Hansen, Josée (direction): RB 94>04 - d'Rockbuch

Les bandes sons de notre vie

d'Lëtzebuerger Land du 11.08.2005

Cinquante ans après l'enregistrement de That's All Right Mama de Elvis, événement souvent cité comme marquant les débuts officiels du rock, et quelques semaines à peine avant l'ouverture de la Rockhal à Esch, le Luxembourg se devait de faire le point sur un genre qui remue depuis quelques décennies les foules autochtones. C'est chose faite depuis peu avec D'Rockbuch, singulier volume dont la responsabilité revient à Josée Hansen. Avec cet opus, celle qui s'occupe notamment des pages culture de ce journal, nous livre le résultat étonnant d'une vaste et fastidieuse recherche. Recueil à caractère anthologique, né avant tout d'un désir de fan, comme l'explique la maîtresse d'oeuvre dans son article introductif, D'Rockbuch rassemble au fil de ses 306 pages, pas moins de trente articles d'auteurs variés et les notices descriptives de 500 groupes, répertoriés par le célèbre Christophe "Unki" Unkelhäusser. Certes, la voie avait été ouverte quelques années auparavant par Luke Haas et les différents volumes de son Rocklexicon. Mais dans un pays comme le Grand Duché, où les bands semblent apparaître et disparaître aussi vite, tout restait à faire sur la période qui couvre ces dix dernières années. Il faut l'avouer, le résultat est plus que convainquant, à commencer par l'aspect visuel (dû à Marianne Grisse). À la fois design, usant d'une typo et d'une mise en page sobres mais efficaces, couleur flash mais pas acide. L'icono savamment choisie, tantôt intime, façon archives de famille, ou encore purement esthétisante, genre les Inrocks en moins prétentieux, illustre parfaitement le propos. Pour ce qui est du contenu, la somme des textes rassemblés balaye un spectre qui en fera sans nul doute la bible de nombreux passionnés. L'ampleur des sujets traités va de questions d'ordre purement historique, tant sur l'apparition du rock à Luxembourg dans ses moindres détails (et ses moindres villages), à des questions plus pratiques sur le statut et le devenir du musicien. Une large place est laissée à la responsabilité des médias dans cette histoire complexe, et à l'importance des salles, souvent des lieux connus de peu. Face à cet état des lieux précis de la situation du rock à Luxembourg, la conclusion reste manifestement que beaucoup de progrès ont été fait ces dernières années, à commencer par la prise de conscience de l'État. Rappelons d'ailleurs que ce livre est une Publication nationale. Mais de manière générale, comme le résume Josée Hansen, les échanges entre les scènes nationales et les pays étrangers ne fonctionnent pas encore vraiment: "import oui; export bof". Quelques regrets peut-être. La présence de certains groupes type électro ou électroacoustique dans la partie lexicale, de même que différents textes sur le jazz, flouent un peu les contours du sujet. De plus, au fil de ces pages qui font parfois doublon dans l'information apportée, on aurait bien aimé l'un ou l'autre texte à l'approche esthétique et sociologique. À peine l'introduction passée, on comprend en effet que le rock et ses dérivés forment un genre majeur au Luxembourg. Rapport superficie et nombre d'intéressés, l'emprise de ces musiques est un véritable phénomène. Musique contestataire en réponse à un pays éminemment conservateur? Probablement. Mais il y a sûrement plus à dire. De même, peu d'analyse sur le contenu de ces musiques et les messages propres qu'elles véhiculent. Soit, c'est là un moindre reproche, car au fond cette question de nature quasi anthropologique fait de manière générale cruellement défaut dans la littérature consacrée au rock. Tout ou presque, un peu de respect pour les Nick Toshes et autres Greil Marcus, reste encore à faire dans le domaine. Prochaine étape donc et pourquoi pas à Luxembourg? Finalement, si les auteurs n'ont pas comme point commun un style hautement littéraire, est-ce bien nécessaire d'ailleurs, ils semblent tous animés par un même sens de l'engagement. Et c'est peut-être là, le maître mot qui transparaît de ce projet. L'entreprise est véritablement à saluer et pourrait bien servir d'exemple à des pays voisins. D'Rockbuch est une réussite qui participe d'une manœuvre beaucoup plus vaste. Il faut bien l'admettre, avec sa future Rockhal, sa nouvelle et sublime salle Philharmonique, son grand Théâtre, le Luxembourg peut sans nul doute s'enorgueillir de se positionner comme une des futures places to be en matière de son.

RB 94[gt]04 - d'Rockbuch, sous la direction de Josée Hansen, est une Publication nationale du ministère de la Culture, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 306 pages, 25 euros ; ISBN 2-87984-011-2

(Le titre de cet article est emprunté à l'article d'Olivier Treinen dans le Rockbuch, p.19.)

 

Stéphane Ghislain Roussel
© 2019 d’Lëtzebuerger Land