Telegram

Le cryptage, outil démocratique

d'Lëtzebuerger Land vom 26.02.2016

Après la diffusion d’informations, l’an dernier, sur l’utlisation par des jihadistes de Daech de la messagerie Telegram, celle-ci a fait l’objet de nombreux commentaires négatifs, alimentés par les services de sécurité qui critiquent explicitement le cryptage dont elle fait bénéficier les terroristes.

Cela n’a pas empêché Telegram de continuer de faire des adeptes. Son CEO, le Russe Pavel Durov, vient d’annoncer que l’application vient de dépasser les cent millions d’utilisateurs et que ceux-ci y échangent quinze milliards de messages chaque jour. Elle reste donc relativement petite par rapport à WhatsApp, avalé par Facebook pour 19 milliards de dollars, qui compte aujourd’hui un milliard d’utilisateurs s’échangeant 42 milliards de messages quotidiens. Telegram attire 300 000 nouveaux utilisateurs chaque jour.

Le parcours atypique de son fondateur et l’absence de modèle d’affaires – pour l’instant, l’application fonctionne à fonds perdus, sur la fortune de son fondateur, étant gratuite et ne recourant pas à la publicité – en font un phénomène surprenant. Outre les messages privés, Telegram propose aussi les « channels », plateformes publiques qui le font un petit peu ressembler à Twitter. Ce sont ces « channels » qui ont été utilisés par Daech pour diffuser de la propagande islamiste.

Pavel Durov a fait fermer ces canaux à la demande d’utilisateurs mécontents. Mais pour ce qui est de l’utilisation de la plateforme pour des échanges à l’abri des services de renseignement, Durov est catégorique : ceux qui cherchent à crypter leurs messages à des fins criminelles trouveront toujours des solutions dans les recoins du Net. La fermeture de Telegram ne gênerait en rien Daech.

Pavel Durov, aujourd’hui âgé de 31 ans et originaire de Saint-Pétersbourg, a fait fortune en lançant il y a dix ans V Kontakte, ou VK, un réseau social russe que l’on décrit en général comme le Facebook russe. Lorsque les services de renseignement ont exercé des pressions sur lui, il n’a pas fléchi, ce qui lui a valu d’être évincé de la direction de VK. Durov a alors fui la Russie et a réussi à mettre à l’abri quelque 300 millions de dollars en Suisse. C’est à ce moment-là que lui et son frère, cherchant un moyen de rester en contact sans pouvoir être suivi à la trace par les services russes, ont mis au point Telegram en 2013 pour leur propre usage. Ils l’ont par la suite peaufiné et en ont fait l’app qui a connu ce succès planétaire. Autant dire que sur Telegram, le cryptage de bout en bout n’est pas un luxe, mais bel et bien la raison d’être de la plateforme. En outre, pour plus de discrétion, l’app propose une fonctionnalité d’« auto-delete ».

C’est le paradoxe de ce débat en cours sur le cryptage des messages privés autour du téléphone du tueur de San Bernardino, avec l’affrontement, à grand renfort de déclarations publiques, entre le FBI et Apple, le premier exigeant un accès aux données de l’iPhone, le second s’y refusant au nom de la protection du caractère privé des conversations des utilisateurs de ses produits. Pavel Durov s’est dit solidaire de la décision du patron d’Apple d’opposer une fin de non-recevoir aux exigences du FBI. Est-il raisonnable de reprocher à une messagerie de protéger trop bien le secret de la correspondance ? Dans le cas de Telegram, il s’agit, davantage encore que chez Apple, d’une caractéristique inhérente à l’application. Le cas des frères Durov, menacés parce qu’ils avaient refusé de fermer à la demande des autorités russes le compte VK de l’opposant Alexei Navalny et de leur fournir des renseignements sur des militants ukrainiens qui se trouvaient dans le collimateur du Kremlin, montre bien qu’il existe des utilisations légitimes des messageries cryptées, et que taxer d’emblée de subversifs ou de terroristes potentiels tous ceux qui y font appel n’est pas rendre service à la démocratie.

Jean Lasar
© 2017 d’Lëtzebuerger Land