Ticker du 1er avril 2022

d'Lëtzebuerger Land vom 01.04.2022

Les sanctionnés décorés

Deux récipiendaires de l’Ordre de la Couronne de Chêne et de l’Ordre du mérite (photo : gouv.lu) figurent sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union européenne en représailles à l’invasion russe en Ukraine, informe le ministère d’État cette semaine dans sa réponse à la question parlementaire posée par le député Pirate Sven Clement. Selon les informations du Land, il s’agit d’Alexey Mordashov, milliardaire proche de Vladimir Poutine et consul honoraire du Luxembourg en Russie jusqu’à récemment, et d’Andrej Akardyevich Klimov, Monsieur Benelux en Russie. Si le premier, patron de Severstal, a bénéficié d’une certaine notoriété ici en tant que chevalier blanc engagé pour contrer l’OPA de Mittal sur Arcelor en 2006, le second est parfaitement inconnu du grand public. Il a pourtant fréquenté les huiles politiques luxembourgeoises au cours de la dernière décennie. Andrej Klimov était là quand Jean Asselborn (LSAP) a rendu visite à son homologue Sergej Lavrov en 2008. L’ambassadeur Georges Faber lui a « payé » une petite visite de courtoisie en décembre 2020 en sa ville de Perm, à 1 500 km à l’est de Moscou, nous apprend Google. Nulle trace en revanche sur internet de la récompense offerte « am Numm vum ganze Lëtzebuerger Vollek », comme le souligne Sven Clement. Le ministère d’État écrit qu’elles seront publiées au Mémorial B à partir de la promotion 2022. Pour l’heure, seules celles de 2012 et 2013 figurent sur legilux.lu. En octobre dernier, après avoir été sollicité par le Land au sujet de l’identité des personnes décorées, le ministère des Finances informait que les listes proposées par chaque ministère et validées par celui de Xavier Bettel (DP), « n’étaient plus publiées, notamment en raison du règlement général sur la protection des données »… dont l’entrée en vigueur date de 2018. Dans son accès de transparence cette semaine, le ministère d’État signale quand même que les honneurs offerts aux deux personnes sanctionnées leur ont été retirés. pso

Wenn es knapp wird

Am Mittwoch unterzeichnete in Berlin das Pentalaterale Energieforum eine politische Erklärung über eine koordinierte Gasversorgung. Dem Forum gehören die Benelux-Länder, Frankreich, Deutschland, Österreich und die Schweiz an. Gemeinsam vorgehen zu wollen, hatten sie schon zuvor geplant. Die Abmachung vom Mittwoch erlangte zusätzliche Bedeutung, nachdem Russland gedroht hat, würden Gas- und Öllieferungen aus Russland nicht in Rubel bezahlt, sei am (heutigen) Freitag Schluss. Was Wladimir Putin anschließend abgeschwächt haben soll. In jedem Fall aber lautet die große Herausforderung, bis zum kommenden Winter die Gasspeicher zu füllen – und die Frage stellt sich, zu welchen Preisen.

Luxemburg ist an sich weniger abhängig von russischen Lieferungen: Sie decken 27 Prozent seines Verbrauchs ab. In Deutschland sind es 55 Prozent, in Österreich sogar 80 Prozent. Luxemburg hängt am belgischen Gasmarkt, der vor allem über eine Pipeline aus Norwegen versorgt wird und über ein Flüssiggas-Terminal im Hafen von Zeebrugge. Doch fallen russische Lieferungen weg und neue Lieferanten müssen gefunden werden, wird das sehr wahrscheinlich teuer. Russisches Gas war immer preiswert. Die bestehenden Langfrist-Lieferverträge gehen von 20 Euro pro Megawattstunde aus. Auf dem Spot-Markt der Energiebörsen hingegen oszillieren die Preise derzeit um das Sechsfache. „Versorgen sich in Zukunft viele bei anderen Lieferanten, dann könnten in diesen Märkten die Preise durch die Decke gehen“, meinte Energieminister Claude Turmes (Grüne) gestern gegenüber Radio 100,7. Deshalb seien die in letzter Zeit getroffenen engen Abstimmungen so wichtig: Gemeinsamer Gaseinkauf in der EU, Koordination bei der Speicher-Befüllung im Pentalateralen Forum. Doch dass im kommenden Winter keine Knappheit drohen werde – soweit wollte der Energieminister sich nicht festlegen. Die Regierung will auf jeden Fall zum Sparen aufrufen. Und die Prime House-Beihilfen zum Ersatz von Öl- und Gasheizungen erhalten wahrscheinlich einen sozialen „On Top“ für Haushalte mit kleineren Einkommen.

Derweil schließen Experten weitere Preissteigerungen beim Diesel nicht aus. Eine erste Ahnung davon konnte man vor zwei Wochen gewinnen, als der Literpreis für Diesel an Luxemburger Tankstellen plötzlich den von Benzin überstieg – trotz noch immer steuerlicher Besserstellung von Diesel. Seither geht es auf und ab. Zurzeit kostet ein Liter Diesel zwar weniger als 98-er Benzin, aber mehr als 95-er. Spiegel Online schrieb gestern, am Rotterdamer Ölmarkt sei Diesel im Moment 15 Prozent teurer als Benzin.

