Fichage des citoyens, flicage de l’opposition, Stay Behind, Cour grand-ducale sous influence au menu de la conversation volée entre Jean-Claude Juncker et Marco Mille

Les intrigants

d'Lëtzebuerger Land vom 30.11.2012

La « conversation volée » au ministère d’État, au printemps 2008, entre le Premier ministre Jean-Claude Juncker, CSV, et le directeur du Service de renseignement de l’État (Srel) Marco Mille, dont le Land publie ci-dessous les meilleurs extraits, a comme point de départ un autre enregistrement clandestin d’une entrevue bien antérieure (probablement au courant de 2005 ou début 2006) entre le chef du gouvernement et le grand-duc Henri au Palais grand-ducal, dont on se demande qui en fut l’instigateur, ce qu’il contient au juste qui serait susceptible de « faire trembler le pays ». Et surtout pourquoi, après tant de mois à chercher lui faire cracher ses secrets, personne dans les services secrets ne serait parvenu à en décrypter le contenu, si ce n’est un certain M.1, ingénieur brillant et ancien collaborateur du Srel, au centre de l’intrigue. On ne connaît pas le pédigrée idéologique de cet homme qui détenait le CD de l’enregistrement au Palais, peut-être aussi l’original, et en aurait averti en 2006 un de ses amis, K., agent un peu trouble au Service de renseignement, lequel ensuite en a informé son patron, Marco Mille. Les confessions de M. auraient été laborieuses : il n’aurait révélé le contenu de la disquette aux agents du renseignement qu’au compte-goutte. Il faudra se demander, vu le background du personnage, si on peut le rattacher aux mouvements de la droite ultra-catholique et au réseau Stay Behind, dont il est beaucoup question dans l’entretien de plus de 50 minutes entre Jean-Claude Juncker et Marco Mille (lire aussi page 4). La bande dure au total 120 minutes. Patrick Heck, l’actuel directeur du Service de renseignement, a indiqué mercredi ne pas en disposer de copie, Marco Mille l’ayant emporté avec lui lorsqu’il a quitté ses fonctions fin 2009. Ses prédécesseurs avaient dû eux aussi faire le vide. Dans la bande, l’ex-chef du Srel explique au Premier ministre que lorsqu’il a pris en main le service, en succédant à Charles Hoffmann, il fut devant une black box, un service qui avait perdu sa mémoire. On peut donc subodorer que la « fiche » de l’indicateur a servi à faire du petit bois comme d’autres dossiers dans les archives. En arrivant dans le bureau du Premier ministre armé d’une montre bracelet d’espionnage cachant un dispositif d’enregistrement, Marco Mille cherche à reconstituer le contenu du fameux enregistrement au Palais et à savoir si Jean-Claude Juncker n’a pas parlé de sujets susceptibles de « choquer » le grand-public, notamment de l’affaire du Bommeleeër. Le Premier ministre ne lui donnera pas la réponse, renvoyant le chef du Srel à ses propres théories, quelque jours avant la remise du rapport (non-public) de l’équipe Bommeleeër. Jean-Claude Juncker cherche à faire croire à Marco Mille que sa conversation avec Henri, qu’il craint d’ailleurs de rendre nerveux et qu’il voit seulement au Palais, relevait presque de la banalité. Le décryptage du CD livrera la vérité, si tant est que la copie qui a été livré aux députés contient des données exploitables. Les membres de la Commission du contrôle parlementaire du Service de renseignement en ont en effet réclamé cette semaine une copie et chargé le Srel de procéder à son décryptage, quitte, pour cela, à faire appel aux services de renseignements étrangers. À l’époque de l’enregistrement volé entre Juncker et Mille, ce dernier, ignorant la sensibilité du contenu du CD, redoutait précisément ce coup de main des services secrets extérieurs. Il y a des pistes sur son contenu. De ce qu’en dira M., après avoir été « cuisiné » et mis sous pression par des agents du Srel, le grand-duc était fâché et le Premier ministre, lui, ne disait presque rien. Henri y expliquerait que sa mère, la grande-duchesse Joséphine Charlotte, décédée en janvier 2005, avait été très peinée par les allégations contre son fils, Jean de Luxembourg et ses liens supposés avec l’affaire des poseurs de bombe. Ces allégations avaient refait surface, à peu près à la même époque que le premier enregistrement volé au palais, après les confessions à des journalistes de RTL d’un homme qui racontait avoir aperçu le prince aux alentours de l’aéroport, peu avant qu’un attentat à la bombe y soit perpétré. Marco Mille n’en est pas à sa première entrevue avec le chef du gouvernement au sujet de l’espionnage au Palais et du contenu du CD. Quelques jours avant qu’il ne vienne avec sa montre piégée au poignet à l’Hôtel de Bourgogne, il s’était présenté, avec deux de ses collègues du Srel, les agents K. et S. dans le bureau du Premier ministre, mais l’entrevue fut une débâcle et prit une tournure de désaveu pour le chef du Srel. L’entretien enregistré