Nouvelles du front

d'Lëtzebuerger Land du 05.05.2017

C’est un phénomène que nous connaissons tous : la meilleure élève de la classe prétend toujours avoir loupé son test, mais finit avec 17/20 ; le supporter parie sur la défaite de son équipe favorite ; les enfants se disent qu’il y aura sûrement des épinards à la cantine pour espérer que, au contraire, on leur serve une belle portion de frites. Imaginons le pire pour éviter qu’il ne survienne. Écrivons donc un petit scénario de politique fiction : dans deux jours, en dépit des sondages et de leur machisme chronique, les Français pourraient bien élire une femme comme président de la République. S’ils l’ont fait, il sera trop tard pour se plaindre, et il faudra bien vivre avec, comme Donald Trump, le Brexit ou la mode du « pyjama de ville » pour cet été. Ils auront Le Pen, et nous de la peine. Imaginons donc de quoi pourrait être fait ce quinquennat, dans l’hypothèse assez improbable où la candidate du Front National tiendrait ses promesses :

Tout d’abord, sortie de la France de l’espace Schengen et de l’Union européenne, assortie d’un retour des contrôles aux frontières. Il suffit de réfléchir trente secondes pour imaginer que les frontières ne seront pas fermées que dans un sens, et visualiser les embouteillages s’allonger jusque Nancy les jours de semaine, ou immobiliser complètement l’autoroute de Steinfort à Dudelange en période de vacances. Trois heures pour arriver au travail, trois heures pour rentrer chez soi, ça fera des bonnes journées de quinze ou seize heures pour nos collègues frontaliers. Enfin, ça c’est dans l’hypothèse optimiste où le Grand-duché délivrerait assez rapidement des permis de travail pour les ressortissants français. Le service des étrangers du ministère de l’Immigration aurait fort à faire pour délivrer quelques dizaines de milliers de permis de travail dans les délais requis. On devrait donc compter des listes d’attentes rien que pour avoir le droit de faire la queue sur l’autoroute… cela fait rêver ! Si vous vous sentez concernés, vous pouvez sans doute déjà prendre rendez-vous auprès du consul honoraire à Montigny-lès-Metz, qui reçoit de 10 heures à midi.

Cependant, l’attente vaudrait sans doute son pesant de cacahouètes dans la mesure où la France aurait également abandonné l’euro pour repasser au franc. Les hypothèses les plus optimistes tablent sur une dépréciation de la valeur monétaire d’au moins quinze pour cent à vingt pour cent. C’est d’ailleurs le but : réduire la dette d’autant et favoriser les exportations, car les électeurs frontistes veulent consommer local mais espèrent que les étrangers achèteraient leurs produits. Du coup, les frontaliers, payés en euros, verraient leur pouvoir d’achat augmenter de façon inversement proportionnelle à celui de leurs concitoyens, payés avec de bons vieux francs français bien dévalués. Autant dire que, au bout de quelques mois, les bouchons pourraient même dépasser Nancy et atteindre Bar-le-Duc ou Dijon. À moins que l’essence, que madame Le Pen aura du mal à importer dans une monnaie autre que l’euro, n’ait tellement augmenté qu’il ne soit plus financièrement possible de prendre sa voiture. On verrait alors peut-être des Français réfugiés économiques camper dans les collines près de Zoufftgen, ou se cacher dans les remorques de camions ou d’autocars en transit pour le Luxembourg pour espérer des jours meilleurs. C’est sans doute ce qu’espèrent les 36 pour cent d’habitants d’Amnéville ou les 28 pour cent d’habitants d’Hagondange qui ont voté pour elle au premier tour et qui s’apprêtent, selon toute probabilité, à la placer également en tête au second. Inutile de préciser que plus aucun Français ne viendrait acheter des cigarettes ou du carburant au Luxembourg, puisqu’il faudrait les payer en euros. La station-service de Berchem pourrait peut-être être reconvertie en zone de transit humanitaire, ou en agence bancaire.

Parmi les autres mesures absurdes qui ne manqueront pas de pimenter la vie de nos voisins, on attend avec impatience les conséquences de, par exemple, « la charte de protection des données personnelles des Français, qui rendra obligatoire le stockage de ces données sur des serveurs localisés en France ». Bien sûr, Internet ça marche comme ça : les données des Français sont sur des serveurs en France, celles des Anglais en Angleterre et celles des Italiens en Italie. Autant dire que nos voisins vont se passer de Facebook, Twitter ou Whatsapp pendant quelques années et auront le plaisir de retourner sur les sites franco-français des années 1990 « Copains d’avant » ou « Caramail ». On ne s’appesantira pas sur les manifestations caricaturales de populisme que constituent la promesse de la retraite à 60 ans, l’obligation pour les étudiants en médecine de faire leur stage d’internat dans les déserts médicaux, le souhait de disposer d’une capacité de défense autonome en augmentant les budgets d’armement de 50 pour cent ou la préférence systématique à donner aux produits agricoles ou industriels hexagonaux. Il ne manque guère qu’un immense mur pour protéger ses concitoyens.

Du coup, on ne peut que s’incliner devant le timing parfait de la nouvelle législation sur la nationalité luxembourgeoise, entrée en vigueur il y a tout juste un mois. Avec les nouvelles possibilités d’accès à la nationalité ouvertes notamment aux résidents, que ce soit par naturalisation ou par option, devenir luxembourgeois pourrait bien être la meilleure solution pour ne plus désespérer de ses compatriotes : Exit le Brexit (comme par hasard, la section consacrée à l’immigration du site guichet.lu est disponible en langue anglaise…) ! Tchao les fachos ! Il ne restera plus qu’à suivre enfin ces cours de luxembourgeois qu’on s’est promis de faire depuis quinze ans.

Cyril B.
© 2017 d’Lëtzebuerger Land