Festival

Un CinEast hybride

d'Lëtzebuerger Land du 09.10.2020

Le début de l’automne coïncide, chaque année, avec l’ouverture du Festival CinEast (8-25 octobre 2020) et son lot de films, courts et longs, issus d’Europe centrale et orientale. Pour cette saison évidemment très particulière, les organisateurs ont dû s’dapter aux conditions sanitaires comme aux conditions de projection exceptionnelles imposées par l’épidémie. Cette treizième édition de la manifestation luxembourgeoise sera donc hybride, les traditionnelles projections en salles en jauge restreinte (Cinémathèque, Ancien Cinéma, CNA, Ciné Utopia...) alternant avec des modalités de diffusion en ligne via la plateforme mise à disposition sur le site du festival (cineast.eventive.org). La formule reste cependant la même dans son contenu. Le jury international, présidé par le cinéaste polonais Tomasz Wasilewski dont le film United States of Love (2016) avait obtenu l’Ours d’Argent du le meilleur scénario à la Berlinale, aura charge de primer l’un des huit films en compétition officielle : Drita de Daniel Kruglikov, Charlatan de Agnieszka Holland, Father de Srdan Golubović, Mare de Andrea Štaka, Otto the Barbarian de Ruxandra Ghițescu, Servants de Ivan Ostrochovský, Spiral de Cecília Felméri, Stories from the Chestnut Wood de Gregor Božič. Les différents prix du festival (jury international, presse, public) seront remis en soirée le samedi 24 octobre.

À côté des films en compétition figurent de nombreuses autres séances qui font la richesse du Festival CinEast. Parallèlement à l’exposition photographique Planting the Future. Our planet and societies at a crossroads, installée jusqu’au 27 octobre à Neimënster, le thème de l’écologie sera décliné dans un Cinécycle de onze films interrogeant notre mode de production capitaliste, parmi lesquels Stalking Chernobyl de Iara Lee, Eden d’Ágnes Kocsis ou encore Acasa, My home de Radu Ciorniciuc. La créativité des courts-métrages sera mise à l’honneur au sein de trois ensembles répartis par genre : Marathon de courts-métrages de fiction, de courts-métrages documentaires, et ds courts-métrages d’animation. La rubrique Cinéfocus se traduira par un hommage à la cinématographie hongroise, par un focus important sur le prolifique cinéaste macédonien Milcho Manchevski, dont on pourra notamment découvrir le dernier long-métrage, Willow, mais aussi sur le parcours de l’actrice Alexandra Borbély, à l’affiche de Spiral et de la comédie noire Comrade Drakulich, projetée en ouverture du festival ce jeudi, et de la productrice Hanka Kastelicová, à laquelle on doit Acasa, My Home et Collective d’Alexander Nanau. Pour la première fois deux fictions de Biélorussie seront présentés au cours d’une soirée spéciale (le 14 octobre à 18h30 à Neimënster), pays dans lequel les manifestations civiles ne désemplissent pas malgré la sévère répression menée par le dictateur Loukachenko. Impossible d’échapper par ailleurs aux nombreuses animations qui donnent au festival sa dimension festive : les ciné-débats abordant des sujets importants tels que la corruption parmi les pays de l’Est, l’environnement, les modes de vie alternatifs ; les cinégastronomies maintenues les
9 et 23 octobre, sans oublier les quatre concerts programmés au Melusina en ouverture (Canarro Live & DJ Simon) et clôture du festival (Branko Galoić Trio), aux Rotondes (Toldi Mike & DJ Heincha) ainsi qu’à Neimënster (Apero Jazz avec HeFi Quartet le 25/10). Voilà de quoi réchauffer le mois d’octobre ! ● Loïc Millot

CinEast jusqu’au 25 octobre. Programmation complète et horaires : www.cineast.lu/2020

Loïc Millot
© 2020 d’Lëtzebuerger Land