Design

Communication par le visuel

d'Lëtzebuerger Land du 13.02.2015

Voilà une exposition à la fois arty, ambitieuse, instructive, toujours sérieuse mais aussi souvent drôle. Le mieux, c’est d’aller voir Resolute – Design Changes entre amis, en famille si on a des grands ados et de se laisser expliquer par les médiateurs du Casino comment travaillent les graphistes designers d’aujourd’hui. Car s’il est toujours question de communication via le graphisme et la typo, elles sont loin les affiches et autres supports traditionnels d’ailleurs largement détournés et pervertis aujourd’hui par les images aguicheuses des médias visuels de tous bords à but essentiellement commerciaux.

La présente exposition vient de Bréda aux Pays-Bas et plus précisément de l’édition 2014 du Graphic Design Festival. L’installation livrée en kit, propose trois sections : « Revue », « Revolt » et « Refresh ». Chacune présente un panel des manières de faire de la jeune génération de graphic designers qui savent utiliser les moyens de communication pour dénoncer, étonner, choquer, bref, faire participer surtout les jeunes – mais les autres classes d’âge ne sont pas exclues ! – à une prise de conscience sur la société d’aujourd’hui.

Dans la première section « Revue » en référence au média traditionnel qu’est le support papier, il s’agit de faire bouger les lignes par exemple dans le cadre de la vie urbaine (Making policy public un travail américain de Center for Urban Pedagogy mené entre 2009-2014). Où tout un chacun – qu’il soit vendeur de rue, en état (potentiel) d’arrestation ou à la recherche d’un logement – a des devoirs et des droits. Sensibiliser sur les problèmes écologiques passera également mieux par le visuel. Ainsi la jeune italienne Elena Turtas a créé un amusant livre pop-up sur un sujet crucial qui concernera sans aucun doute les jeunes adultes de demain : la guerre de l’eau.

La deuxième section « Revolt », se base plus sur les réactions épidermiques. Avez-vous envie de posséder des chaussures en peau de poisson ? C’est ce qu’a proposé le site en ligne Rayfish Footware des hollandais Koert Van Meensvoort, Ton Meijdam et Floris Kaayk qui était en fait un faux. Si des personnes attirées par l’exclusivité so chic sont tombées dans le panneau, d’autres se sont révoltées contre le sort réservé aux poissons tatoués… Circus Engelbert a lui distribué un questionnaire de recensement sur la situation sociale des gens dans un quartier d’Amsterdam. Si d’aucuns ont consciencieusement dénoncé leurs voisins vivant dans l’illégalité, nombreux sont ceux qui ont eu un sursaut « moral » et ont gratifié l’indélicat collecteur de refus assortis de jurons aussi gros que le propos délateur…

Dans la troisième partie « Refresh », non moins politiquement engagée, un site internet a demandé à des défenseurs des gays et lesbiennes russes d’envoyer des portraits arc-en-ciel de Vladimir Poutine (Yuri Veerman & Brigiet Van Den Berg, Putin a Rainbow, 2013) : où l’on verra qu’il n’y a pas que les designers qui ont de l‘imagination en matière d’illustration ironique...

Le comité de l’asbl Design Friends, organisatrice de l’exposition, a en outre créé pour l’occasion une section luxembourgeoise. Dans Postscript : Luxembourg, on verra que les jeunes graphistes locaux ne manquent ni de répondant ni d’imagination. Notre palme va au booklet mode d’emploi de fabrication par Lynn Schammel et Giacomo Piovan dans le cadre d’une nouvelle discipline, le social design, pour la réalisation d’une chaise par des travailleurs en voie de réinsertion. Enfin, chaque visiteur pourra repartir avec des stickers « cmoche » à apposer sur ce qui ne va pas (laid ou kitchissime) dans l’espace public et les «jardinets avants » luxembourgeois. Le créatif Laurent Daubach s’est aussi amusé à répertorier quelques savoureuses fautes de goût sur le site cmoche.lu à la manière d’un annonceur immobilier. Bonne visite !

Resolute – Design Change et Postscript : Luxembourg, est encore à voir jusqu’au 19 avril au Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, rue Notre-Dame à Luxembourg. Ouvert du lundi au vendredi de 11 à 19 heures, nocturne le jeudi jusqu’à 20 heures ; le samedi et le dimanche de 11 heures à 18 heures ; www.casino-luxembourg.lu
Marianne Brausch
© 2017 d’Lëtzebuerger Land