Argent via téléphone portable

L’avènement du « mobile money »

d'Lëtzebuerger Land du 28.04.2011

Le « mobile money » ou argent via téléphone portable connaît actuellement un intérêt croissant. L’une des raisons principales est l’évolution du concept même de télé­phone portable : hier encore, ce dernier était un simple moyen de communication ; aujourd’hui, il est considéré comme un appareil intelligent offrant de nombreux services.

Le taux de pénétration du téléphone portable à travers le monde est de plus de 70 pour cent et dépasse largement celui des ordinateurs, des institutions bancaires ou encore des cartes de crédits.

À Luxembourg, il dépasse les 100 pour cent depuis de nombreuses années. Les réseaux mobiles connectent en effet plus de personnes que n’importe quelle autre plateforme délivrant de tels services et permettent donc aux téléphones portables de se positionner comme une alternative naturelle aux méthodes de paiements traditionnelles.

Le développement des fonctionnalités du téléphone a par ailleurs modifié la manière dont les consommateurs le perçoivent: aujourd’hui il est devenu une réelle plateforme multimédia et son utilisation comme moyen de paiement n’est plus un concept abstrait.

De récentes études montrent d’ailleurs que le paiement par téléphone portable se répand autant dans les pays développés que dans ceux en voie de développement et permet ainsi de réduire les écarts là où les moyens de paiement ne sont pas disponibles ou difficiles d’accès. Sa facilité d’utilisation, ses coûts réduits et la diminution des cas de fraudes en font un outil de paiement idéal.

Le « mobile money » inclut trois grands types de services :

• « Mobile Banking » : ce service permet aux clients de banques et autres institutions bancaires d’accéder aux informations de leurs comptes, d’effectuer des transferts de fonds, d’échanger des actions et d’acheter des produits financiers via leur téléphone portable. Récemment, ce service a connu un accroissement significatif de ses transactions, tant en valeur qu’en volume.

• « Mobile Payments » : ce service permet aux clients d’utiliser leur portable pour effectuer des paiements comme l’achat de billet de train, de ticket de concert, le paiement de parking ou l’achat de contenu digital.

• « mobile money » Transfer » : ce service permet aux clients de réaliser des transferts d’argent à l’étranger ainsi que des transferts de personne à personne. Ce service est particulièrement intéressant dans les pays en voie de développement où le taux de bancarisation est faible.

Deux grands groupes d’acteurs dominent actuellement le domaine du « mobile money » : les opérateurs de télécommunications, les banques et autres prestataires de paiement. Les premiers possèdent un avantage concurrentiel grâce à un taux de pénétration élevé des portables, tout particulièrement dans les marchés émergents où la couverture des institutions financières est moindre. Les opérateurs de télécommunications ont dès lors un rôle important de transformation à jouer dans le domaine des paiements. Quant aux pays développés où l’inclusion financière est plus élevée et les moyens de paiements plus diversifiés, il reste encore des opportunités à exploiter mais cela se fera en connexion avec le développement des paiements électroniques.

Par ailleurs, les technologies entourant le « mobile money » sont, à ce jour, multiples et variées, ce qui réduit son potentiel de développement à long terme. En même temps, de nouvelles chaînes de valeurs apparaissent, en fonction de l’évolution des technologies, des cas d’utilisation et des environnements de paiements préexistants. Les opérateurs doivent donc définir les zones dans lesquelles ils vont pouvoir ajouter de la valeur directement pour le consommateur final mais aussi pour les intermédiaires. Afin d’optimiser les paiements via téléphone portable, les opérateurs doivent avant tout faciliter l’implémentation des services « mobile money » et leur interopérabilité reste une priorité alors que différents systèmes de paiement continuent à coexister.

L’une des considérations les plus importantes pour les paiements par téléphone portable et électroniques est cet espoir croissant qu’ils puissent nous éloigner d’une société basée sur l’argent comptant. En Europe, les liquidités représentent quatre cinquièmes du volume total des transactions de paiement. Alors que l’utilisateur final perçoit « le cash » comme étant gratuit, c’est en fait un instrument de paiement qui implique des coûts de gestion, de transport et de sécurité.

Des recherches ont montré qu’une augmentation d’un pour cent de l’utilisation des cartes génère une augmentation de 0,039 pour cent de la consommation et de 0,024 pour cent du PIB.

