Théâtre

Comme un dimanche

d'Lëtzebuerger Land du 26.10.2018

Dernier venu des petits théâtres de quartier et jouxtant l’École de Théâtre fondée en 1999, à Neudorf, le Théâtre Le 10 propose depuis la semaine dernière La vie quotidienne, de et avec Alain Holtgen, une comédie presque télévisuelle qui s’articule en une série de tableaux cocasses et grivois. Un divertissement léger au style quelque peu « vintage », qui ne manquera pas de séduire les amateurs du genre.

L’histoire de la pièce, c’est celle, banale ou plus loufoque, de ses trois personnages : George, un dramaturge cynique et rabat-joie, sa compagne Charlotte, dermatologue, apprentie comédienne et amatrice d’art « contemporain » et l’ami de cette dernière, Simone, vamp mangeuse d’hommes et de défis... Dans une chronologie toute relative, ces trois amis vont dépeindre des tranches de vie très réelles avec un humour franc, vaudevillesque et sans chichis, du type de celui qu’on a pu retrouver ces dernières années dans les micro-séries télévisées d’après journal : Un gars, une fille, Nos chers voisins ou encore Comme1lundi au Luxembourg... C’est d’ailleurs une des forces de cette création : l’ancrage local de certaines anecdotes faisant écho au quotidien du public. Ainsi, Charlotte se trompe de route en allant à Esch-sur-Alzette rendre visite à Simone et le frère jumeau de George – qui apparaît soudain sorti de nulle part, comme un jumeau diabolique –, aime à s’envoyer en l’air furtivement avec son collègue policier dans les sous-bois du Bambësch...

Au cours des 90 minutes de La vie quotidienne, le public pourra ainsi découvrir comment se sont rencontrés Charlotte et George, pourquoi elle s’enthousiasme de beaucoup quand lui s’emporte contre tout, surtout contre les affects artistiques de sa compagne qu’il ne comprend pas. Il pourra s’amuser de l’érotisme tout à fait unique et débridé de Simone, que rien n’arrête, même pas l’incarnation de Phèdre de Racine à la Comédie Française, des années plus tard... Tout au long de l’action, le trio d’amis interprétés respectivement par Elise Dathie, Alain Holtgen et Shiva Gholamianzadeh ne cessera de partager sans retenue les aspects les plus intimes de leur personnalité et de leur vie de tous les jours de manière plutôt convaincante, malgré de gros à peu près dans l’interprétation, mais qui, au final, peuvent ajouter au naturel des interactions. Si l’exécution semble en effet parfois un peu amateure, l’intention est toujours bonne et le contact avec le public est réussi. Mention spéciale au truculent frère jumeau, délicieusement grossier et burlesque !

En termes de scénographie, c’est le minimalisme qui prime : la communication du théâtre mentionne une « mise en boîte » d’Alain Holtgen plus qu’une mise en scène et c’est le cas, pas ou peu d’éléments de décor, un simple cadre changeant sur le mur du fond pour indiquer le lieu de l’action et quelques babioles... S’il est agréable de se concentrer sur le jeu des interprètes pour ce genre de comédie, un petit effort à ce niveau aurait probablement pu amener un peu de relief à cette réalisation, notamment pendant la première demi-heure rythmée tambours battants par un jingle jazz répétitif un tantinet agaçant...

Avec La vie quotidienne, Le 10 et sa compagnie proposent donc un moment parfait pour un weekend, simple et léger, sans faux-semblants qui, à défaut de les surprendre pour l’instant, ravira les adeptes de sketches et qui inaugure une saison à suivre de près pour ce nouvel établissement de culture.

La vie quotidienne, « mise en boite » d’Alain Holtgen, avec Elise Dathie, Alain Holtgen et Shiva Gholamianzadeh, au Théâtre Le 10, route de Neudorf à Luxembourg, sera encore joué le 27 octobre et les 17 et 24 novembre à 20h30 ainsi que les 4, 11 et 18 novembre à 18h30 ; www.theatre10.lu

Fabien Rodrigues
© 2018 d’Lëtzebuerger Land