Cinquième anniversaire du CePT

Multiplicateurs

d'Lëtzebuerger Land vom 14.06.2001

« Notre cible, ce sont les adultes, ils deviennent des multiplicateurs, » explique Thérèse Michaelis, directrice du Centre de prévention des toxicomanies, qui fête cette année son cinquième anniversaire. En une demie décennie, l'établissement d'utilité publique CePT s'est surtout fait un nom en tant que centre de recherches et base de données sur toutes les drogues et leurs dépendances. L'étude sur le cannabis fait date, une version abrégée, plus facile à lire, vient d'être éditée, les dépliants sur le sujet partent par dizaines. 

La démystification des drogues est probablement le plus grand mérite du CePT. Son approche est la même pour toutes les substances, licites et illicites: il n'est pas plus sain de boire de l'alcool au bureau ou de prendre des tranquillisants le matin que de fumer un joint à l'école. Sans vouloir banaliser, le CePT plaide pour que les citoyens soient avant tout informés sur les substances psychotropes auxquelles ils ont recours et qu'ils agissent en connaissance de cause - conscients aussi des abus. Une seule limite néanmoins : la protection de la jeunesse. Une récente action lancée en collaboration avec le ministère de la Santé tente de sensibiliser tous les débits et points de vente d'alcools de ne pas en vendre aux moins de seize ans.

Si la Chambre des députés vient d'adopter une nouvelle loi sur les drogues illicites, très restrictive, surtout en ce qui concerne les drogues douces, le CePT constate par contre que de plus en plus de gens ont des problèmes avec des drogues licites : sur 867 appels anonymes que le Suchttelefon a reçus en 2000, 347 étaient dus à une dépendance de médicaments - un chiffre qui a doublé en un an. La prochaine étude pourrait leur être dédiée. 

 

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land