Écurie

d'Lëtzebuerger Land du 15.07.2011

Ce genre de déclaration fait penser à une opération de sauvetage, une action destinée à empêcher une société cotée en bourse de se faire dézinguer. Vendredi, le gouvernement a sentencieusement « réitéré son soutien » aux promoteurs des projets de construction à Livange et à Wickrange. Pour le citoyen lambda, c’est une non-information, car les ministres concernés ont déjà ouvertement exprimé un enthousiasme suspect quant à la réalisation de ces projets. L’information était donc moins destinée au grand public qu’aux promoteurs de ces projets et à leurs argentiers. Beaucoup de citoyens tentent d’ailleurs toujours de comprendre ce qui peut bien justifier l’appellation « intérêt national » d’un stade de foot flanqué d’un énorme shopping mall. Les résultats de l’équipe grand-ducale ou la fréquence des événements sportifs internationaux ?

Selon leur communiqué, les ministres ont discuté des projets « dans le contexte de la parution de l’avis de la commission d’aménagement concernant la modification projetée à cet effet du plan d’aménagement général de la commune de Roeser et à l’occasion des présentations publiques des masterplans ». Sans rire : d’abord, la présentation publique du masterplan de Livange n’aura lieu que lundi prochain (donc plus de deux ans après l’annonce du projet), ensuite, l’avis de la commission est classé « secret défense » jusqu’à nouvel ordre. Il ne sera accessible que lorsque les responsables communaux en auront débattu et auront provisoirement donné leur feu vert à la modification du PAG. Rappelons que la nouvelle de l’implantation du stade à Livange avait seulement été confirmée par le gouvernement après les révélations de la presse en février 2009. Jusque-là, les négociations s’étaient déroulées à huis clos, les études de terrain, annoncées ensuite par le ministre du Développement durable, n’ont pas été davantage rendues publiques. L’ouverture d’esprit, la qualité de la communication et le souci de transparence face au citoyen souverain n’ont donc pas vraiment été exemplaires.

Dans cet ordre d’idées, il y aura tout autant d’opacité après la question posée par le député libéral Eugène Berger mardi au parlement. Il avait voulu savoir pourquoi le gouvernement continuait à soutenir « ce projet absurde » et incohérent du point de vue des principes de l’aménagement du territoire. Or, il s’était trompé de ministre – le ministre de l’Intérieur Jean-Marie Halsdorf (CSV) ne sera saisi du dossier qu’en fin de procédure, même s’il avait bel et bien été l’initiateur du projet et n’a jamais caché ses sympathies pour son promoteur.

Son successeur Claude Wiseler (CSV) n’a pas davantage cru indispensable de sauver le soldat Berger. Mais de toute façon, on a eu le sentiment mardi qu’il s’agissait moins d’un souci d’éclairage que de la volonté de lâcher une bombe : l’avis critique de la commission de l’Aménagement du territoire – qui est en principe indépendante – aurait été édulcoré suite aux interventions du ministre. Cette grave accusation n’a jusqu’ici pas été démentie par le gouvernement.

L’autre détail qui tue : le député CSV Robert Weber s’est lancé dans la campagne électorale pour les élections communales de Roeser avec pour mot d’ordre de faire capoter le projet de Livange.

Pendant ce temps-là, le promoteur Flavio Becca tente de maintenir le moral des troupes du team Leopard à la Grande boucle. Vouloir coacher une équipe gouvernementale avec son cortège de hauts fonctionnaires comporte des aléas au même titre que chaperonner une écurie de Formule 1 ou une équipe de cyclistes. Ce n’est pas gagné d’avance.

anne heniqui
© 2017 d’Lëtzebuerger Land