Art contemporain

En même temps

d'Lëtzebuerger Land vom 06.11.2020

À voir sans a priori, l’approche conceptuelle de Marc Buchy et l’art pictural d’Arny Schmit à Dudelange

On est surpris, dans l’exposition de Marc Buchy à la galerie Nei Liicht de Dudelange, où l’artiste (32 ans, messin, qui vit et travaille à Bruxelles), déconstruit l’ordre pour reconstruire autre chose, quelque chose d’aléatoire. Il invite le visiteur à avoir en tête l’esprit ludique qu’avait chacun dans son enfance. Avec d’emblée le carton d’invitation de l’exposition : un « M » et des petites étoiles blanches qui dansent sur un fond noir. Deux barres métalliques, avec appuie-pied, sont posées à côté. Les plus hardis parcourront les différentes pièces de l’ancienne maison de maître avec ces échasses. Le mouvement sera aléatoire, à zigzaguer entre d’autres échasses, devenues objets d’exposition : dressées tel un compas au milieu d’une pièce, appuyées en bon ordre contre un mur, assemblées comme un banc mais aussi tombées au sol. L’outil fait pour surveiller de haut le troupeau et y mettre de l’ordre fait désordre.

avoir désordre, c’est le titre de l’exposition. Le dessin, avec son « M » et ses étoiles, presqu’enfantin, illustre la loi de Kepler qui démontra, à la suite de Copernic ayant découvert que les planètes tournaient autour du soleil, que leur trajectoire n’était pas circulaire mais elliptique. La démonstration de Marc Buchy se faufile ainsi de pièce en pièce. Il nous fait participer à une sorte de jeu de piste, entre exactitude mathématique et mouvement, à l’instar du « M » qui prononcé devient « Mu ».

Si Marc Buchy lui, prétend solennellement qu’il ne dansera jamais, Instruction, certificat d’artiste à l’appui, voici agrandi à la dimension de la pièce, le parcours dans un Labyrinthe (sculpture au sol, acier inox). Fronce, tracé numérique de la France moyenne, est la forme qui résulte du tracé superposé de dessin de mémoire. Et en tapant le titre de l’œuvre 7 1 3 7 0 5 sur une calculette, le résultat affiche « soleil » en toutes lettres comme dans la comptine enfantine. Palm dial, (trois paires de gants en coton et deux bâtonnets en laiton), joue encore avec l’astre solaire et son déplacement saisonnier par rapport à la terre. En enfilant les gants comme un curateur au montage d’une exposition, on pourrait lire l’heure sur le dos de la main.

Comme le cadran solaire fut inventé à Babylone, la transition est toute trouvée avec l’exposition Die hängenden Gärten d’Arny Schmit à la galerie Dominique Lang. Marlène Kreins, depuis qu’elle dirige les deux galeries d’art de la Ville de Dudelange permet ce rapprochement. Elle n’hésite pas à montrer en même temps des artistes a priori aux antipodes, comme ici le conceptuel Marc Buchy et l’intuitif Arny Schmit. Le peintre luxembourgeois, 61 ans, a rencontré le succès avec ses représentations féminines dans un environnement fantasmé que l’on trouve personnellement plutôt kitsch. Mais l’approche pour Die hängenden Gärten à l’origine de la démarche d’Arny Schmit, la peinture étant nécessairement une recréation, fait que l’accueillir à la galerie Dominique Lang semble justifié.

Voici des paysages racontés, luxuriants comme les Jardins de Babylone. La matière du support, plus exactement la tranche du carton recyclé, apparaît dans des juxtapositions sur fond de forêts lyriques, avec des plages plus abstraites, telle que peut l’être la vue de près sur la peau de troncs de bouleaux. On peut ne pas tout apprécier dans ces Hängenden Gärten, comme ces rotations de formes géométriques, ou des entailles qui brouillent le propos. Mais une installation, qui sort de la peinture, fonctionne elle très bien : on ne sait si le paysage est soutenu par des tubes de néon ou si la végétation foisonnante va s’écrouler sur les barres de lumière.

avoir désordre de Marc Buchy, curatée par Pauline Hatzigeorgiou et Die hängenden Gärten de Arny Schmit, curatée par Anne Reding, sont à voir jusqu’au 12 décembre prochain. Respectivement à la galerie Nei Liicht et à la galerie Dominique Lang à Dudelange. Ouvert du mercredi au dimanche de 15:00 heures à 19:00 heures.
www.centredart-dudelange.lu

Marianne Brausch
© 2020 d’Lëtzebuerger Land