leur aider à vivre, ou jugera-t-on seulement le projet, sur le scripte et le plan de financement ? 

Après la réelle crise du secteur il y a cinq ans, période durant laquelle une société (Carousel Picture Company) a fait faillite et d’autres vacillèrent, parallèlement à une perte d’attractivité du système d’aides publiques au cinéma face à une concurrence grandissante en Europe, le nouveau système d’aides mis en place en 2007 et jugeant les projets de films selon un système à points distribués selon la présence ou non de nationaux aux différents postes, le secteur semble peu à peu reprendre des forces. Même si le marché des maisons de productions a connu une certaine concentration – seize sociétés furent agréées auprès du Filmfund en décembre 2008 – et qu’un certain nombre de techniciens ont quitté le secteur à l’époque. Le renouveau vient actuellement surtout des cinéastes eux-mêmes.

« C’est évident, dit le réalisateur Yann Tonnar, les producteurs produisent les films qui correspondent à la ligne définie par le Filmfund, » c’est-à-dire qui aient une garantie de financement. Parmi ces projets, des documentaires comme ceux de Yann Tonnar, Vue(s) de loin (avec Pascal Becker, Iris Production, en phase de montage) sur quatre émigrés luxembourgeois vers des destinations exotiques et le regard qu’ils portent sur le Luxembourg, ou Schrebergaart (Samsa, en tournage) sur ces jardins ouvriers à Esch. Ce sont des « documentaires d’auteur », comme aussi le « rockumentary » We might as well fail de Govinda van Maele (Red Lion, en postproduction) sur les groupes de hardcore au Luxem­bourg, films qui ont reçu des aides assez conséquentes du Filmfund, entre 250 000 et 310 000 euros. Mais tous les producteurs n’assurent pas forcément le travail de suivi nécessaire de ceux qui restent pour eux de « petits films ». 

« Une des perversions des systèmes de financement publics du cinéma en Europe est que, plus on produit, plus on gagne d’argent, » lance d’ailleurs Joy Hoffmann du département cinéma du CNA et membre du comité de lecture du Filmfund. Son appréciation est d’autant plus juste qu’au Luxembourg, il n’y a pas d’investisseur privé, pas de chaîne de télévision intéressée à la production de contenu, qui coproduise des films nationaux. Joy Hoffmann est un des militants pour l’introduction d’un programme de formation couplé à la production d’un premier court-métrage au sein du CNA (voir ci-contre). Car après le premier enthousiasme du Filmfund pour la nouvelle génération de réalisateurs et une politique généreuse d’aides aux premières œuvres, il y a comme un contre-coup : finalement, des faiblesses, notamment du côté des scénarios, ont été décelées, tous les films ne reviennent pas couronnés de prix d’une tournée internationale des festivals, donc la stratégie pourrait être redéfinie. 

Actuellement, peu de cinéastes se plaignent des conditions matérielles qui leur sont offertes dès leur tout débuts au Luxembourg, sinon peut-être que le système à points a été développé avec la seule Ulpa (Union luxembourgeoise des producteurs audiovisuels) et attribuerait des avantages financiers aux producteurs et aux techniciens, au détriment des réalisateurs, qui pourtant détiennent les clés d’un bon film – et portent souvent le plus grand risque personnel. Le système de chômage de l’intermittent du spectacle ne convient pas non plus à leur métier, comme les phases d’écriture ou de développement d’un film ne peuvent guère être créditées pour l’obtention d’une indemnité de chômage. 

Mais il y a aussi d’autres jeunes comme Jacques Molitor, Laura Schroeder, Fred Neuen, Chris Neuman, Ben Andrews, Jean-Louis Schuller ou encore Sascha Heyar qui seront en compétition pour le Filmpräis catégorie court-métrage cette année – entre eux, impossible de déceler un « style », une « esthétique » ou une « école » grand-ducale, tellement ils viennent d’horizons et de formations différents, c’est évident. À cela s’ajoutent des premiers films de réalisateurs qui ne sont plus jeunes pour autant, comme Jean-Claude Schlim (House of boys) ou Nicolas Steil (Réfractaires), sans parler des habitués, notamment Andy Bausch. 

Ce qui est nouveau, outre le fait que cette génération de cinéastes est d’emblée plus professionnelle et a plus de facilités que leurs prédécesseurs, c’est peut-être le naturel avec lequel ils considèrent ce qu’ils font non pas comme une passion qu’on assouvirait à mi-temps, à côté d’un métier « sérieux », mais comme un métier auquel on se consacre à temps plein. Il faut écrire les scénarios, développer les projets, démarcher les financements, tourner, post-produire, promouvoir... Et ils ne visent pas uniquement une carrière au Luxembourg, ne veulent pas tourner la nième histoire sur la deuxième guerre mondiale dans l’Œsling, mais des films aux thèmes universels, qui peuvent jouer ici comme ailleurs et être compris, toucher partout sur le globe. 

« On fait de l’art, » affirme sans hésiter Jeff Desom. « Il faut avoir quelque chose à dire et trouver une adéquation entre ce qu’on a à dire et la forme dans laquelle on le fait, » estime pour sa part Beryl Koltz, pour laquelle il ne peut y avoir aucune considération commerciale lors de la création. Ces missions-là relèveraient plutôt du domaine du producteur, et, plus tard, de ceux qui doivent en assurer la promotion.  

Ce n’est pas sur le site Internet www.filmfund.lu, pourtant lancé avec enthousiasme par l’ancien et nouveau ministre des Communications, François Biltgen (CSV) en 2002, que l’on apprendra des choses sur la vitalité du secteur audiovisuel au Luxembourg : cela fait au moins cinq ans que le site est inaccessible. Le Filmfund a également arrêté de présenter publiquement son rapport annuel, comportant pourtant des chiffres intéressants sur la production de films au Luxembourg, dotée de 6,5 millions d’euros cette année. Personne ne dira officiellement quelles sont les causes de ce repli, mais en coulisses, on sait que la mésentente entre l’ancien ministre Jean-Louis Schiltz (CSV) et le directeur du Filmfund, Guy Daleiden, était à son paroxysme en début d’année – l’engagement politique de ce dernier en tant que vice-président du DP n’a certainement rien arrangé. D’autres supputent que cette non-communication serait une stratégie afin de pouvoir adapter les règles d’attribution des aides directes selon les lubies et les lobbies du moment.

Le fait que le Filmfund ait reçu une rallonge considérable de deux millions d’euros par rapport aux traditionnels 4,5 des années précédentes est certainement une preuve d’une part du soutien de l’ancien ministre et du gouvernement au secteur, mais de l’autre aussi du dynamisme des cinéastes. « Pour la première fois, nous avions en 2008 plus de projets que nous voulions soutenir que de moyens financiers, » se réjouit Guy Daleiden. Deux rallonges ont finalement permis d’attribuer des aides sélectives à 35 projets, pour un montant total de 6,2 millions d’euros. 

Les aides à l’écriture et au développement ont même progressé de l’ordre de 90 pour cent (à 525 000 euros pour treize projets) ; 23 projets ont obtenu des aides à la production. Les plus grosses sommes sont allées aux long-métrages Dust de Max Jacoby (Red Lion, 970 000 euros) et Trouble no more d’Andy Bausch (Paul Thiltges Distribution, 570 000 euros). Personne ne savait dire cette semaine quelle pouvait être la « réorganisation des structures administratives », entre autres du Filmfund, annoncée dans l’accord de coalition. 

josée hansen
© 2019 d’Lëtzebuerger Land