Photographie

Les murs parlent

d'Lëtzebuerger Land vom 28.09.2018

Le travail qu’a commandité le Service des sites et monuments nationaux (SSMN) aux photographes-artistes Jeanine Unsen et Miikka Heinonen offrent deux visions, l’une narrative (Jeanine Unsen), l’autre fictionnelle (Miikka Heinonen), au sens quasi de la science-fiction. Fi donc de purs reportages passéistes, figés dans une auto-glorification du travail de préservation du SSMN et c’est tant mieux. C’est à voir actuellement au cloître Lucien Wercollier de l’Abbaye de Neumünster dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine culturel 2018.

L’exposition Murmures – Le patrimoine architectural luxembourgeois est tout sauf figée. Les photographies de Miikka Heinonen le sont de manière la plus évidente, puisque le photographe a tourné autour des bâtiments classés et superposé ses prises de vue. Il continue en cela une approche déjà montrée l’année dernière autour de l’ancien siège de l’Arbed et de la synagogue de Luxembourg. Ici, dans l’exposition Murmures la bien nommée, il invite le visiteur à tourner du regard autour des édifices, du château de Brandenbourg à la Banque Européenne d’Investissement (BEI), des sièges du pouvoir à dix siècles d’intervalle. Entre les deux, on découvrira des maisons particulières : une magnifique villa Arts and Crafts (revival médiéval) sur un éperon rocheux, Côte d’Eich au Limpertsberg et des maisons Art Nouveau à Mondorf. Un style qui à l’opposé de la nostalgie de la première, se projette résolument dans le futur industriel du début du siècle nouveau (le XXe).

À ce titre, l’interprétation de Miikka Heinonen de la gare aujourd’hui désaffectée de Noertzange, sur la ligne du chemin de fer Esch-sur-Alzette Bettembourg, ouverte au milieu du XIXe siècle, dans le sud du pays est emblématique : certes, l’époque de la métallurgie qui a si longtemps assuré le bienêtre économique du Grand-Duché est révolue, mais les caténaires, démultipliées par le procédé photographique, à droite dans l’image, suggèrent la vitesse. Le temps ne s’arrête jamais.

L’interprétation de la photographe Jeanine Unsen nous introduit dans des lieux d’habitation. Car l’architecture extérieure n’est pas à elle seule emblématique de la conservation patrimoniale. Ce sont ainsi les traces du vécu que réenchante Jeanine Unsen, après de minutieuses enquêtes auprès des familles ou des habitants actuels de trois maisons d’habitation : le Burghaff à Cruchten, la maison Bourg à Weicherdange, une villégiature d’une famille citadine à Saeul.

Jeanine Unsen y a fait poser deux personnages féminins, qui évoquent la vie du passé des femmes à la maison. Ces portraits sensibles et émouvants ne parleraient pas s’ils ne magnifiaient pas comme la photographe sait si bien le faire l’environnement domestique : les papiers peints, les parquets et les carrelages, la literie, des vues de salles de bains et, l’ouverture sur l’extérieur, jardin potager ou parc propice à la promenade.

Tous ces détails parlent ou mieux, murmurent, comme le titre très bien choisi de l’exposition. Il suffit grâce à Jeanine Unsen de se laisser enchanter pour réenchanter notre patrimoine et, par ce biais, y attacher plus d’attention.

Murmures Le patrimoine architectural luxembourgeois, avec des photos de Miikka Heinonen et Jeanine Unsen, commissaire :  Fanny Weinquin dure encore jusqu’au 28 octobre au Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Neumünster, 28 rue Münster, Luxembourg-Grund ; ouvert tous les jours de 11 à
18 heures ; neimenster.lu.

Marianne Brausch
© 2018 d’Lëtzebuerger Land