Portrait

Yoann Bourgeois ou la soutenable légèreté de l’être

Yoann Bourgeois
Foto: Geraldine Aresteanu
d'Lëtzebuerger Land vom 20.12.2019

D’abord homme de cirque, assimilé ensuite à la danse contemporaine, puis au théâtre, Yoann Bourgeois est en effet tout à la fois, acrobate et danseur, metteur en scène, chorégraphe et scénographe. Néanmoins, l’artiste se soucie peu du genre qu’il exploite, tout existe autour de lui comme des outils à sa recherche artistique : une quête obsessionnelle autour du point de suspension, ce moment où la balle du jongleur est au plus haut, l’endroit où les forces s’équilibrent parfaitement, où le présent est absolu et où on peut « toucher un peu d’éternité ». Précis, sage et presque intransigeant dans ses réponses, Bourgeois mène un projet artistique très concret, se situant plus « dans la fragilité que dans l’exploit » et poussant au vertige, qu’il soit poétique ou physique.

Sorti des grandes écoles du cirque et de la danse contemporaine et ancien permanent de la compagnie de Maguy Marin, Yoann Bourgeois entame son propre processus de création avec Cavale. Un escalier duquel un corps se laisse tomber sur un trampoline pour recommencer la figure à l’infini, qui deviendra l’image emblématique de son travail. S’en suit un premier cycle de création autour de grandes œuvres musicales, pour créer Les Fugues (2010), L’art de la fugue (2011) et Wu Wei (2012). La musique classique l’amène à comprendre ce qu’il pourrait écrire avec le cirque, « j’ai appris le cirque en travaillant des figures. En écoutant les flûtes de Bach, j’ai eu une vision qui consisterait à traiter la figure comme un motif ».

Ainsi, en introduisant la notion de « motifs », il déconstruit le vocabulaire du spectacle vivant et donne une alternative au spectacle vivant contemporain, construite sur deux obsessions : le temps et la verticalité. En effet, dans son travail, tout s’actionne dans des rapports de forces et dans l’acceptation des phénomènes physiques élémentaires : « Il s’agit d’atteindre le point de suspension, l’endroit où les forces s’équilibrent parfaitement, un moment d’absence de poids, de présent absolu qui ouvre en quelque sorte sur l’éternité ».

De projet en projet, le circassien va développer une acceptation des phénomènes physiques qu’il décortique. Sa posture face à eux n’est pas une forme de combat ou de résistance, mais, comme dans la philosophie chinoise, de Wuwei, « être disponible par rapport à ce qui advient ». Aussi, le traitement de la chute chez Bourgeois n’est pas relatif à la peur de tomber, même s’il considère que « la chute est un drame car elle conduit tôt ou tard à l’immobilité ».

C’est ce genre de paradoxe artistique, voire philosophique, qui guide l’artiste dans sa démarche actuelle. Et Tentatives d’approches d’un point de suspension, son projet de vie, qu’il développe depuis plusieurs années maintenant, en est un vibrant témoignage. Un projet rassemblant de nombreux « dispositifs techniques », comme il les nomme : de courtes formes, minimales, qu’on pourrait apparenter au numéro de cirque, chacune amplifiant un phénomène, « ce qui me plaît ici s’est de pouvoir déterritorialiser ma recherche, je peux produire des variations de ces dispositifs sous des formes différentes, comme en clip vidéo, en réalité virtuelle, ou encore en exposition ».

Alliant ses expérimentations passées et ses rêves d’artiste sensible, Yoann Bourgeois monte Scala en 2018 (voir notre critique parue dans le Land du 1er février, lors de son passage à Forbach), pour la réouverture de l’espace culturel du même nom à Paris. Un spectacle au dispositif scénographique très impressionnant, en lui-même une œuvre, dans lequel les corps se chahutent, tombent, rebondissent, disparaissent, dans une temporalité absurde, voire absente. « Je voulais faire une œuvre dans une œuvre, rentrer en relation avec l’architecture que Richard Peduzzi –scénographe pour Patrice Chéreau –, avait développée pour le théâtre », explique Bourgeois.

