Global One

Le concurrent historique

d'Lëtzebuerger Land du 29.06.2000

Global One est déjà un vieux compagnon de route des P[&]T. Présent au Luxembourg depuis 1993, sous forme de filiales de Sprint et France Telecom, et depuis 1996 sous le nom Global One, la société est un des opérateurs alternatifs les plus actifs du Grand-Duché. Aujourd'hui, elle compte vingt employés, a investi 200 millions de francs dans ses équipements, clame une part de marché dans les appels internationaux d'au moins dix pour cent de même qu'un chiffre d'affaires d'un demi milliard de francs.

D'autres géants des télécommunications, à l'image de BT et AT[&]T, ont certes depuis des années une adresse au Luxembourg. Leurs activités se limitent cependant en fait à servir certains clients isolés, filiales de multinationales dont les maisons-mère ont conclu des contrats avec l'opérateur pour l'ensemble de leurs sites du globe. Global One par contre dispose au Luxembourg d'équipements pour offrir des services complets de même que des équipes nécessaires, que ce soit au niveau commercial ou technique. 

Après une année d'incertitudes - à l'o-rigine une alliance entre Deutsche Telekom, France Telecom et l'américain Sprint, Global One est devenu une filiale de l'opérateur français - Global One a depuis le début de la libéralisation élargi ses services. Opérateur international, ses démarches visaient au début principalement les multinationales. Surtout pour les services haut de gamme - par exemple des réseaux privés globaux -, le principal concurrent n'était d'ailleurs pas l'Entreprise des pos-tes et télécommunications (EPT) mais Infonet Luxembourg, une joint-venture de l'opérateur international Infonet et l'EPT.

Pour ses services de communications internationales, Global One se limitait de même à une clientèle pesant au moins 300 000 francs par mois. Avec la libéralisation et l'interconnexion entre les équipements de Global One et ceux des P[&]T, le marché visé s'est élargi à toutes les entreprises ayant une facture de téléphone de plus de 30 000 francs. 

Cette démarche risque cependant de mettre en cause une autre activité de Global One Luxembourg. L'opérateur met ainsi ses infrastructures à la disposition de revendeurs, à l'image des détenteurs de licences C Cross Communication et RSL, qui démarchent une clientèle jusqu'ici délaissée par Global One. Depuis l'arrivée d'opérateurs alternatifs avec leurs propres infrastructures, la survie de telles sociétés est cependant mise en cause. 

Global One a aussi fait du bruit à l'automne dernier en lançant l'Internet dit gratuit au Luxembourg. Les offres de connexion au Web au même tarif qu'une connexion locale de sociétés comme Luxembourg Online (internet.lu) et Acces4you reposent ainsi sur les équipements de Global One. 

Aujourd'hui, Global One offre sur le marché luxembourgeois des services de téléphonie, d'Internet et de transmission de données. Les clients peuvent soit opter pour un paquet complet, allant des communications nationales - service sur lequel on ne peut toutefois pas gagner d'argent - au réseau informatique international, soit se limiter à un service précis. Les services internationaux et avec une certaine valeur ajoutée - à l'exemple de réseaux privés virtuels transfrontaliers ou encore de numéros verts internationaux - restent le point fort de Global One, même si ses commerciaux démarchent de plus en plus aussi les PME. 

Depuis l'ouverture du marché, Global One n'est cependant plus le seul acteur à disposer d'une présence locale. D'autant plus que Global One n'a à ce jour pas l'ambition de construire son propre réseau mais travaille avec des partenaires tels BCE, Codenet/Coditel ou les P[&]T. Son "Pop" de la route de Thionville sera prochainement rendu redondant par un deuxième site au Kirchberg.

Selon Frédéric Dohen de Global One, le chiffre d'affaires de la filiale luxembourgeoise pourrait à moyen terme augmenter encore de trente pour cent. À long terme, l'agressivité de l'opérateur sur le marché dépendra cependant des moyens que France Télécom veut bien y consacrer. 

 

Jean-Lou Siweck
© 2017 d’Lëtzebuerger Land