Théâtre

Généreux, engagé et rock’n’roll

d'Lëtzebuerger Land du 07.02.2020

La salle était pleine le 30 et 31 janvier derniers au Escher Theater pour le désormais cultissime (plus de 250 représentations en Europe !) et réjouissant Blockbuster du Collectif Mensuel. Le public était si enthousiaste que les membres de la compagnie liégeoise, qui lui demandaient une petite contribution, ont salué un accueil digne de vrais gauchistes ! Le ton de la soirée était donné et le ciné-spectacle allait démarrer sur les chapeaux de roues et emporter le public jusqu’au bouquet final, explosif !

Né en 2007 à Liège, le Collectif Mensuel qui défend « un théâtre de sens » réunit à la base trois comédiens, Sandrine Bergot, Baptiste Isaia et Renaud Riga, qui participent à toutes les étapes de la création. À côté du jeu, ils écrivent et mettent en scène des spectacles, toujours originaux, où sérieux et humour dialoguent. Au fil des ans, ils ont été rejoints par d’autres artistes, écrivains, musiciens parmi lesquels les multi-instrumentistes Quentin Halloy et Philippe Lecrenier parteagent avec eux la scène comme pour Blockbuster, qui porte aussi la griffe d’un associé de longue date, l’écrivain Nicolas Ancion dont le roman Invisibles et remuants a été librement adapté.

À mi-chemin entre cinéma, théâtre et musique (on est parfois en plein concert), ce spectacle créé il y a cinq ans est toujours au goût du jour. Sa recette est celle du détournement, sa préparation est basée sur le mashup et sa sauce est pimentée à la parodie. Côté cuisine, il y a pas moins de 1 400 plans tirés de 160 opus hollywoodiens. À partir de cette foultitude d’images, après un énorme travail de remontage et de réécriture, le collectif a imaginé son propre Blockbuster aussi improbable que décapant, qui passe au crible les travers de la société, à commencer par l’ultralibéralisme et l’exploitation de « l’immense majorité de ce monde en crise » par une petite classe dominante. Il fait l’éloge du peuple, de sa capacité de résistance et de révolte. On rigole tout au long de ce spectacle, qui mêle les genres (action, aventure, thriller, drame, SF…) et qui, sous des atours de légèreté, est bien sérieux. En phase avec les revendications actuelles, le scénario est truffé de références (on y parle du RSA, du FMI ou encore de la catastrophe écologique), de textes-pamphlets et de chansons comme le légendaire Le Temps des cerises.

À l’écran, après l’incontournable rugissement du lion de la MGM, les plans s’enchaînent à vive allure et une myriade de personnages apparaissent. Des bons et des méchants. Des tendres et des brutes. On y croise Sean Penn et Brad Pitt, Judi Dench et Whitney Houston, Bruce Willis et Tom Cruise, et tous les autres. Corinne Lagneau (Julia Roberts), journaliste d’investigation pour le Scoop est sur le point de révéler une magouille fiscale d’envergure internationale. Au même moment, le gouvernement s’apprête à lancer son Pacte d’avenir, un quatrième plan d’austérité et une taxe sur les trans-
actions boursières. Mortier (Michael Douglas), le big boss des patrons, ne l’entend pas de cette façon, il fait pression sur le gouvernement et sur la presse et embauchera même un tueur à gage (Sylvester Stallone). À la veille de la parution de son article qui épingle les multinationales, Corinne Lagneau est mise à pied. Elle s’exprimera via d’autres réseaux. « Nous entrons en résistance », sera relayé par le petit écran et le bouche-à-oreille. La contestation s’organise, des millions de personnes descendent pacifiquement dans la rue mais la manif sera violemment réprimée…

Sur scène, trois comédiens-musiciens et deux musiciens créent en direct la bande son, des dialogues (trois voix pour des dizaines d’acteurs et encore plus de personnages qui défilent à l’écran) à la musique et aux bruitages. Investissant tout le plateau, ils rivalisent d’ingéniosité pour une performance aussi explosive que précise. À côté de leurs instruments (guitares, batteries, synthé, xylophone, harmonica…) et de leurs voix, les cinq artistes, artisans bricoleurs, piochent outils et ustensiles en tous genres (vaisselle, chiffons, bijoux, bâtons…) dans un grand bric-à-brac pour sonoriser l’intime et le spectaculaire. Quelques coups de talons et c’est toute une armada qui se déplace à l’écran. Avec un humour imparable, des tours de passe-passe et des effets vraiment spéciaux, Blockbuster nous offre un théâtre généreux et engagé, rock’n’roll et libertaire. Le Collectif Mensuel nous donne, lui, rendez-vous le 27 mars au Kinneksbond pour un Sabordage écologique. À noter !

Blockbuster, sur un texte de Nicolas Ancion et du Collectif Mensuel qui en signe la conception et la mise en scène ; avec réunit Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier, Renaud Riga. Produit par la Cie Pi 3,14, le spectacle a été coproduit par le Théâtre National Wallonie-Bruxelles et le Théâtre de Liège où il a été créé le 27 septembre 2015. Il sera à l’affiche du Chapiteau Arsenic2 à Herstal (Belgique) du 14 mai au 6 juin. Au Luxembourg, le Centre culturel Kinneksbond de Mamer accueillera le 27 mars à 20 heures Sabordage, nouveau spectacle du Collectif Mensuel. Plus d’infos sur kinneksbond.lu

Karine Sitarz
© 2020 d’Lëtzebuerger Land