Pour un artiste comme Yoann Bourgeois, pour qui l’espace occupe une grande place dans la conception de ses pièces, c’est du pain béni. Aussi, logiquement, dans Scala, il donne toute puissance à la scénographie. Et outre ce travail, tout dans la verticalité et dans la poésie qui émane de trappes et de machinerie, Yoann Bourgeois place ses personnages dans une incertitude permanente sur le lieu où ils se trouvent.

Une ligne de texte donne un peu le ton sur les enjeux qui animent les danseurs/acteurs : « Est-ce que tu l’as trouvé ? Non, je cherche encore. », des personnages qui finissent par se demander si l’espace qui les entoure n’est pas leur propre paysage imaginaire, « toute la chorégraphie du spectacle est ainsi écrite sous forme de boucle et de réversibilité quelque chose d’impossible dans la vie ».

En fait, c’est bien cette irréalité qui anime le créateur, et ce, dans Scala comme dans sa dernière pièce en date, Requiem [Fragments]. Une pièce née d’une rencontre avec la cheffe d’orchestre Laurence Equilbey et créée en juin 2019 aux Nuits de Fourvière à Lyon. « On voulait travailler sur les fragments du Requiem que Mozart a laissés à sa mort, explique le metteur en scène. Notre parti pris c’était de montrer cette partition trouée, avec des abîmes grands ouverts, au milieu de tubes qui sont des références du patrimoine musical ».

Yoann Bourgeois livre une pièce monumentale, avec sept interprètes, l’Insula Orchestra et le chœur de chambre Accentus sur le plateau. Pourtant, avec cette foule sur scène, il travaille sur le vide, « la scène est traitée comme une grande page noire, vide, endeuillée ». On a à l’évidence la symbolique du rapport contrasté qu’entretenait Mozart face à la mort, et également, pour Yoann Bourgeois, l’occasion de traiter un nouveau phénomène physique, « c’est la première fois que je travaillais sur les forces de frottement des corps sur une surface. Ce qui est intéressant c’est que sans frottement, le mouvement se poursuit de façon éternelle. C’est par ces forces de frottement qu’on peut percevoir un avant, un maintenant, et un après, qu’il y a une irréversibilité du temps ».

Aujourd’hui, après une décennie au service du spectacle vivant contemporain, en tant que circassien, chorégraphe et metteur en scène, Yoann Bourgeois, dans sa quête obsessionnelle et sans fin, s’est mis à l’écriture d’un manifeste autour de sa recherche artistique qui prendra la forme d’un spectacle intitulé Les paroles impossibles et présenté dans le cadre de la prochaine biennale de la danse de Lyon. Hors de cette entreprise, Bourgeois prévoit d’autres desseins, au plus proche de ses spectateurs, notamment celui de partager l’ensemble de ses dispositifs avec ses spectateurs, sous une forme d’exposition participative, et également, d’ancrer sa recherche dans la ruralité de sa région, la Chartreuse : « Mes exigences environnementales me conduisent de plus en plus à vouloir travailler en ruralité pour tenter de redéfinir à travers la recherche artistique d’autres relations à la terre ».

Scala, conception, mise en scène et scénographie de Yoann Bourgeois, assisté de Yurie Tsugawa, avec Mehdi Baki, Valérie Doucet, Damien Droin, Nicolas Fayol ou Olivier Mathieu, Emilien Janneteau, Florence Peyrard et Lucas Struna, est une production de la compagnie Les Petites Heures – La Scala Paris et est accueilli par le Théâtre d’Esch pour deux représentations demain, samedi 21 décembre, à 14 et à 20 heures à la Rockhal ; theatre.esch.lu/event/scala.

Godefroy Gordet
© 2020 d’Lëtzebuerger Land