Filmpräis 2016

C’est pas mal (pour un Luxembourgeois)

d'Lëtzebuerger Land vom 26.02.2016

Claude Frisoni et Eugénie Anselin présenteront la remise des Filmpräis 2016, qui aura lieu samedi prochain, 5 mars, au Grand Théâtre, en clôture du LuxFilmFest – voilà, tout est dit. La Filmakademie, asbl regroupant quelque 430 membres payants de la profession (qui en compte un millier, selon les estimations du Film Fund), organise pour la deuxième fois cette auto-célébration du secteur, en collaboration avec le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Film Fund), l’académie étant en charge de la sélection des films et de l’organisation du vote, le Film Fund de l’organisation de la soirée. Qu’il décide donc d’avoir recours à un lieu aussi classique que le Grand Théâtre – où le Fonds a également célébré ses vingt ans l’année dernière –, prouve que ses années folles sont passées. C’est quand même plus facile d’asseoir tout le monde dans une salle prévue pour de telles manifestations que de passer des mois à organiser les commodo-incommodo, l’installation d’une cuisine et même des toilettes dans un lieu plus expérimental (Rotondes, Monopol...)

Donc, Claude Frisoni, le retraité du Périgord, et Eugénie Anselin, la jeune pousse tout juste sortie de sa formation d’actrice en Suisse, tenteront le grand écart pour plaire à tout le monde, aux anciens et aux modernes, aux pionniers du cinéma autochtone et aux jeunes diplômés ambitieux. La cérémonie durera entre une heure quart et une heure trente, top chrono, pour que les convives puissent ensuite se jeter sur le buffet. Lundi, Guy Daleiden du Film Fund se demandait encore s’il ne fallait pas ouvrir quelques places au grand public, sinon celui-ci devra patienter jusqu’au lendemain, dimanche soir, pour une émission best of sur RTL Télé Lëtzebuerg. Mais de toute façon, aujourd’hui, on regarde des clips Youtube postés en temps réel sur les réseaux sociaux.

Si les huit catégories sont bien fournies, tous les regards sont néanmoins rivés sur la plus mince, celle du meilleur film luxembourgeois (qui doit obligatoirement être une fiction), avec Baby(a)lone de Donato Rotunno (Iris), Eng nei Zäit de Christophe Wagner (Samsa), Les Brigands de Pol Cruchten et Frank Hoffmann (Red Lion) et le Mammejong de Jacques Molitor (Lucil). Mais à la fin, on ne pourra pas dire quel genre – drame social, drame historique, adaptation d’une pièce de théâtre ou drame familial – aura le plus marqué un jury, voire en déduire une idéologie, puisque le vote est anonyme et se fait par des centaines de votants potentiels. Donc il se peut tout à fait que le film avec le plus d’intervenants soit le plus populaire. Et de ce côté-là, on peut être sûr que Christophe Wagner ne partira pas les mains vides, puisque son deuxième long-métrage de fiction (après Doudege Wénkel, trois prix, dont celui du meilleur film, en 2014). Pour les perdants surtout, le fait de ne pas avoir d’argumentaire d’un jury, mais simplement un total du nombre de voix est frustrant.

Neuf documentaires concourent dans leur catégorie, des œuvres aussi opposées esthétiquement et idéologiquement que le Bopebistro Tour, un film de Yann Tonnar documentant la tournée du groupe de son frère, Serge (Legotrip), à travers les bistrots de province, et Black Harvest de Jean-Louis Schuller et Sean Clark, sur le fracking aux États-Unis. Parmi les seize films de fiction coproduits, Le tout nouveau testament de Jaco van Dormael semble partir favori, tout comme Song of the sea de Tomm Moore dans les longs-métrages de fiction. Les courts-métrages sont la catégorie qualitativement la plus faible.

Restent les deux prix les plus problématiques, celui de la meilleure contribution technique (seize nominations) et celui de la meilleure contribution artistique (quatorze nominations, dont trois fois André Dziezuk pour la musique). Problématiques parce qu’ils réunissent des métiers aussi divers que scénariste, compositeur ou acteur. Mais surtout parce qu’ils excluent tous les non-résidents de la sélection. Or, si une coproduction est éligible, pourquoi ses acteurs et techniciens ne le seraient-ils pas ? Ainsi, ni Benoît Poelvoorde, ni Yolande Moreau ou Catherine Deneuve ne pouvaient être retenus en tant que meilleurs acteurs dans Le tout nouveau testament, mais seulement Marco Lorenzini, qui joue un clochard dans quelques scènes. L’argument des organisateurs est que, face à cette concurrence professionnelle, les autochtones n’auraient aucune chance. C’est leur faire bien peu confiance, il serait temps de se rendre à l’évidence que les acteurs et actrices ne sont plus « pas mal (pour un Luxembourgeois) », mais qu’il y en a qui sont carrément bons, quel que soit la star en face. Comme les techniciens d’ailleurs, où l’on risque, sinon, de retrouver chaque année ou Carlo Thoss au son ou Jako Raybaut à l’image sur scène.

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land