Fellner, Hans ; Lejona, Andres : Luxembourg Collecting

Collectionnite

d'Lëtzebuerger Land du 16.05.2014

Collectionnite rime a priori si bien avec sinusite, péritonite, hépatite, rhinite, bref des maladies. Est-ce pourquoi ceux qui en sont atteints sont majoritairement des hommes – dixit les auteurs de Luxembourg Collecting, Hans Fellner et Andrés Lejona ? Hommes dont, rappelons-le, l’espérance de vie est plus courte que celle des femmes. CQFD ?

Luxembourg Collecting est un beau livre qui recense cinquante collectionneurs résidant au grand-duché. Quatre pages sont consacrées à chacun d’entre eux. Une première double page met visuellement en scène le collectionneur entouré d’une partie de sa collection. En guise de légende, son nom, le nom scientifique de son obsessionnelle passion, une mine lexicale pour cruciverbistes, et le nombre d’objets du désir collectionnés. Puis viennent une photographie de détail, soit un objet – la pièce rare ? – de la collection, et un texte allemand-français.

Luxembourg Collecting est un livre avant tout visuel. Les photographies, signées Andrés Lejona, sont léchées. L’Espagnol, tout en restant bienveillant avec chacun de ses sujets, sait capter et nous renvoyer, pour chaque portraituré, l’incongruité de la situation. Les textes, rédigés par Hans Fellner, le chasseur de collectionneurs, sont quant à eux étrangement normatifs. Le collectionneur serait-il un homme comme les autres ? Au portefeuille indifféremment vide ou plein ? Menant une vie familiale et sociale sans accrocs ?

D’ailleurs, d’autres questions – malheureusement sans réponse – nous taraudent : D’où vient ce besoin de posséder ? Collectionner pallie-t-il un manque, une frustration ? Compléter une collection relève-t-il de l’obsession ? Y a-t-il chez un collectionneur frénésie, compulsion d’achat ? Le collectionneur profite-t-il de ses biens acquis ou jouit-il seulement de leur possession ?

Parmi les collections dévoilées, il y a, disons, les logiques, celles en rapport avec la profession exercée. Comme ce professeur d’informatique et ses Macintosh, cet autre et ses calculatrices (électro)mécaniques, cet agriculteur et ses tracteurs, cette styliste de chaussures et ses… chaussures, ce gynécologue et ses instruments médicaux, ce danseur folklorique d’origine portugaise et ses costumes historiques de l’Alto Minho, ce vétérinaire et ses instruments chirurgicaux pour animaux. Des collectionneurs au final rassurants car, par le biais de leur collection, ils véhiculent le message qu’ils ont choisi, et non subi, leur voie professionnelle.

Mais ils ne sont pas tous du même acabit. Se succèdent pêle-mêle des cibles du marketing comme celui qui amasse tout produit – dérivé ou pas – de la plus grande marque de Cola, des grands enfants comme ce collectionneur de Schtroumpfs ou cet autre de Simpson, celui de trains miniatures, celui de figurines de Kinder Surprise ou ce dernier de bandes dessinées « pour enfants », des passéistes comme ce nautophile nostalgique des paquebots reliant l’Europe aux États-Unis, etc. Une énumération de deux cents pages qui prouve que tout, même si les Barbie, les faïences Villeroy & Boch, les objets à l’effigie de la famille grand-ducale et les Péckvillercher manquent à l’appel, est collectionnable.

Des collections qui sont, au choix, disséminées dans l’entièreté de l’habitation ou reléguées dans une partie – cave, grenier, garage ou pièce dédiée – ou à la banque ou exposées. Car rendre leur collection publique, quand ce n’est pas déjà fait, est un désir commun à bon nombre de ces collectionneurs. De là à penser que l’avenir des musées sera folklorique ou insolite, il n’y a qu’un cauchemar…

Heureusement sortent du lot des esthètes, des figures et des originaux. Figurent dans la première catégorie la galeriste Marita Ruiter qui collectionne les portraits de Gisèle Freund et Patrick Majerus, un amateur d’art contemporain. Le photographe Michel Medinger évolue dans un monde hétéroclite fait de petits objets de nature aussi diverse que leur provenance, mais qui ont en commun une suggestivité, et dont certains se retrouveront figés pour l’éternité dans une composition-nature morte, le domaine d’excellence de l’artiste. Robert Hoffmann, quant à lui, voit la vie essentiellement en orange puisqu’il vit entouré de mobilier en plastique des années 60-70. Roland Tockert amasse lui aussi – plus qu’il ne collectionne – des objets n’ayant pas tous la même nature dont la diversité et le nombre font ressembler son intérieur à un véritable cabinet de curiosités, dont la décoration assumée est aux antipodes du minimalisme à la mode. Deux messieurs qui font, à la manière des collectionneurs, dans la démesure, mais avec personnalité et ce qu’il faut d’extravagance. Car si les collectionneurs étaient des personnes comme les autres, nous en serions tous, non ?

Hans Fellner & Andrés Lejona : Luxembourg Collecting ; Maison Moderne, Luxembourg, 2013 ; ISBN 978-99959-33-06-7.
Lore Bacon
© 2017 d’Lëtzebuerger Land