Demandeurs d'asile

Chef d'orchestre

d'Lëtzebuerger Land vom 29.03.2001

josée hansen

Depuis l'opération Milano, Luc Frieden a soit beaucoup appris, soit se fait nettement mieux conseiller en matière de stratégie politique. Il a par exemple appris à parler la langue politique : « Ce serait aussi plus facile pour moi, en tant qu'Homme, si tous les demandeurs d'asile pouvaient simplement rester au Luxembourg » ou encore « on doit faire de la politique avec son coeur, mais aussi avec la raison » furent quelques-unes des phrases-clés du discours du ministre de la Justice Luc Frieden (PCS) à la tribune de la Chambre des députés jeudi 22 mars. Le gouvernement avait demandé un débat de consultation sur la politique à adopter en matière d'asile et d'immigration, mais en fait, il s'agissait d'une belle orchestration durant laquelle le ministre demanda en fait le soutien de la majorité parlementaire pour sa politique, qu'il définissait en cinq grandes lignes : 

 

1° Le gouvernement souligne l'importance de la convention de Genève et continuera à examiner individuellement chaque demande d'asile selon le critères de cette convention cinquantenaire. Dans une prise de position publiée mardi, l'avocat Marc Elvinger, coordinateur du réseau Elena (Europan Legal Network on Asylum) regretta une nouvelle fois l'application restrictive que le Luxembourg fait de cette convention.

 

2° Les demandeurs d'asile qui sont arrivés avant le 1er juillet 1998 seront régularisés, qu'il aient été déboutés ou toujours en procédure. À leur régularisation, il y a pourtant deux conditions : il faut qu'ils trouvent un emploi et qu'ils présentent un passeport valable. Selon le ministre de la Justice, quelque 800 personnes seraient éligibles dans cette catégorie. 

 

3° Les personnes appartenant à une des minorités ethniques du Kosovo, à savoir notamment les Boshniaques et les Gorani, et étant arrivées au Luxembourg avant le 1er janvier 2000 pourront elles aussi demeurer au Luxembourg en toute légalité et se verront attribuer une carte de séjour. Elles seraient, toujours selon le ministre, 500 dans ce cas. Le porte-parole du réseau Elena regrette cette date ; pour éviter l'effet « appel d'air » que le Luxembourg craint tant, il aurait suffi de fixer la date butoir au 22 mars, jour de la décision, afin que tous les membres de minorités, même ceux arrivés après le 1er janvier 2000, soient protégés. 

4° Le statut humanitaire restera applicable pour les personnes malades ou âgées. 

5° Ces exceptions exclues, tous les autres déboutés devront accepter les décisions administratives et quitter le Luxembourg. Une motion déposée par Laurent Mosar (PCS) et adoptée par une très grande majorité des députés le 22 mars, après onze « considérant » et douze « invite le gouvernement à... » - notamment celles, importantes il est vrai, que les demandeurs d'asile en procédure devront désormais avoir le droit de travailler et les adolescents de suivre une formation - stipule aussi qu'elle demande à ce que le gouvernement procède « à éloigner du territoire luxembourgeois les personnes auxquelles le statut de réfugié ou un autre titre de séjour à été refusé ». Selon l'Asti (Association de soutien aux travailleurs immigrés), quelque 3 000 personnes seraient dans ce cas. 

Au moins maintenant, les choses sont claires, l'attente, qui dure depuis plus d'un an, a une réponse nette. Une semaine avant le débat à la Chambre des députés, la ministre des Affaires étrangères Lydie Polfer (PDL) s'était empressée à répondre à une question parlementaire de Claude Wiseler (PCS) concernant le Monténégro, région d'origine de la très grande majorité des réfugiés arrivés au Luxembourg depuis 1999. Pour Lydie Polfer, tout va bien au Monténégro : relative stabilité politique depuis l'éviction de Slobodan Milosevic à la présidence de la Yougoslavie ; relative sécurité depuis la dissolution du septième bataillon de l'armée yougoslave stationné au Monténégro ; respect des minorités ethniques sous le régime de Djukanovic ; et même les déserteurs et réfractaires n'auraient plus rien à craindre depuis le vote d'une loi d'amnistie au parlement yougoslave le 26 février dernier. Autant de notes optimistes qui sont pourtant fortement nuancés par les correspondances venues du Monténégro (voir par exemple d'Land 12/01), qui attend fébrilement les élections législatives du 22 avril. Élections qui décideront entre autres de l'importance des forces indépendantistes. En plus, la Macédoine, où les accrochages risquent d'escaler, n'est qu'à quelques centaines de kilomètres.

« On se demande si les propositions gouvernementales ne sont pas une construction pour contourner la question des Monténégrins, » se demandait vendredi soir, le directeur de Caritas Erny Gillen à RTL Tele Lëtzebuerg. Et il est vrai que cela en a toutes les caractéristiques, aucune mesure ne vaut pour la majorité des réfugiés. « La procédure d'asile ne doit en aucun cas devenir un moyen de contourner les lois sur l'immigration ! » rétorqua, le même soir, le ministre, et de poursuivre : « Nous n'avons jamais voulu intégrer les réfugiés. » Le reste n'est qu'une question de calendrier. 

© 2020 d’Lëtzebuerger Land