Programme échevinal

Concurrence

d'Lëtzebuerger Land du 25.05.2000

Limpide, a priori, la situation à Esch-sur-Alzette. La coalition de gauche fait démonstration d'unité et a proposé un programme ambitieux qui a même reçu les félicitations de l'opposition - bien que celle-ci, opposition oblige, se pose la question si le programme ne serait pas trop ambitieux. D'aucuns veulent déjà voir en Esch-sur-Alzette le laboratoire pour une « autre façon de régir une commune ». Effectivement, si la majorité entre socialistes, Déi Lénk et Déi Gréng parvient à transposer dans la réalité les points majeurs de son programme, les temps pour l'opposition seront durs, surtout pour un PCS qui se trouve en pleine reconstruction. A priori donc, le ciel est dégagé pour la coalition rouge-rose-verte. La seule ombre au tableau est localisée dans la capitale, depuis laquelle le gouvernement - à l'image du dossier des friches industrielles - pourrait mettre une sourdine aux velléités eschoises. D'un autre côté, les trois partis, majoritaires à Esch mais dans l'opposition sur le plan national, pourraient profiter de la deuxième ville du pays comme tremplin pour asseoir une politique d'opposition au gouvernement, à l'image de la pratique libérale dans la capitale du temps du gouvernement PCS/POSL. Mais Lydia Mutsch, la première femme à la tête de « capitale du Sud », sera confrontée à une autre concurrence. Elle est la seule au sein du collège échevinal à cumuler les mandats communal et parlementaire après que André Hoffmann des Déi Lénk ait annoncé qu'il ne siégera plus à la Chambre des députés pour se consacrer exclusivement à la gestion des affaires communales. Mutsch, dont les ambitions politiques au plan national pourraient être dopées par son succès à Esch, court ainsi le risque de donner l'impression de laisser la gestion communale à celle et ceux qui pourront s'en occuper à temps presque complet. Une autre concurrence pourrait de surcroît s'établir dans la région du Sud en ce qui concerne la suprématie dans la région. Le bourgmestre socialiste de Dudelange, Mars di Bartolomeo, n'a-t-il pas déclaré, après que le club de football de Dudelange a remporté le championnat de football, qu'il était ravi que « le titre revienne enfin dans le Sud ? » Le champion sortant s'appelait... Jeunesse Esch. 

marc gerges
© 2019 d’Lëtzebuerger Land