Les télécommunications demain

FutureLand

d'Lëtzebuerger Land du 29.06.2000

Une vue légèrement agrandie sur un crâne ouvert donnant sur le lobe temporal du cerveau. L'image sur l'écran à transistors actifs est très nette, tridimensionnelle. Grâce à l'aide de l'ordinateur, la région opératoire apparaît en rouge clair. Une croix verte marque l'emplacement calculé pour la première incision réalisée au laser. 

Les moniteurs de surveillances témoignent de l'état stable du patient à 10 000 km de Paris où se situe le bureau du chirurgien en charge. Une connexion à fibre optique permet au professeur Ignace Pravlov de réaliser le nombre important d'interventions au cerveau qui lui sont demandées et dont il est à l'heure actuelle le seul à maîtriser la technique. En déplacements réels ce travail ne pourrait-être accompli. 

La tête du patient disparaît, à sa place apparaît l'ingénieur système de l'hôpital de St. Petersbourg qui procède aux derniers contrôles de l'infrastructure. L'ingénieur IT du centre hospitalier de Paris fait apparaître le check list sur son écran témoin, à St Petersbourg son homologue commence à poser les questions standards suivant la procédure de routine : VPN ? Sécurisée ! La ligne ne peut donc plus être surveillée par un tiers. Quality of Service ? Maximale ! Le côté technique est prêt à garantir le transfert à raison d'un milliard d'informations digitales par seconde. Images du patient de et commandes du professeur vers St. Petersbourg où un robot les exécute. À ne pas oublier, les fonctions de contrôle qui surveillent le bien-être du patient. Connexion ITMSS ? L'IT branche la connexion ADSL. Pour l'Institute of Tele-Medical Surveillance and Security point besoin d'envoyer des images, pour eux seuls les paramètres de contrôle, moins gourmandes en bande passante, sont intéressants. 

Cette opération-ci est néanmoins particulière, avec l'accord du patient elle sera retransmise par Satellite pour la Harvard Medical School aux États-Unis pour les besoins d'une formation continue. Le délai causé par la distance des satellites géostationnaires n'a pas d'importance pour la retransmission ; en médecine il risque d'être mortel. Le chirurgien doit savoir réagir en temps réel, non pas une seconde plus tard. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'ITMSS exige des infrastructures fixes basées sur la fibre optique pour ce genre d'opérations. 

Des essais avec le Wireless Local Loop (WLL) avaient été tentées. Sur des poupées, les résultats n'étaient pas à la hauteur des attentes : la bande passante atteinte n'est pas encore satisfaisante, voire assez stable pour garantir de mener à bien une opération de bout en bout, les troubles atmosphériques augmentent les interventions de la correction de transmission, diminuant ainsi la bande passante et les temps d'attente. 

Aucun délai ne peut cependant être accepté dans des opérations aussi délicates que celles réalisés dans le cerveau humain. Si l'ordre d'arrêter arrive avec une fraction de seconde trop tard au laser, le résultat est tranchant. Avant la réalisation d'Internet III en 2004 permettant des bandes passantes de l'ordre de plusieurs Terrabits au niveau du backbone, beaucoup d'espoir avait été porté dans l'UMTS. La réalité avait vite prouvé que les deux millions de caractères transmis par seconde n'étaient guère suffisants pour les besoins réels des applications multimédiatiques incluant l'interactivité. De toutes les technologies disponibles en 2000, seule la fibre optique avait le potentiel de suivre la demande croissante en bande passante. Le cuivre avait suivi grâce à quelques astuces mais bien vite le spectre mis à disposition par ce classique était épuisé et la fibre optique pût enfin développer son énorme potentiel qui à aboutit à ce qui s'annonçait déjà au 20e siècle : la prise multimédiatique comme source centralisée d'information et de communication! Fournisseur de chaînes câblées, Internet, accès au compte en banque, à l'ordinateur du bureau et à la fiscalité courante, les impôts étant actualisés de mois en mois. 

Dans les régions rurales les technologies par micro-ondes où encore par WLL sont utilisées, garantissant l'universalité de l'accès à l'information. En effet une directive de l'Europe des Vingt stipule que « ...chaque citoyen européen à droit à une connexion informatique... ». Les opérateurs étant dans l'obligation de fournir ces services universels non plus dans les cabines publiques mais à la maison. En dehors de la maison des applications UMTS garantissent un certain niveau de connexion à l'Information. 

Fixé sur le petit display de son ordinateur de poche Pravlov attend que ses ingénieurs lui rapportent que tout est préparé pour l'intervention planifiée. À la place du signe de départ attendu, c'est le vieux téléphone analogique qui sonne, un cadeau qui lui avait été offert pour sa thèse et qu'il avait gardé en signe de nostalgie. Trois ingénieurs ont dû bricoler pendant une semaine pour l'adapter aux nouvelles normes. La qualité de la voix est bien inférieure au plus bon marché des appareils digitaux disponibles. Cependant le professeur perçoit clairement le message qui vient de l'autre bout du fil : L'opération doit être reportée ! Panne de courant à St. Petersbourg.

 

L'auteur est journaliste à la Radio socioculturelle 100,7

 

Pascal Tesch
© 2017 d’Lëtzebuerger Land