Projet d'urbanisation

Défrichage, suite

d'Lëtzebuerger Land du 13.12.2001

Personne n'a gagné ! Lors de ses délibérations, le jury composé d'architectes, d'urbanistes et de paysagistes, sous la présidence de D.W. Dreysse, n'a pas pu retenir de projet gagnant parmi les huit bureaux d'architectes et d'urbanistes ayant participé au concours international pour la friche de Belval-Ouest. Outre une mention pour le bureau Steidle et partenaires de Munich (accompagné d'une prime de 10 000 euros), le jury a retenu trois projets - Jo Coenen [&] Co. de Maastricht, Arte Charpentier [&] associés de Paris et Trojan [&] Trojan de Darmstadt - qui lui semblaient valables mais perfectibles. Encouragés par une prime de 20 000 euros, ses trois bureaux disposent donc d'un délai supplémentaire de six semaines, jusqu'au 18 janvier 2002, pour affiner leurs propositions et présenter un projet définitif avant que le jury ne choisisse le gagnant final. Un mauvais présage ? 

Il faut dire que les instructions du masterplan élaboré par le ministère de l'Aménagement du territoire était peut-être une base à la fois trop précise et trop vague. Ainsi, les grandes lignes d'orientation sont déjà définies : division des 120 hectares (un tiers du Kirchberg !) en cinq quartiers - Cité des sciences, Central Gate, Square Mile, Südband et Quartier Belval - avec des fonctions spécifiques pour chacun, habitat, entreprises, commerces, institutions publiques, espaces verts, axes de circulation etc. Il fallait, en respectant ces données plus une douzaine de critères comme la diversité, la capacité de développement ou le caractère inédit, « définir un concept intégré pour la construction, la viabilisation et les espaces libres sous forme d'urbanisation générale. » Avec, en plus, ces monuments historiques que sont le dernier haut-fourneau, la salle des soufflantes ou les deux grandes cheminées comme éléments fortement marquants sur le terrain.

Devant ce défi, les architectes parisiens Arte Charpentier [&] associés ont choisi une sorte de fuite en avant, optant pour une mise en scène très baroque dont ils affirment qu'elle s'inspire de l'idée de la ville idéale. Sur les plans et maquettes, leur résultat ressemble à un parc d'attractions à la Disney : grande ouverture en triangle ouvrant la vue des cheminées vers la terrasse des hauts-fourneaux, place centrale marquée par des éléments d'urbanisation enjoués et ostensiblement futuristes, au bord du kitsch, et ...canaux d'eau reliant ces espaces libres. Devant cet amalgame d'éléments fantaisistes, les quartiers d'habitation construits de volumes pouvant aller jusqu'à six étages semblent presque banals. 

Plus sobre, plus géométrique aussi, le projet d'urbanisation de Jo Coenen [&] Co. opte pour un regroupement des espaces bâtis en grappes ou clusters. Leur projet fonctionne avec un véritable centre autour de la future Cité des sciences et du « jardin industriel », centre qui sera également marqué par les volumes bâtis plus importants. En bordure de cette marque architecturale, les habitations feront le lien avec les espaces verts et de repos. 

Les allemands Trojan [&] Trojan ont, eux aussi, opté pour la sobriété d'un projet très géométrique, organisé autour d'une place centrale appelée « parc industriel », délimitée par des bâtiments au nord et au sud et allant jusqu'au Central Gate à l'est. L'organisation rigoureuse en blocs géométriques permet alors de créer des ouvertures et espaces vides qui donnent à leur projet un air de sérénité.

Alors que ces trois bureaux d'architectes s'activent donc ces jours-ci pour développer leurs projets, le temps presse sur le terrain. Les deux premiers investisseurs potentiels, Dexia-Bil et l'Utopia, intéressés à venir s'établir sur la friche déclarée « priorité des priorités » par le gouvernement, avaient posé comme condition sine qua non de pouvoir commencer très vite à construire, avec comme objectif de déménager en 2004-2005. Et le gouvernement entend faire de Belval-Ouest un projet phare de son attachement aux friches industrielles et de leur revalorisation. 

 

L'exposition de tous les plans et maquettes des huit participants au concours d'urbanisation organisé par Agora dure jusqu'au 21 décembre dans la salle des fêtes de la maison communale de Belvaux ; ouvert du lundi au vendredi de 10 à 12 et de 14 à 19 heures ; samedi de 10 heures à midi. Pour plus d'informations : www.agora.lu ou consultez notre dossier Friches industrielles sur www.land.lu.

 

josée hansen
© 2019 d’Lëtzebuerger Land