Théâtre

Coup de théâtre !

d'Lëtzebuerger Land vom 27.03.2020

Au début du mois (4-6 mars), on a eu la chance de découvrir aux Rotondes le percutant True Copy de la compagnie belge Berlin associée au 104 (Paris) et au Singel (Anvers). Connu pour ses opus innovants qui croisent documentaire et fiction, arts de la scène et arts visuels, ce collectif, placé sous la direction artistique d’Yves Degryse et de Bart Baele, s’attache à créer des cycles, ainsi Horror Vacui dont True Copy est un des volets.

S’inscrivant dans la lignée du théâtre documentaire, prenant la forme d’une conférence et un ton tour à tour sérieux et drôle, True Copy puise sa matière dans la vraie vie (une constante dans le travail du collectif), en l’occurrence l’autobiographie d’un faussaire, et se nourrit d’un fait divers qui a marqué les nineties. Le collectif aborde un sujet peu traité au théâtre, le monde de l’art, montrant ses nombreuses facettes tout en élargissant le cadre pour interroger les liens entre réel et fiction, vrai et faux, vérité et mensonge, public et privé, réalité et art, société et médias.

Par ses dispositifs ingénieux (combinant théâtre, vidéo, musique…), True Copy jongle subtilement entre le visible et le caché, jouant dans une zone frontière entre ce que l’on entend et ce que l’on voit, entre ce que l’on croit voir et ce qui se dérobe au regard, entre la scène et l’envers du décor, entre la réalité et ses apparences. Le spectacle est bluffant jusqu’à la fin quand le masque tombe. On y croit, on y joue (vente aux enchères en direct) et on se laisse embarquer dans une autofiction, un vrai-faux témoignage, l’histoire incroyable mais vraie du Néerlandais Geert Jan Jansen.

Ce copiste et faussaire hors pair a pendant 25 ans escroqué le monde de l’art jusqu’aux artistes eux-mêmes (Karel Appel authentifiera un de ses tableaux !). Avec sa compagne, il a réussi à écouler ses copies dans le monde. Comble de l’histoire, c’est une bête faute d’orthographe sur un « certificat » qui aura raison de lui. En 1994, les gendarmes débarquent dans son domaine en France et trouvent 1 600 œuvres. Arrêté, il fera six mois de détention préventive, sera placé sous contrôle judiciaire mais faute de preuves poursuivra son chemin… En 2008, il expose ses copies aux Pays-Bas...

Toute cette histoire (ou presque) on l’apprend sur scène lors d’un exposé de Geert Jan Jansen. Dans la Rotonde 1, un grand panneau-écran abrite des tableaux de maîtres qui, au fil de la représentation, laisseront place à d’autres toiles, à des documents et articles présentés par le conférencier et à des séquences vidéo provenant (ou non) de l’atelier installé de l’autre côté du mur… Une jeune femme (Fien Leysen) introduit celui qu’elle s’apprête à interviewer rappelant ses mots repris dans un opus du collectif (Perhaps All The Dragons… aux Rotondes en 2016) : « ce n’est pas important que l’histoire soit vraie ou non, c’est la qualité qui compte ».

Dans True Copy, il est question d’un livre et d’une page manquante (une histoire inachevée ?), du « casse du siècle » en 2012 au Kunsthal de Rotterdam et des sept chefs-d’œuvre volés dont Tête d’Arlequin de Picasso retrouvée en 2018 dans une forêt en Roumanie… sujet à la Une des actualités (géniale mascarade du collectif quelques jours après la création de True Copy). « Parfois, être dupé, c’est délicieux », lâche Geert Jan Jansen à la fois réfléchi et cynique, car « dans le monde de l’art, on n’analyse jamais rien en profondeur » ! Il passe à la loupe le marché tout en évoquant sa vocation ratée de peintre, ses débuts de galeriste à Amsterdam et son travail de faussaire, « ce que je fais n’est pas de l’art, c’est un tour de passe-passe ».

Caméra mobile en main, le personnage passe de l’autre côté du mur, dans un atelier reconstitué où un caméraman est déjà sur place. Où est-on ? Images en direct et en différé de différents ateliers parviennent sur le panneau-écran mêlant l’ici et l’ailleurs. Tout en croquant un dessin à la Matisse, le faussaire raconte ses improbables « trucs » comme ces toiles laissées des semaines sous un paillasson et la vraie « fake story » d’une photo imprimée à l’ancienne (refaite en direct sur la scène des Rotondes) glissée dans des archives Picasso aux Pays-Bas. Où est le faux, où est le vrai ? Le spectacle sème le doute jusqu’au bout. Avec malice. Étonnant coup de théâtre que ce True Copy !

True Copy, conçu et mis en scène par Bart Baele et Yves Degryse, avec Geert Jan Jansen, Luk Sponselee et Fien Leysen, a été produit par la compagnie Berlin et co-produit par deSingel où il a été créé le 15 novembre 2018 et CentQuatre, Het Zuidelijk Toneel, Brighton Festival, C-Takt, Theaterfestival Boulevard, Pact Zollverein. Prochaines dates sur berlinberlin.be

Karine Sitarz
© 2020 d’Lëtzebuerger Land