Yahoo

Frénésie d’achats pour stratégie mobile

d'Lëtzebuerger Land vom 26.07.2013

Yahoo a passé un peu plus d’un an sous la férule de Marissa Mayer. Première constatation : la fringante CEO venue de chez Google a effectué une série vertigineuse d’acquisitions qui, par les secteurs visés, dessinent une stratégie assez claire. Seconde constatation : à défaut de se refléter dans ses résultats financiers, cette stratégie a l’heur de plaire aux investisseurs, qui ont considérablement fait grimper le cours de Yahoo depuis juillet 2012. Les entreprises reprises par Marissa Mayer sont actives dans la création de contenu, les réseaux sociaux, les jeux et les vidéoconférences. Dès le mois d’octobre 2012, elle annonçait vouloir poursuivre une stratégie axée sur la mobilité, déclarant : « à un moment donné, nous devrons être une entreprise surtout mobile ». La capitalisation boursière de Yahoo a décollé, même si ses résultats sont encore mitigés.

Les premières sociétés rachetées par Marissa Mayer ont été de petites start-ups bon marché, dont les équipes d’ingénieurs ont été intégrées au personnel de Yahoo – une sorte de recrutement de talents qui ne disait pas son nom, même si Yahoo pouvait aussi espérer bénéficier à terme de leurs trouvailles. Première emplette : Stamped, fondé par des anciens de Google et dont le modèle d’affaires consiste à faciliiter les recommandations en ligne de films, livres ou musique à l’aide d’une application pour smartphone. La seconde a été OnTheAir, qui joue la carte du vidéo-chat.

Alike, l’achat suivant, propose des recommandations localisées de restaurants, bars ou boutiques. L’application mobile GoPollGo, qui permettait à ses utilisateurs de lancer des sondages auprès de leurs contacts Facebook ou Twitter, l’acquisition suivante, a entre-temps mis la clé sous la porte. Vint ensuite un gros morceau, au prix de 1,1 milliard de dollars : Tumblr, plateforme de partage de photos et d’autres contenus. Celle-ci est vouée à rester indépendante, a promis Yahoo qui a laissé son CEO David Karp en place.

Snip.it, un service comparable à Pinterest qui permet de taguer et partager différents types de contenus, a été fermé par Yahoo après son acquisition. Idem pour Jybe, une application de recommandations s’appuyant sur les réseaux sociaux qui allait elle aussi être fermée. Vint ensuite, pour 30 millions de dollars, Summly, qui confectionne à partir de sources en ligne des news formatées pour smartphone. Milewise,

la proie suivante, explorait les programmes de fidélité des compagnies d’aviation au bénéfice de ses utilisateurs, mais Yahoo a assez rapidement mis un terme à ses activités. Astrid, une application destinée à la confection de listes de courses, s’est ensuite retrouvée elle-même sur la liste de Madame Mayer. Xobni, qui gère de manière astucieuse les contacts de l’utilisateur, a été l’acquisition suivante, puis Loki Studio, qui produit des jeux.

Avec Tumblr, seules Summly, PlayerScale (infrastructure de jeux) et Qwiki, achetée pour une cinquantaine de millions de dollars début juillet 2013 et qui effectue le montage de mini-clips à partir des photos et vidéos contenues sur un iPhone, resteront indépendantes. Pour les autres, outre les talents, ce sont souvent les moteurs originaux qu’ils contiennent qui auront attiré Yahoo : on les retrouvera sans doute dans des applications que Yahoo proposera dans les mois et années à venir.

L’action de Yahoo valait 16 dollars il y a un an, elle en vaut quelque 27 aujourd’hui. Dan Loeb, un investisseur qui détenait avec son fonds Third Point 5,1 pour cent de son capital, a revendu il y a quelques jours à Yahoo quelque 40 millions d’actions au prix unitaire de 29,11 dollars, faisant au passage une juteuse plus-value et réduisant sa participation à deux pour cent Son départ a quelque peu ébranlé la confiance de Wall Street, faisant perdre cinq pour cent à l’action Yahoo. Les investisseurs n’ont pas oublié que la boulimie d’acquisitions de Marissa Mayer n’a pas empêché le chiffre d’affaires de Yahoo de baisser de neuf pour cent au deuxième trimestre.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land