Chronique Internet

Google et Facebook rivalisent

d'Lëtzebuerger Land vom 08.07.2011

Google et Facebook luttent ces jours-ci au coude-à-coude pour emporter la faveur des internautes, et il est intéressant de noter les coups portés au fur et à mesure par chacun de ces deux géants du Net pour essayer de prendre le dessus. À première vue, pourtant, les deux entreprises jouent sur des marchés différents, le premier maître de la recherche et de la publicité par mots-clés, le second, réseau social le plus développé du Net, qui a réussi à faire de 750 millions d’internautes des « amis » plus ou moins actifs.

Après avoir déjà tenté par deux fois, avec ses produits Buzz et Wave, de prendre place sur le marché des réseaux sociaux, Google a lancé il y a quelques jours une troisième offensive avec son service Google+. Selon les premières constatations – le service est confiné pour l’instant à un cercle restreint de beta-testeurs – Google+ corrige non seulement une partie des erreurs faites avec Buzz et Wave, mais apparaît aussi bien mieux pensé pour s’imposer durablement dans le paysage des réseaux sociaux. L’intégration de Google+ avec les autres outils de Google devrait lui permettre à terme de s’infiltrer progressivement, de manière virale, dans la vie des internautes et de tenter de les séduire sans qu’ils doivent nécessairement prendre la décision consciente de s’y engager. La principale caractéristique avec laquelle Google+ espère fidéliser les internautes est son approche plus sophistiquée des « cercles ». Plutôt qu’une collectivité d’amis tous jetés dans le même panier et ayant tous accès aux mêmes posts et photos, comme sur Facebook, Google propose à l’utilisateur de définir des cercles différents, amis, connaissances, collègues, familles par exemple, et de publier de manière plus ciblée.

Grâce à une nouvelle barre noire ajoutée à tous ses outils sauf Gmail il y a quelques jours dans le haut de l’écran, Google va tenter d’intégrer Google+ à tous ses services, générant des notifications de type réseau social à l’occasion d’une recherche en ligne par exemple. Le profil des utilisateurs de services Google va devenir systé-matiquement public à compter dela fin du mois – du moins le nom et le prénom de chaque utilisateur –, une manière de faciliter la pénétration de Google+. Et aussi d’attiser les critiques en matière de protection de la sphère privée. Google fait valoir que la quasi-totalité des profils Google sont déjà publics aujourd’hui.

La réponse de Facebook est venue d’un domaine où Google possède une longueur d’avance : celui du chat. Le réseau de Mark Zuckerberg a annoncé de nouveaux modes de chat et un partenariat avec Skype qui va permettre d’enrichir l’expérience du réseau social grâce à des chats vidéo. L’initiative montre quela lutte entre les deux entreprises va se jouer sur plusieurs fronts, mais que l’interaction instantanée entre internautes y jouera un rôle déterminant. Pour l’instant, le chat vidéo proposé par Facebook est limité à une personne – alors que Skype essaie de son côté d’attirer des clients payants pour son service de vidéoconférence à plusieurs, mais il n’en devrait pas moins être capable de renouveler l’intérêt des utilisateurs. Chez Google, en revanche, le mode chat, qui sera proposé aussi dans le contexte de Google+, est centré sur le mode « groupe » (jusqu’à dix personnes) et est gratuit. L’outil appelé Hangout semble capable aussi bien d’utilisations professionnelles, par exemple pour une vidéoconférence d’équipe, que de conversations au fil de l’eau entre amis.

Un des enjeux dans cette bagarre est la gestion des contacts. Facebook a bloqué récemment une extension conçue pour le navigateur Chrome de Google qui permet d’exporter sa liste d’amis Facebook. Le lancement de Google+ a semble-t-il débouché sur une intensification des exportations de listes d’amis, et Facebook a réagi en occultant de manière ciblée le champ e-mail des contacts afin d’empêcher, ou du moins de rendre plus difficile, la « récolte » des contacts pour expor­tation. Il sera intéressant ces prochains mois de compter les points dans cette lutte entre les deux géants.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land