Célébrations bavaroises

Octobre en fête

d'Lëtzebuerger Land du 03.10.2014

Il ne suffit pas de supporter le temps gris et pluvieux des longues journées d’automne pour considérer que l’on s’est vraiment acclimaté aux pays du Nord. Il faut, en plus, être convaincu que ces mois à venir présentent des conditions tout à fait propices pour faire la fête. Comme les adeptes du soleil ont plutôt tendance à programmer les ferias pendant les mois de juillet et août ou le carnaval de Rio au milieu de l’été austral, les habitants des contrées situées au-delà du 45° parallèle semblent s’être résignés à ne pas compter sur des températures clémentes pour leurs célébrations populaires. Les contre-exemples de la fête nationale, fixée au 23 juin, ou des divers festivals musicaux en plein air organisés de mai à août et où les participants se retrouvent, quand même, les pieds dans la boue, illustrent parfaitement le fait qu’il vaut mieux partir du principe que le mauvais temps sera de la partie, ce qui ne peut réserver que de bonnes surprises. Cela concerne évidemment les divers carnavals, cavalcades et autres Saint Nicolas, que le poids de la religion ne permettrait sans doute pas de déplacer pendant l’été aussi facilement que la fête nationale. Mais le phénomène est surtout marquant pour les autres événements, dont il est surprenant de trouver une telle quantité à une période de l’année où l’on s’attendrait plutôt à ce que les habitants soient tentés par de longues soirées au coin du feu, calfeutrés chez eux.

À tout seigneur tout honneur, il convient de commencer l’inventaire des fêtes de l’automne par la fête de la bière. Il ne reste malheureusement que peu de temps pour se rendre encore cette année à Munich. En effet, l’Oktoberfest se déroule tous les ans plutôt à la fin septembre, comme son nom l’indique assez trompeusement (mais pouvait-on attendre moins d’un peuple dont la langue considère que le mot « soleil » est féminin et que « lune » est masculin). On espère que les fétichistes de la culotte en peau de cerf, certainement déjà déçus de ne pas trouver sur Netflix de rétrospective des Lederhosenfilm (un genre à part entière du cinéma érotique d’outre-Moselle), auront pu goûter à la version locale des célébrations bavaroises, qui se déroulaient cette année à Alzingen, voire à Clausen où l’authenticité du concept de l’élection d’une Miss Brauerei Oktoberfest semble sujette à caution (malgré le port imposé du Dinrdl pour les candidates).

Encore plus flagrant est le choix purement luxembourgeois de célébrer la fête des pères en octobre. Finalement, c’est plus judicieux qu’en mars ou en juin. En effet, c’est bien à cette date-là que Monsieur peut partir cueillir des champignons, chasser le sanglier avec des copains ou, avec un peu de chance, rester tranquillement assis dans son canapé pour essayer le nouveau Fifa 2015 parce que, justement, il pleut trop pour ramasser les feuilles, tondre le gazon ou partir faire une heure de footing. On peut même imaginer que les enfants les plus prévoyants auront mis à profit leurs récents voyages culturels dans des contrées voisines pour ramener en cadeau un cœur en pain d’épice avec un message d’amour filial, voire une belle chope gravée « Der Beste Papa der Welt », ce qui risque d’avoir plus de succès que des canettes de Coca Cola personnalisées commandées sur Internet (de toute façon, on trouve bien « Jos » et « Henk » mais pas « Pit », ni « Jhemp »).

La semaine suivante, le choix doit s’effectuer entre le marché aux noix de Vianden et la Nuit des musées. On peut également enchaîner les deux, les activités proposées n’ayant que peu de points communs.

Pour terminer, si l’on ne considère pas l’opportunité de faire du shopping dans des magasins surpeuplés le dimanche en plus du samedi comme une « fête », on pourra ajouter à un calendrier d’octobre déjà bien rempli les diverses fêtes du vin en Moselle, débutées en août, et qui se poursuivent traditionnellement jusqu’à l’épuisement des derniers centilitres de Fiederwäissen. Juste de quoi tenir jusqu’au Beaujolais nouveau et au marché de Noël, en attendant que Thanksgiving soit prochainement importée des USA, comme Halloween le fut il y a quelques années.

Cyril B.
© 2017 d’Lëtzebuerger Land