Mozilla Foundation

Un capitaine homophobe à la barre du navigateur Firefox

d'Lëtzebuerger Land du 04.04.2014

La Fondation Mozilla, éditrice du navigateur Firefox, n’en finit pas de défrayer la chronique. Beaucoup d’internautes avaient réagi avec irritation il y a quelques semaines lorsqu’ils avaient appris que la Fondation envisageait d’introduire des liens publicitaires dans son navigateur pour générer des revenus autres que ceux résultant de son partenariat avec Google. A présent, c’est la nomination d’un nouveau CEO de Mozilla Corporation, en charge au nom de la Fondation de coordonner le développement de Firefox et de ses autres produits, qui a mis le feu aux poudres. Ce nouveau CEO, Brendan Eich, est considéré comme homophobe du fait du soutien qu’il a apporté à une initiative menée en Californie contre le mariage gay. En 2008, Brendan Eich avait fait un don de 1 000 dollars en faveur de la « Proposition 8 », une initiative dont le but déclaré était d’empêcher l’état de Californie d’instaurer le mariage entre personnes du même sexe. Il avait par la suite fait des dons à un parlementaire lié à cette initiative.

Brendan Eich a été engagé par la Fondation Mozilla alors que ses positions anti-gay étaient connues. Son bagage technologique est considérable, puisqu’il a été cofondateur de Mozilla et inventeur de Javascript. Au sein d’une autre organisation que Mozilla, ses prouesses comme programmeur auraient peut-être emporté l’adhésion et fait oublier ses prises de position rétrogrades. Mais Mozilla, symbole de l’ouverture et de la coopération entre développeurs, a un public de fidèles exigeants sur les questions sociétales. À peine connue sa nomination, les protestations ont fusé, assorties de pétitions demandant que Brendan Eich soit démis de ses fonctions. L’une d’elles a recueilli 63 000 signatures en quelques jours. Des auteurs d’applications destinées à Firefox les ont retirées de la plateforme, dont Hampton Catlin, le patron de Rarebit, qui a lui-même épousé le cofondateur de sa firme après que la « Proposition 8 » eut échoué. Catlin a en particulier reproché à Eich de ne pas s’être excusé pour le soutien apporté à cette initiative homophobe, et a demandé qu’il le fasse à présent pour se réconcilier avec la communauté LGBT et une bonne partie des fidèles de Firefox.

OKCupid, un site de rencontres, a exprimé son mécontentement en affichant aux utilisateurs de Firefox, détectés par son serveur, une invitation à se servir d’un autre navigateur pour accéder à ses pages. Ceux qui persistent doivent passer par un message comme quoi « le nouveau CEO de Mozilla, Brendan Eich, s’oppose à l’égalité des droits pour les couples gays. C’est pourquoi nous préférerions que nos utilisateurs n’utilisent pas le logiciel Mozilla pour accéder à OKCupid ».

La Fondation a lancé une vaste campagne de relations publiques pour essayer de limiter les dégâts. Elle a mis en avant sa propre politique à l’égard de ses salariés, qui fait bénéficier les couples homosexuels auxquels appartiennent ses employés de la même couverture sociale que les couples hétérosexuels. Certains parmi les membres de Mozilla ont même essayé de défendre la nomination de Brendan Eich au nom de la culture d’ouverture et de liberté de choix de la Fondation, comme Daniel Glazman, qui a estimé que ces valeurs étaient indissociables d’un « profond respect pour les croyances individuelles ». Pour Glazman, rappeler les choix personnels d’Eich il y a plusieurs années est incompatible avec ces valeurs et injuste.

À travers ces différentes prises de position et le silence persistant de Brendan Eich, l’embarras de Mozilla est palpable. Certains ont critiqué l’attitude de la communauté gay, accusée d’agir hors de toute proportion dans cette affaire et comme les pires groupes de pression. C’est oublier un peu vite à quel point les homosexuels ont été ostracisés et vilipendés jusqu’à il y a peine quelques années, et la sensibilité extrême de la communauté gay à tout ce qui ressemble à une remise en question du début d’émancipation auquel elle accède aujourd’hui. Nul doute que comme CEO un homophobe non repenti.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land