Split-CD de Tvesla et John McAskill

Le grand schisme

d'Lëtzebuerger Land vom 23.11.2006

Le split ep est un phénomène courant dans le monde underground: deux ou plusieurs groupes qui s'apprécient mutuellement décident de partager sur un support CD ou vinyle quelques morceaux dont le tirage sera plus ou moins limité. Tvesla et John McAsskill, acteurs de la scène underground luxembourgeoise depuis quelques années, n'ont pu s'empêcher de faire pareil. Quitte à passer, dans cette ère digitale, pour des intégristes fétichistes, ils ont opté pour le format vinyle, ce qui va faire plaisir aux collectionneurs. Ajoutons qu'ils ont cependant eu la bonne idée d'y glisser des CD-R qui reprennent l'intégralité du contenu (clouant, au passage, le bec aux réfractaires!). Brut de décoffrage et caverneux, ce split l'est assurément! On reste farouchement attaché à la basse fidélité, ce qui n'est pas sans charme… Démarrage au quart de tour avec Tvesla, trio en activité depuis presque six ans. En insérant leurs mélodies rêches et anorexiques dans un schéma instrumental un peu noisy et anguleux élevé au Shellac voire au Sloy, leur musique aime, cependant, aussi se parer d'enluminures psychédéliques. Ne jurant que par l'analogue, leurs morceaux, qui sentent l'improvisation extatique à plein nez, ont été enregistrés dans des conditions live pour ne pas en déflorer le caractère spontané. Ils démontrent à quel point les trois instrumentistes à la basse, la guitare et la batterie sont en phase. Directe, sans fard, à fleur de peau et torturée, l'interprétation illustre à merveille l'intensité que peut dégager Tvesla (il faut les avoir vu sur scène…). Immédiates comme L'assaut ou noueuses et en circonvolutions comme Biophil neckrophil, les pièces musicales présentées ici donnent un aperçu probant de l'univers anguleux de Tvesla. Deuxième partie ou face B du split (c'est selon), John McAsskill (basse, batterie, guitare et voix féminine pour le moins, hum… morveuse et vindicative) pratique un garage rock entraînant sous influences noise et stoner aux confluents des New Bomb Turks (Gebaakskram ou l'orientalisant Kalimero) et de Sonic Youth (pour le très efficace School's out). Malgré un chant (très distinctif pourtant) un peu trop invariant et un côté brouillon qui leur colle à la peau, force est de leur reconnaître une efficacité redoutable et une approche sans pitié de la terre brûlée. On ne fait pas dans la dentelle et on rentre dans le lard! Plus viscéralement authentique et urgent que les proprets Holy National Victims, on sent leur énergie se consumer comme du kérosène. Embrasés par une fureur passionnelle et venimeuse, ces morceaux vivent… Mal coiffés, crasseux, le regard hagard et hébété, ils ne rallieront jamais les eaux tièdes du rock clé en main. Grand bien leur fasse ! En 25 minutes, les deux groupes défendent bec et ongles leur intégrité avec beaucoup de conviction. Sans prétentions, humble, ce split s'écoute sans lasser et sans énerver. Que demander de plus? Le split de Tvesla / John McAsskill coûte 7 euros et est disponible au Plakkebuttek beim Palais et chez Noiseworks Records.

 

David André
© 2017 d’Lëtzebuerger Land