Tzeedee

Parenthèse enchantée

d'Lëtzebuerger Land vom 22.05.2020

Ananda Grows, c’est le nom du nouveau projet musical de Nick Sauber. Le compositeur, producteur et multi-instrumentaliste a dévoilé il y a quelques semaines son premier album In Hülle und Fülle, qu’on pourrait traduire par « en quantité ». Et de fait, tant les visuels développés autour du projet que les sonorités concoctées sont riches, de sens notamment. La cover, peinture à l’huile signée Yliana Paolini Hinna, représente une imposante femme nue. Elle est assise au bord d’une rivière et donne le sein à un nourrisson. Les protagonistes sont entourés par des flamands roses, des canards et un lapin. Des pétales de fleurs virevoltent dans l’air. L’illustration tape dans l’œil. Idem pour le double clip de Greetings from inner space et Play & explore illustré par Stefania Buzatu. Un zoom infini qui fait défiler des collages digitaux mélangeant créatures mythologiques, animaux sauvages, civilisations et technologie. Des siècles d’imagerie résumés en cinq minutes. Paru sur De Läbbel, l’album fait huit titres, pour une demi-heure de musique.

L’introduction Greetings from inner space annonce la couleur. Le projet sera expérimental, fourni. On entend d’abord le va-et-vient de la mer sur un rivage. Quelques notes au piano couplées à de légers tapotements. On pense à Grandbrothers et aux musiques lancinantes des derniers films de David Fincher, signées Atticus Ross et Trent Reznor. Une basse et des percussions viennent couper net nos reflexes de comparaison. La musique sera originale. Une guitare électrique et des sons lointains de cloche entrent dans la danse. S’ensuit Play & explore aux sonorités radicalement différentes. Des sifflements d’oiseau sont étouffés par un bégaiement de bruitages et autres effets électroniques. Un saxophone jazzy à souhait évolue dans cette parenthèse. Le troisième morceau Inner peace porte bien son nom. Le leitmotiv est entêtant. Une voix timide fait son apparition, pour un effet trip hop downtempo plutôt réussi. Les sons de flûtes, éphémères au possible, apaisent.

Arrive The third ear qui vient apporter une dimension résolument jazz à l’opus. Il y’a un début, une fin, quelques accords de référence, et le reste est une affaire de spontanéité. Paul Andrew et Jakob Jung aux saxophones, viennent prêter main forte au compositeur. Les musiciens improvisent et s’amusent, et ça s’entend. Tant dans la démarche que dans les sonorités, on pense forcément à certains titres de Black focus (2016), album décisif du duo Yussef Kamaal, comprendre Kamaal Williams et Yussef Dayes. Cette patine résolument londonienne réapparaitra par certaines touches tout au long de l’album. Les effets et multiples éléments numériques greffés de-ci de-là ont le mérite de la cohérence. Global headache, le morceau suivant, a un petit côté Tubular Bells remixé à l’excès. Nick Sauber maîtrise ses machines. Il en ressort une musique intelligente, car si certains ont le sens de la formule, d’autres comme lui, on un réel talent pour développer des motifs et des mélanges entêtants.

My way, seule véritable chanson du disque est un duo avec Nicool, camarade de son label mais surtout rappeuse autochtone à surveiller de près. « I do in my way, no matter what they say », martèle à raison celui qu’on appelle désormais Ananda Grows. The eternal now, septième titre solaire et septième parenthèse enchantée précède la conclusion Geist Formt Materie. Une voix grave raisonne, elle évoque un monde utopiste, sans violence et égalitaire. On prend des gros sabots pour le message, mais des gants d’orfèvre pour la musique. Paul Andrew en envoie. Et on pense à cette dame confortablement installée sur son bord de rivière et on se dit que cette illustration sied finalement plutôt bien au projet. In Hülle und Fülle est un album-concept à écouter d’une traite. Car si aucun morceau ne se démarque particulièrement ou n’a le potentiel pour devenir un hit radio, excepté My way à la rigueur, le tout est indubitablement réussi et devrait faire date.

L’album, qui a eu droit à sa Crazy Quarantine Session, est disponible sur les principales plateformes de streaming et en intégralité sur YouTube.

Kévin Kroczek
© 2020 d’Lëtzebuerger Land