Terry Adkins: The Principalities

L’éloquence d’un saut en parachute

d'Lëtzebuerger Land du 01.06.2012

Fidèle à sa ligne directrice, la Galerie Zidoun présente dans son exposition actuelle un artiste contemporain américain dont l’œuvre est encore inexploité au Luxembourg. Terry Adkins est non seulement un artiste pluridisciplinaire (musicien, compositeur, performeur et plasticien), mais il se situe de par ses origines afro-américaines également à la croisée des cultures. Dans ses installations et ses assemblages qui se distinguent par leur métaphore poétique, il travaille sur la corrélation entre musique et sculpture.

La conjonction de différentes cultures s’affirme dès l’entrée dans la galerie : kimonos, parachute blanc, photographies d’un parachutiste, deux assemblages de pieds de micro, de plumes et de tissu de parachute en forme de totems. La façon dont le parachute est suspendu au plafond ressemble à une ancienne draperie occidentale et attire le regard du visiteur vers le haut, lui permettant de découvrir une nouvelle qualité de l’espace d’exposition. Les kimonos quant à eux renvoient au Japon et plus précisément à Hiroshima et à Nagasaki et introduisent le spectateur d’emblée dans une atmosphère de guerre et de réflexion critique.

Que l’exposition soit conçue comme référence, ou plutôt hommage, à Jimi Hendrix ne se révèle qu’à l’instant où l’on entre dans la deuxième salle et où l’on perçoit un drapeau avec le portrait du musicien. Dans ses expositions, Terry Adkins se réfère fréquemment à des personnes afro-américaines, souvent des musiciens, qui sont restées (au moins pour une partie de leur vie) méconnues par l’histoire : John Brown, Bessie Smith, W.E.B. Du Bois ou encore John Coltrane, joueur de saxophone auquel Bruce Nauman rend également hommage dans son œuvre John Coltrane Piece (1968). Dans son exposition actuelle, Adkins met en scène un Jimi Hendrix parachutiste en 1961 dans la 101e division aéroportée affectée à Fort Campbell, au Kentucky.

Les installations et les assemblages, tous tenus dans des couleurs harmonieuses et dominées par le noir-et-blanc, le verdâtre et le rouge, sont alors à lire comme un récit narratif, dont le parachute blanc constitue le leitmotiv. Installée dans la troisième salle de la galerie, l’œuvre The Principalities (2012) – qui a déterminé le titre de l’exposition – symbolise les sauts en parachute de Jimi Hendrix. Des photographies tirées sur du papier calque sont accrochées à un support et le spectateur peut les feuilleter. Un tambour et un petit parachute sont accrochés au-dessus de cette sculpture et renvoient à la musique et à la culture africaine.

Trois photographies montrant des insignes de parachutistes sont associées à un motif noir et blanc géométrique, voire psychédélique, et peuvent être interprétées comme référence au cimetière militaire américain, qui se caractérise par une répétition quasi à l’infini de croix blanches. Sur l’une de ces photographies, l’inscription de l’écusson, « Rigger », se veut aussi une insinuation à « Nigger ». Sachant que Terry Adkins (né en 1952) a grandi dans les années 1950 et 1960, marquées par de grands changements au niveau de la séparation des races aux États-Unis, les références à Jimi Hendrix formulent des critiques des politiques sous-jacentes.

La critique la plus pertinente qu’on pourra formuler face à l’exposition est certainement l’espace de présentation restreint. Bien que l’exposition soit de qualité muséale de par les œuvres présentées, la disposition se détache des formes de présentation classiques et académiques. Exposées sans indication de titres, ni de dates, les œuvres peuvent développer pleinement leur force visuelle, un aspect qui plaira certainement aux spectateurs recherchant l’émotion esthétique plus qu’aux personnes orientées vers le fonctionnel.

L’exposition de Terry Adkins. The Principalities est à voir jusqu’au 6 juin à la Galerie Zidoun, 101, rue Adolphe Fischer à Luxembourg, ouverte du mardi au samedi de 11 à 19 heures ; plus d’informations : www.galeriezidoun.com.
Florence Thurmes
© 2017 d’Lëtzebuerger Land