Nouvelle intervention d'artiste "Delirium très Mensch" de Henri Schoetter

Aktuelle Meldung vom 01.09.2021 16:12

La carte blanche à un illustrateur a été confiée ce mois-ci à Henri Schoetter. Formé à l’architecture à Vienne, il nourrit depuis toujours une passion pour le dessin qui lui vient de son grand-père maternel qui « expliquait quasiment tout par des gribouillis avec un coup de crayon d’homme manuel, mais expérimenté et plein d’amour pour le détail ». Entre un père bédéphile et une mère amatrice d’art, il développe une approche éclectique et un désir d’apprendre un maximum de styles et de techniques
qui vont progressivement l’éloigner de l’architecture pour le graphisme et l’illustration.

Il se fait connaître avec les illustrations du programme 2020-2021 des Théâtres de la Ville de Luxembourg. Anxieux de trouver son propre style, Henri Schoetter travaille en décomposant et recomposant ses dessins pour développer un trait personnel, plutôt minimaliste. Pour sa page Land art, il s’amuse d’abord avec les mots : Le titre Delirium très mensch rappelle le delirium tremens pour paraphraser l’état d’hypnose voire le délire du monde moderne des informations. Il y montre
des personnages curieux, sortes de marionnettes qui portent des terres comme des pendules pour s’hypnotiser mutuellement. « C’est une métaphore des médias grâce auxquels on véhicule non seulement des informations, mais qui ont remplacé le Big Brother de George Orwell et le contrôle autoritaire et physique des siècles passés. Nous vivons comme une masse de zombies ensorcelés et notre volonté de réagir de manière physique et commune dans le monde réel diminue », décrit-il. Les vagues et les flammes qui ravagent ses planètes illustrent les catastrophes naturelles issues en grande partie des changements climatiques.

Les humains se ressemblent, mais affichent quelques détails variables pour mieux représenter les différences inhérentes de culture, de génome et d’opinion. « Même si nous sommes tous différents et que, à la base, nous prêchons la tolérance, le système, lui, préfère le semblable, le similaire, le quantifiable et le prévisible. »

France Clarinval
© 2021 d’Lëtzebuerger Land