par la suite, où le tutoiement est de mise entre les deux hommes, se fit sur un ton de froide cordialité. Officiellement pour le Srel, il s’agissait de vérifier auprès de Jean-Claude Juncker si la conversation entre lui et le souverain avait bien eu lieu (et si elle pouvait de ce fait, si elle était révélée, mettre en cause la sécurité de l’État) ou si elle relevait de la pure manipulation. Marco Mille porte la montre, mais il n’est pas seul : l’agent K. le dépose en voiture devant le ministère d’État. On entend d’ailleurs sa voix. Marco Mille, une fois sorti du bureau de Jean-Claude Juncker, lui demande sur quel bouton il doit appuyer pour arrêter la bande et s’il est disponible pour parler. Marco Mille raconte au Premier ministre que l’enregistrement au Palais grand-ducal s’est fait à l’aide du système suisse du Cryptobox, utilisé par l’armée yougoslave dans les années 1980 pour ses transmissions sécurisées cryptant les conversations. Il relève aussi, de façon très opportuniste, que la cour grand-ducale avait demandé, à travers les services de renseignement britanniques avec lesquels, selon Mille, le grand-duc et le palais seraient proches (des documents et des sources crédibles l’attestent, assure-t-il à Jean-Claude Juncker), du matériel d’écoute. Et de souligner, non sans une certaine malice, que les Anglais avaient assuré la sécurité en ex-Yougoslavie. Le Srel aurait appris l’existence du CD en 2006 par cet ancien indic, M., qui est aussi un homme très proche de l’agent K., lequel avait fait partie de la première équipée dans le bureau du Premier ministre,. M. et K. sont des amis proches et cette proximité jette un certain doute sur la mise en scène avancée par les services devant le Premier ministre pour expliquer comment le CD de la conversation entre lui et le grand-duc serait tombé dans les mains d’abord de M., puis du Srel. Un autre élément rajoute au caractère louche de l’affaire : M. connaît bien un ancien policier, W., qui a été par la suite détaché au service de sécurité du Palais grand-ducal. Or, c’est ce même W. qui a été pris sur le fait par les caméras de surveillance autour de la place Aldringen, alors qu’il passait un coup de fil anonyme depuis une cabine téléphonique de la Poste, en train d’essayer de faire chanter le grand-duc. L’affaire n’avait pas eu de suites judiciaires en raison d’irrégularités de la procédure. De cet ingénieur décrit comme un professeur Tournesol, on retient d’abord qu’il fut longtemps un des fournisseurs de puces du Srel et de la police dans les années 1980 et 1990 pour leurs enregistrements clandestins pour traquer les informations en dehors de tout cadre légal (ce qui mériterait d’ailleurs de sérieuses explications, comme celles du flicage des citoyens et des partis d’opposition) et ensuite qu’il a équipé de systèmes d’alarmes pas mal de villas et appartements de VIP luxembourgeois. Il aurait ainsi livré au Service de renseignement luxembourgeois du matériel pour 28 000 francs luxembourgeois, mais comme sa fiche d’identification, les traces de la facture n’ont pas été retrouvées dans les caves du service. Dans cette rocambolesque affaire des « écoutes », M. a joué sur plusieurs tableaux, un peu comme un agent double, que l’on aurait cherché par la suite à couvrir. Ses explications pour justifier la possession de l’enregistrement entre le chef de l’État et le chef du gouvernement tiennent du roman de série B. Affirmant être totalement étranger à la pose de puces électroniques d’un autre âge au Palais, il racontera avoir été contacté par deux personnes travaillant dans l’entourage de la famille grand-ducale qui lui ont demandé de les aider à déchiffrer les informations contenues dans un CD. M. leur aurait alors indiqué que le CD ne contenait aucune données, ce qui était faux puisqu’il en avait copié à leur insu le contenu pour tenter d’en percer lui-même les mystères. Ce à quoi il serait donc parvenu, puisqu’il sera capable d’identifier le Premier ministre. C’est à ce moment qu’il se met en contact avec RTL pour obtenir un enregistrement haute définition de la voix du Premier ministre et l’authentifier. L’ingénieur servira initialement une autre version des faits : les journalistes de la radio enquêtant sur l’affaire du Bommeleeër l’auraient contacté pour qu’il les renseigne sur les systèmes d’interception des communications existant dans les années 1970 et 1980, à l’époque des attentats à la bombe au grand-duché. Selon la version officielle, M., par l’intermédiaire de son avocat et après avoir fait l’objet d’écoutes non-réglementaires et de pressions de toutes sortes, acceptera de collaborer en 2006 avec le Service de renseignement, en livrant le CD et quelques informations sur son contenu, mais pas les moyens de son déchiffrage. Cinq personnes au Srel, dont deux techniciens, seront alors chargées d’enquêter sur cette « conspiration » au