Les avantages d’un système de paiement électronique mieux établi sont clairs en termes de commodité. Les transactions en cash durent 34 secondes, alors qu’elles ne prennent que 27 secondes pour les paiements par cartes et 12,5 secondes dans un scénario portable sans contact. Le portable a d’autres avantages en termes de commodité et de fonctionnalité suite à sa pénétration importante et son intégration dans le monde en ligne.

Alors que la diversité des instruments de paiements continue d’évoluer, internet est en train de redéfinir la notion même d’argent. Les sites de réseaux sociaux et les jeux en ligne sont les témoins d’un déferlement de paiements effectués en devise virtuelle. De plus, la fonctionnalité de micro-paiement représente jusqu’ici, une zone inexploitée pour les plateformes de paiement en ligne.

Les paiements par téléphone portable peuvent faire référence à un large éventail de services. Les services de « mobile Banking » standards existent depuis une décennie, alors que beaucoup de services de type « mobile money » Transfer sont apparus ces dernières années.

En même temps, les interfaces pour les paiements via portable ont évolué de sorte qu’elles permettent aujourd’hui le paiement par portable en magasin incluant un porte-monnaie en ligne.

Plus encore, le portable est considéré aujourd’hui comme jouant un rôle clé dans les services combinant les paiements avec des données clients autour des préférences d’achat et d’identification, comme les programmes de loyauté et les billets d’événements.

Des exemples d’applications innovatrices de paiement via téléphone portable incluent des services de paiement de transport, des services clés d’hôtel. Par ailleurs, transport et billetterie sont des zones où les paiements sans contact représentent une forte valeur ajoutée en termes de rapidité et de commodité.

Le marché du paiement par téléphone portable est complexe. Les services de sms sont bien établis alors que d’autres canaux de paiement par téléphone portable, comme l’internet mobile et les paiements sans contact (NFC, Near field communications), dépendent respectivement du développement des services web et des évolutions techniques des appareils. L’étendue des acteurs impliqués dans l’écosystème du paiement par téléphone portable, son intégration dans le monde digital et son rôle dans les paiements à distance et dans les points de vente prouvent que le marché va continuer à se développer rapidement.

Le taux de pénétration des smartphones associé à un marché e-commerce mature fait déferler une nouvelle vague d’innovations dans les paiements via le portable. Pour les paiements dans les points de ventes, des start-ups développent des solutions qui ne nécessitent plus des appareils avec une capacité NFC incorporée.

Qu’importe leur secteur d’origine, beaucoup d’acteurs sont en train de se positionner sur le marché du « mobile money ». Tirant les leçons de la révolution du e-commerce, personne ne souhaite être laissé pour compte : plus de la moitié des achats en magasin sont influencés par le web et nombreux sont les acteurs qui souhaitent donner une impulsion à ce nouveau type d’expérience client.

Dans les années à venir, le “mobile money” va contribuer à l’évolution du paysage des paiements, en s’appuyant sur une part croissante des paiements virtuels. La portée des infrastructures mobiles liée à l’avènement des smartphones va permettre de s’assurer que le portable peut répondre à un large éventail de besoin clients, alors que l’innovation prend place sur de multiples fronts.

Étant donné que les scenarii de paiement par téléphone portable s’étendent et que les relations entre industries deviennent de plus en plus complexes, de nouveaux défis communs apparaissent. Le business model du paiement par portable requiert une grande attention de la part de tous les acteurs – opérateurs télécom, banques, émetteurs de cartes et acteurs technologiques. Dynamiser la chaîne de valeur embryonnaire tout en rassurant les utilisateurs finaux va exiger le plus haut niveau de collaboration entre les opérateurs eux-mêmes ainsi qu’entre les partenaires des différents secteurs et zones géographiques.

Dans les années à venir, le développement des services « mobile money » est voué à devenir une des tendances les plus importantes. L’engagement des décideurs, gouvernements, banques centrales et régulateurs peut stimuler la mise en place d’excellentes conditions pour un investissement coordonné dans le “mobile money”.

Enfin, avec les technologies qui ne cessent d’évoluer et le paysage “mobile money” qui continue de se développer, les téléphones portables deviennent une riche plateforme pour tous types de paiements.

Les auterurs sont Manager Télécommunications, Media, Technologies respectivement Partner et Leader du pôle Télécommunications, Media, Technologies chez Ernst and Young Luxembourg
Ajay Bali
© 2017 d’Lëtzebuerger Land