Cinémasteak

Onze films maudits

d'Lëtzebuerger Land du 24.01.2020

Jusqu’au 30 janvier, la Cinémathèque organise des séances de rattrapage où l’on peut voir des films n’ayant jamais été distribués au Luxembourg. Curieusement, parmi les 11 Must-See Movies of 2019 retenus, figurent les derniers longs-métrages de Jim Jarmusch (The Dead don’t die), de Bruno Dumont (Jeanne) et de Christophe Honoré (Chambre 212). Mais aussi des productions plus confidentielles telles que Deutschstunde de Christian Schwochow, Chained for Life d’Aaron Schimberg, The Art of Self-Defense de Riley Stearns, ou encore Booksmart réalisé par l’actrice Olivia Wilde. Il ne s’agit pas de films amateurs ou expérimentaux, mais bien de fictions narratives auxquelles les spectateurs sont depuis longtemps habitués. Leur exclusion des écrans luxembourgeois est d’autant plus surprenante que la plupart de ces productions ont été sélectionnées dans les principaux festivals occidentaux : à Cannes, Berlin, Toronto, Rotterdam. Certaines d’entre elles y ont même remporté un prix. Ainsi, dans la catégorie Un certain regard, Jeanne obtenait à Cannes une mention spéciale du jury, tandis que Diamantino (2018), de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt, y raflait le Grand Prix de la Semaine de la Critique. Actrice fétiche de Christophe Honoré, Chiara Mastroianni était distinguée d’un prix d’interprétation. De son côté, Synonymes, de Nadav Lapid, recevait l’Ours d’or à la dernière Berlinale, là même où An Elephant Sitting Still (2018), du Chinois Bo Hu, était célébré l’année précédente par la presse (Prix Fipresci). Mais les sélections et les distinctions des festivals sont restées sans effet au Grand-duché, aucun exploitant de salle n’ayant jugé avantageux de mettre ces œuvres à l’affiche. On aimerait en connaître les raisons. Sans une exploitation en salles, ces films sont privés de recettes et de public, mis hors d’usage. Avant de rejoindre le cimetière des films maudits, auréolés du charme que les cinéphiles vouent au principe de rareté.

Il faut bien reconnaître que nous avons parfois affaire à des films monstrueux, qui peuvent effrayer des exploitants soucieux de remplir les salles. Malicieusement monstrueux par le sujet en vogue – une chasse aux zombies – dont s’amuse Jim Jarmusch dans The Dead don’t die, par les acteurs de Chained for Life inscrits dans la lignée de Tod Browning, ou par le fait de n’appartenir à aucun genre attitré, comme l’inclassable Diamantino (voir d’Land 03/20). Monstrueux enfin par le format, avec deux films dont la durée excède les 120 minutes : Jeanne et Long Day’s Journey into Night de Gan Bi. An Elephant Sitting Still, quant à lui, frôle les quatre heures de projection. À Metz, où le film était diffusé cette semaine dans le cadre du Festival Télérama, on dénombrait, en soirée, neuf personnes dans la salle.

On l’aura compris : le programme des 11 Must-See movies of 2019 entend donner toute visibilité publique aux grands oubliés de l’année 2019. Révélant certaines carences de l’exploitation cinématographique, la Cinémathèque affirme, à travers sa propre sélection, une sensibilité institutionnelle forgée auprès des festivals internationaux de cinéma. Des choix de films que les exploitants de salle n’ont peut-être pas estimés adéquats au public luxembourgeois. L’affluence à ces séances de rattrapages devrait livrer quelques enseignements sur le sujet.

Au programme des 11 Must-Sees Movies of 2019 : The Art of Self-Defense le mardi
28 janvier (18h30), Chained for Life le jeudi 30 janvier (18h30), Synonymes le jeudi
30 janvier (20h30), toujours à la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg, place du Théâtre

Loïc Millot
© 2020 d’Lëtzebuerger Land