plus haut de l’État et de réaliser le décryptage, ce à quoi ils auraient échoué. On revient donc aujourd’hui à la case départ : il faut faire cracher son contenu au CD. Sauf que lors de la réunion mercredi de la Commission du contrôle parlementaire du Service de renseignement, ses membres ont appris que le Srel ne disposait pas du CD initial, mais d’une copie seulement, le document, ainsi que l’enregistrement clandestin de Jean-Claude Juncker, ayant été emporté dans ses bagages par Mille. Les anciens agents du Srel seront bientôt entendus par les députés, à commencer par K. aujourd’hui vendredi. Le Premier ministre sera entendu dans la foulée. L’audition de l’agent S. sera pour la semaine prochaine. Jean-Claude Juncker devra entre autres expliquer pourquoi, ayant été informé au printemps 2009, peu avant les élections législatives, par l’ex-agent K (de manière assez indirecte d’ailleurs), qu’il avait fait l’objet d’enregistrements illégaux, il n’a pas entamé, mise à part une purge, de procédure disciplinaire contre le chef du Srel qui partira seulement en décembre 2009 pour rejoindre le secteur privé et prendre la direction du département de sécurité de Siemens. Les agents K. et S. l’avaient précédé quelques mois plus tôt, l’un sera transféré au ministère de l’Économie et le second partira pour le secteur privé. Marco Mille avait-il un « agenda caché » en préparant déjà sa sortie pour se faire embaucher chez Siemens, dont il occupe le poste prestigieux de chef de la sécurité, comme l’aurait suggéré Jean-Claude Juncker en 2009 devant la commission parlementaire du contrôle du Service de renseignement pour justifier la perte de confiance entre les deux hommes et le « limogeage » du patron des renseignements luxembourgeois ? Dans un entretien récent à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, Marco Mille affirme que cette affaire, à ses yeux, est classée et qu’il aurait été en quelque sorte blanchi par les députés en 2009. À l’époque, la commission parlementaire n’avait pas réclamé davantage de précisions de la part du Premier ministre, ni d’ailleurs demandé à entendre le contenu de la bande, donnant foi aux paroles de Jean-Claude Juncker. Dans un communiqué de mardi 27 novembre, les membres de la commission de contrôle parlementaire du SREL, se montrent « surpris » de l’interprétation que Marco Mille fait du classement prétendu sans suite de l’affaire. Marco Mille est un homme ambitieux qui a, bien sûr, cherché à internationaliser son CV. Les autorités luxembourgeoises ne lui ont sans doute pas donné le soutien auquel il s’attendait. Il est possible qu’il en ait tiré une certaine frustration. Le patron du Srel a  cherché à se profiler au sein de la fonction publique européenne, en visant le poste de coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, qui dépendait alors de Javier Solana, le premier haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE. Pour décrocher un job, qui semblait être à sa portée de main, il lui était nécessaire d’avoir le soutien inconditionnel du gouvernement luxembourgeois, à commencer par celui de Jean-Claude Juncker, ce qui ne semble pas avoir été le cas. Non pas par défiance envers le directeur du Srel (qui lui-même se méfiait de ses propres hommes), mais davantage en raison du propre agenda européen du Premier ministre luxembourgeois qui visait alors le job de premier président de l’UE. Le mandat lui échappa de peu. C’est le Belge Herman Van Rompuy qui décrocha le gros lot. Après son « faux-pas » des enregistrements illégaux, Marco Mille a-t-il quand même bénéficié de son coup de pouce et de son influence pour occuper une fonction aussi prestigieuse que celle de patron de la sécurité chez Siemens, job qui était traditionnellement attribué à d’anciens responsables du Bundesnachrichtendienst (BND), le service fédéral de renseignement ? L’ex-directeur du Srel s’était fait lui-même un nom et s’était forgé un carnet d’adresses international impressionnant, notamment auprès de ses homologues allemands, pour que son CV soit retenu par le groupe industriel. La suite immédiate de cette affaire d’espionnage entre des institutions censées travailler main dans la main (Cour, ministère d’État et Srel, lire en page 4) n’est pas brillante pour la classe politique. Le premier geste de Jean-Claude Juncker, après avoir été averti de l’affaire de la montre, plutôt que de demander des explications à Marco Mille, a été de téléphoner au président de la Commission du contrôle parlementaire du Srel, qui était alors Charles Goerens, DP. Il y eut une réunion d’urgence avec certains membres du gouvernement, où les agents du Srel durent s’expliquer. Sous le choc, un des officiels présents ira en avertir illico l’ambassadrice des États-Unis. Mais cet épisode n’a pas (encore) donné lieu à une fuite sur le site Wikileaks.

Véronique Poujol
© 2017 d’Lëtzebuerger Land