Devorah Sperber, It's all in your head

Histoires d’œil

d'Lëtzebuerger Land vom 21.06.2013

Pour son exposition d’été, la galerie Zidoun offre aux visiteurs une exposition rafraîchissante, ludique et intelligente. It’s all in your head de l’Américaine Devorah Sperber, dont c’est la deuxième présentation à l’espace de la rue Adolphe Fischer, interroge à la fois les mécanismes de la vision et restitue des icônes de l’histoire de l’art et du cinéma.

Pour plonger le visiteur dans l’univers américain qu’elle défriche pour nous, la galerie expose deux œuvres aux éléments emblématiques du Continent nord-américain dès l’entrée de la galerie : le bikini (aux couleurs du drapeau national) et le foulard bandana. Deux emblèmes donc de liberté ou tout du moins du mythe US. Le ton de l’artiste est donné d’emblée : humoristique et féminin, sinon féministe, puisque ces pièces sont réalisées en têtes d’épingles.

Juste à côté, dans l’angle de la galerie, est exposée la plus grande pièce de l’exposition. Deux personnages, réalisés en rangées de perles de verre suspendus à des fils métalliques, dont les reflets semblent sortir des miroirs placés derrière : il s’agit du capitaine Kirk, « le » héros par excellence de la série télévisée de science fiction Star Trek et de Mr. Spock, le scientifique de l’équipe, sur leur plate-forme de télé-transportation spatiale. Devorah Sperber (née en 1961 à Détroit, elle est diplômée du Art Institute of Colorado et de la Regis University dans le Colorado), explique par là au spectateur que c’est notre cerveau qui donne vie à ce que nous voyons (fussent des personnages de fiction) par la connexion entre l’image captée par la rétine de l’œil et sa reconstitution par le cerveau.

La suite de l’exposition est une brillante démonstration de l’analyse scientifique du mécanisme de la vision. Les œuvres présentées sont constituées de bobines de fil à coudre de couleur, comme autant de grands pixels. Grâce à une petite boule de verre placée devant les pièces accrochées au mur, le spectateur découvre La Joconde, la boîte de soupe Campbell d’Andy Warhol, Superman ou encore la célèbre langue tirée, emblème des Rolling Stones. Le tour de force de Devorah Sperber est de faire œuvre d’une mécanisme physique exactement comme fonctionne le mécanisme de la vision : l’image que nous voyons est projetée à l’envers sur la rétine puis reconstituée à l’endroit par le cerveau. Son approche par des outils de travail artisanal qu’elle assemble à la main, est aussi une manière poétique de faire resurgir de notre mémoire des images universelles.

Un bel hommage d’une artiste d’aujourd’hui aux icônes de l’histoire de l’art et à la culture pop anglo-saxonne.

L’exposition It’s all in your head, de Devorah Sperber, à la galerie Nordine Zidoun, 101 rue Adolphe Fischer à Luxembourg-gare, dure encore jusqu’au 7 août. Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de 11 à 19 heures. Plus d’informations : www.galeriezidoun.com.
Marianne Brausch
© 2017 d’Lëtzebuerger Land