Eine strukturelle Ursache dafür ist, dass Europas Raffinerien nicht genug Diesel produzieren und traditionell Diesel aus Russland hinzuimportiert wird. Weil die EU-Staaten über strategische Dieselreserven verfügen, wird der Kraftstoff vielleicht nicht regelrecht knapp. Aber teurer, und das nicht nur für Autos, sondern auch für Fernlaster, Busse, Baumaschinen und Traktoren. So dass die politischen Empfehlungen der Internationalen Energieagentur populärer werden dürften: Tempolimits auf Autobahnen, autofreie Sonntage, zwei Tage Telarbeit pro Woche ... pf

Le gel suscite le doute

Mardi, la ministre des Finances, Yuriko Backes (DP, photo : sb), a levé le voile à la Chambre sur le montant des avoirs gelés dans le cadre des sanctions européennes prononcées contre des intérêts russes : 2,5 milliards d’euros d’avoirs bancaires, ainsi que des « titres de capital de personnes ou entités sanctionnées ». « Le Luxembourg dispose d’un cadre légal qui permet aux différentes autorités de s’assurer que les sanctions financières sont respectées. (…) Les opérateurs luxembourgeois possèdent toute l’expérience requise pour une mise en œuvre efficace. (…) Le régime de sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie produit des résultats tangibles au Luxembourg. Notre pays joue pleinement son rôle. » La rue de la Congrégation s’est félicitée par voie de communiqué des montants annoncés, synonymes de l’efficacité des mesures. Ils étaient attendus, car le Luxembourg est l’un des principaux centres financiers européens et que la Belgique et la France ont respectivement communiqué sur dix milliards et 850 millions d’euros dans les semaines écoulées.  

Le montant dévoilé en réunion conjointe des commissions des Finances et de la Justice a semé le doute. Présent lors du meeting rassemblant pas moins de 17 fonctionnaires en plus des députés, Laurent Mosar (CSV) explique au Land qu’il a interrogé la méthode et notamment l’intégration ou non des titres détenus par les soparfis des personnes physiques et morales concernées par les sanctions. Un représentant du ministère des Finances a répondu par l’affirmative. Mais si les recherches effectuées par le Luxembourg business register ont permis d’identifier 86 sociétés en rapport avec onze personnes physiques distinctes au 15 mars 2022, le montant des avoirs gelés paraît rikiki au parlementaire chrétien-social. Laurent Mosar se pose des questions sur la diligence des domiciliataires, professions auto-régulées, comme les experts-comptables, les notaires ou les avocats, qui devraient le cas échéant répercuter la présence parmi les bénéficiaires effectifs de personnes sanctionnées. La bâtonnière Valérie Dupong a informé la semaine dernière n’avoir reçu qu’une notification. Sur Twitter, le fiduciaire Taxsec relève que la société luxembourgeoise ABH Holdings a vu deux de ses administrateurs, Petr Aven et Mikhaïl Fridman, sanctionnés depuis le 28 février, démissionner le 3 mars. Avec ses filiales en Russie, au Bélarusse, en Ukraine, au Kazakhstan, ce groupe financier (via Alfa Bank) pesait fin 2020, selon son rapport audité par PwC Luxembourg (le dernier publié en date), 73 milliards de dollars. ABH Holdings réalisait sur l’exercice un bénéfice de 2,7 milliards. pso

Condamnée, l’avocate ne paiera pas 

La Cour d’appel a confirmé par une simple amende de 10 000 euros mercredi la condamnation au pénal de l’avocate Beatriz Garcia pour un faux commis il y a presque vingt ans (d’Land, 14.05.2021). Dans un courrier daté du 7 mars 2003 destiné à la National Bank of Bahrain, l’avocate avait facilité l’accueil de vingt millions de dollars dans cet établissement financier de l’émirat du Golfe où son oncle, le bénéficiaire de ces fonds en réalité prêtés, devait créer une banque pour le compte du milliardaire russe Alexandre Lebedev. Dans ses écrits, l’avocate d’origine hispanique présentait son parent, Francisco Paesa Sanchez, ancien espion espagnol recherché pour des détournements d’argent et censé être mort à cette date, sous le nom de Francisco Sanchez. Selon le ministère public et la partie civile, une société libérienne représentant les intérêts du Russe, Mozart holding (qui avait officiellement prêté les sous), le document a permis quelques mois plus tard l’envol des fonds vers une multitude de banques, de Bahrein au Luxembourg (Dexia BIL et Banque de Luxembourg) en passant par Singapour, recourant à une multitude de sociétés offshore. Or, la Cour a retenu cette semaine que la disparition des vingt millions de dollars n’était pas liée à ce courrier. Les magistrats ont donc réformé la condamnation au civil prononcée en juin 2021 en première instance qui exigeait de l’avocate qu’elle rembourse les dix millions de dollars disparus avec intérêts. Le Russe Alexandre Lebedev avait récupéré ses dix autres millions en 2004 à l’amiable. pso

Condamnée, Cargolux a déjà payé

Le tribunal de l’Union européenne a rejeté mercredi le recours de Cargolux et d’autres compagnies de fret contre une décision de la Commission européenne qui les avait condamnées en 2010 pour une entente sur les prix. Leur était reproché d’avoir scellé un accord sur les tarifs des services fournis ou encore sur des « surtaxes carburant et/ou sécurité ». Cargolux avait écopé d’une amende de 80 millions d’euros. La décision avait été contestée une première fois devant l’instance du Kirchberg et les transporteurs aériens avait obtenu gain de cause en 2015 en raison de contradictions portant atteinte aux droits de la défense. L’exécutif européen a reformulé en 2017 et Cargolux & Co ont à nouveau déposé un recours en annulation. Cette semaine, ils ont été déboutés. Mais Cargolux n’aura pas besoin de piocher dans son milliard de bénéfices réalisés en 2021 (selon des informations du Land non encore officialisées) puisque l’amende a été provisionnée, dès 2010, puis payée. pso

Bernard Thomas, Pierre Sorlut
© 2022 d’Lëtzebuerger Land